Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Voyages, lutte contre le harcèlement, formation… dans les régions françaises, priorité à la jeunesse

L'Année européenne de la jeunesse marque l'occasion de mettre en valeur les réalisations dédiées aux jeunes générations dans nos régions françaises. Illustration en Martinique, dans les Pays de la Loire, en Normandie, à Mayotte et en Auvergne-Rhône-Alpes à travers des projets financés par l'Union européenne.

En Normandie, à Petit-Quevilly, une école de restauration pour former de jeunes "décrocheurs scolaires" est soutenue par le Fonds social européen (FSE) - Crédits : Les Ecoles de production
En Normandie, à Petit-Quevilly, une école de restauration pour former de jeunes “décrocheurs scolaires” est soutenue par le Fonds social européen (FSE) - Crédits : Les Ecoles de production

En ce mois de mai, synonyme de fête de l’Europe (la Journée de l’Europe a lieu le 9), le thème de la jeunesse est particulièrement mis en avant. D’autant que l’Union européenne a décidé de consacrer 2022 Année européenne de la jeunesse après la pandémie de Covid-19, une période difficile pour les jeunes générations. Alors, quels projets consacrés à la jeunesse sont financés par les fonds européens dans les régions françaises ?

En outre-mer, un projet de road-trip pour des jeunes

Dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne (PFUE), le ministère des Outre-mer organise une série de road trips du 5 au 17 mai 2022 dans des régions ultrapériphériques françaises. Ce projet s’adresse à huit jeunes européens qui vont partir à la découverte de projets financés par l’UE dans ces territoires ultramarins.

C’est l’initiative Road Trip’Eur. Sélectionnés parmi près de 600 candidats, ces jeunes auront l’occasion de parcourir la “route Atlantique” ou la “route Océan Indien” et d’y découvrir des projets réalisés grâce au concours des fonds européens. L’idée est aussi de renforcer le sentiment européen dans ces régions : Guyane, Saint-Martin, Guadeloupe et Martinique pour la “route Atlantique” ainsi que Mayotte et La Réunion pour la “route Océan Indien”. 

Grâce à la collaboration des jeunes participant au projet, une mini-série d’aventures et de découvertes sera réalisée à partir de la vie quotidienne des équipes. Composé de 5 épisodes d’une durée de 7 à 8 minutes, ce carnet de voyages racontera la mission “Road Trip’Eur” depuis le départ des jeunes à Paris jusqu’à la fin du voyage à Bruxelles. En parallèle, ces derniers publieront du contenu sur leurs réseaux sociaux durant leur séjour. 

Dans les Pays de la Loire, la lutte contre le harcèlement dans les écoles

La région Pays de la Loire, épaulée par l’académie de Nantes et en collaboration avec 11 partenaires (lycées, collèges, centre de formation pour professeurs, rectorats), a lancé le projet “FABAS” qui signifie “Fight against bullying at school” (en français, “Lutte contre le harcèlement à l’école”).

Ce projet, qui bénéficie de fonds européens au titre du programme Erasmus+, a pour objectif d’engager une réflexion sur les outils et les méthodes à adopter pour combattre les différentes formes d’intimidation, d’harcèlement scolaire ou de cyberharcèlement sur les réseaux sociaux dont les jeunes élèves peuvent être victimes.

Les partenaires associés au projet “FABAS” sont issus de cinq Etats membres de l’Union européenne : la France, l’Espagne, l’Italie, la Lituanie et la Belgique. Débuté en octobre 2020, le projet s’achèvera en octobre 2022 avec au total sept mobilités organisées sur les deux années dans chaque pays impliqué. In fine, cette initiative doit poser les bases d’un protocole commun entre les différents métiers présents au sein des établissements scolaires pour prévenir les cas de harcèlement mais aussi améliorer leur résolution.

En Normandie, l’Europe finance la formation professionnelle des élèves

Autre projet dédié à la jeunesse : une école de production de la restauration nommée “Le P’tit plat”, située à Petit-Quevilly (près de Rouen), a ouvert ses portes en 2014 et permet de former 10 à 12 jeunes chaque année. Ce sont des profils de “décrocheurs scolaires”, âgés de 15 à 18 ans, qui peuvent se former aux métiers de la restauration, sans aucune qualification au préalable.

Il n’y a aucun critère de recrutement lié au parcours scolaire ou au niveau de connaissances des élèves pour être admis dans cet établissement d’enseignement technique. Le recrutement se fait seulement sur la base de la motivation et la volonté affichée par les jeunes de mettre en œuvre un projet. Une fois acceptés, les participants sont encadrés par des maîtres professionnels et se forment au métier en situation réelle avec de vrais clients.

Au terme de la formation, “Le P’tit Plat” offre en 1 ou 2 (ans) un CAP (certificat d’aptitude professionnelle) dans le secteur de la restauration : soit un CAP Production et services en restauration, soit un CAP Cuisine. La formation de ces élèves dans cette école de production est financée par le Fonds social européen (FSE), à hauteur de 528 000 € pour le compte de l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ).

A Mayotte, de jeunes ambassadeurs envoyés en Europe

Plus loin du Vieux Continent, le projet “Deviens ambassadeur de Mayotte” a été lancé en 2020 par “L’Europe à Mayotte”, une structure qui associe l’Etat et le Département pour gérer des fonds européens. L’idée était de sélectionner des jeunes scolarisés à partir de la classe de troisième jusqu’à celle de terminale, voire des étudiants en cursus universitaire, afin qu’ils puissent représenter l’archipel mahorais lors d’un voyage sur le continent européen. A leur retour, ils pourront délivrer leur témoignage à leurs camarades.

Au total, ce ne sont pas moins de 180 jeunes de Mayotte qui ont participé au concours, au terme duquel 21 lauréats ont été choisis. Malheureusement, en raison de la crise liée au Covid-19, le projet - qui devait avoir lieu en 2021 - a été reporté d’un an (en mai 2022). Grâce au financement du Fonds social européen (FSE), des jeunes Mahorais sont partis en Europe.

Ces ambassadeurs iront à Bruxelles pour visiter entre autres la Commission européenne et le Conseil. Ils se rendront ensuite à Strasbourg afin d’assister à une séance plénière au Parlement européen, visiteront deux lieux mémoriaux des Guerres mondiales (mémorial d’Alsace-Moselle et celui du Struthof-Natzwiller) et enfin finiront leur périple à Paris pour célébrer la Journée de l’Europe sur le parvis de l’Hôtel de ville.

En Auvergne-Rhône-Alpes, une résidence journalistique transfrontalière

En Haute-Savoie (France) et dans la Vallée d’Aoste (Italie), un projet nommé “Parcours Civique et Professionnel en Montagne” a été lancé pour une durée de trois ans, de 2018 à 2021. Destiné à la jeunesse au cœur d’un territoire transfrontalier, celui-ci vise à l’éducation aux médias et à l’information, à la découverte des métiers liés à l’intérêt général et aux spécificités du territoire, à la stimulation de la citoyenneté et de l’engagement des jeunes et enfin à la promotion d’une identité européenne auprès de la jeunesse.

Le “Parcours Civique et Professionnel en Montagne” a donné lieu à la mise en œuvre d’une résidence journalistique transfrontalière au sein de huit établissements scolaires. Dans ce cadre, huit journalistes ont dispensé 120 modules d’Education aux Médias et à l’Information (EMI) en formant 3 000 jeunes collégiens afin de pouvoir les emmener à réaliser des reportages sur leur territoire. Ces jeunes ont ainsi été impliqués dans la préparation des reportages, des sorties sur le terrain, des interviews, des prises de sons et d’images, et enfin des restitutions.

Aussi, des journées d’échanges entre élèves français et italiens et leurs enseignants, organisées chaque année, avaient pour objectif de valoriser les projets transfrontaliers et de créer des liens entre les établissements participant au projet. Celui-ci entre dans le cadre du programme de coopération territoriale Interreg (en l’occurrence, entre la France et l’Italie) et a donc été financé par le Fonds européen de développement régional (FEDER), à hauteur de 1,4 million d’euros au total.

L'Europe en région

Article cofinancé par l'UE, en partenariat avec l'ANCT

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Voyages, lutte contre le harcèlement, formation… dans les régions françaises, priorité à la jeunesse

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide