Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Stanislas Bourron : “Les fonds européens produisent un effet de levier considérable sur les territoires”

Directeur de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), Stanislas Bourron réaffirme l’intérêt des fonds européens de la politique de cohésion, alors que s’ouvre le 27 septembre le 19e congrès des Régions de France, à Saint-Malo. Et assure que la grande priorité est bien d’aider les territoires à réaliser la transition écologique.

Stanislas Bourron, directeur de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, depuis décembre 2022, était précédemment directeur général des collectivités locales au ministère de l’Intérieur - Crédits :
Stanislas Bourron, directeur de l’Agence nationale de la cohésion des territoires depuis décembre 2022, était précédemment directeur général des collectivités locales au ministère de l’Intérieur - Crédits : ANCT

Acteur de l’Etat, créé pour accompagner les collectivités dans la réalisation de leurs projets, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) est notamment autorité de coordination nationale des fonds européens en relation avec les Régions, autorités de gestion d’une partie des fonds de la politique de cohésion dévolus à la France (FEDER, FSE+, FEAMPA, FTJ). Pour la période 2021-2027, l’enveloppe globale de la France est de 15,745 milliards d’euros, dont 9,070 Mds€ pour le FEDER et 6,675 Mds€ pour le FSE+, alors que l’enveloppe du FEAMPA est de 567 M€ et celle du FTJ de 1 Md€. Directeur de l’ANCT, depuis décembre 2022, Stanislas Bourron confirme l’importance des fonds européens dans la dynamique d’investissement territorial et le travail de coopération avec les Régions françaises.

L’ANCT est l’agence qui accompagne les collectivités dans la réalisation des projets locaux, au plus près des territoires. Expliquez-nous votre mission.

Stanislas Bourron : Une des missions principales de l’Agence consiste à déployer des programmes nationaux territorialisés, c’est-à-dire des dispositifs d’investissement et d’accompagnement auprès des collectivités sur des enjeux spécifiques. Par exemple, “Actions cœur de ville” pour les villes moyennes ou “Territoires d’industrie”, une stratégie de reconquête industrielle. C’est aussi déployer des outils de contractualisation en proximité, à l’exemple des contrats de relance et transition écologique (CRTE) qui maillent le territoire national. Et, enfin, proposer un accompagnement sur mesure avec la capacité très innovante de répondre aux collectivités qui ont besoin d’un soutien en ingénierie.

Outre ces trois grandes missions, l’Agence a aussi le rôle d’autorité de coordination des fonds de cohésion. Elle travaille donc avec les Régions qui sont autorités de gestion des fonds européens.

Vous avez donc un impact direct auprès des citoyens, en très grande proximité. Mais votre action n’est pas connue du grand public ?

L’agence créée en 2019 est toute jeune ! Elle est orientée vers le territoire, au service de l’habitant, de l’usager qui est le bénéficiaire final. Plusieurs milliers de communes bénéficient de notre action… mais nous avons sans doute la nécessité de mieux faire connaître nos outils.

L’ANCT est l’autorité nationale de coordination des fonds européens, dont une partie est gérée par les Régions. Comment s’organise cette relation de travail ?

Les Régions identifient les projets et apportent le financement grâce aux différents fonds dont elles ont la responsabilité entière ou en partie (FEDER, FEAMPA, FSE+, FTJ). Mais il est nécessaire d’avoir un point de coordination nationale pour assurer une vision globale et un suivi vis-à-vis de la Commission Européenne. C’est une relation inédite à l’interface entre les autorités européennes, nationales et régionales, qui demande un contact permanent. Cette relation s’entretient notamment à travers les Comités États-Régions “Inter fonds”, coprésidés par la Première ministre et le président de Régions de France, où se discute la mise en œuvre des fonds de cohésion.

Considérez-vous que les fonds européens soient essentiels à la dynamique des territoires ? Essentiels aussi à la coopération européenne ?

C’est évident ! Compte tenu de leur volume, les fonds européens représentent une capacité de soutien à l’investissement des collectivités et plus globalement des porteurs de projets sur les territoires. C’est un facteur qui permet de démultiplier l’ampleur et le nombre des projets, dont on sait que les porteurs ont parfois du mal à boucler les plans de financement. Les fonds européens produisent un effet de levier considérable sur les territoires et contribuent à la dynamique pour les collectivités qui s’emparent de ces financements.

Pour autant, la France ne consomme pas tous les fonds qui lui sont accordés. Que manque-t-il dans la chaîne ? Des projets, de l’information, de l’ingénierie ?

Il y a toujours un décalage entre la période de programmation et la capacité à vérifier le taux de consommation (la programmation 2014-2020 se termine en 2023 pour l’engagement des fonds). On voit aujourd’hui que le taux de consommation sur le FEDER, par exemple, progresse rapidement. L’engagement des collectivités régionales est réel, il n’y a pas de doutes. Mais il est vrai que certaines collectivités peuvent manquer de moyens humains pour identifier et porter les projets, aider à monter les dossiers de subvention. On note que la consommation des fonds est aussi le reflet d’une différence dans la capacité technique.

Et sur ce point, l’ANCT peut apporter son soutien ?

Notre rôle est de respecter les compétences de chacun. En revanche, nous pouvons aider de différentes manières. D’abord, à travers “Synergie”, le système d’information qui permet aux collectivités régionales d’apporter les financements européens. Nous gérons “Synergie” et notre responsabilité est de proposer l’outil le mieux adapté à leur besoin ; ensuite l’agence relaye l’intérêt des fonds de cohésion et contribue à les valoriser ; enfin dans le cadre de nos conseils nous signifions aux territoires comment se saisir des fonds européens, dès lors qu’ils sont éligibles. Nous sommes attentifs aux taux de consommation et nous sommes en constant échange avec les Régions.

Quels secteurs sont prioritaires, selon vous, en termes d’investissement dans les territoires ? Et comment les fonds européens peuvent-ils y contribuer ?

Aujourd’hui, la politique de cohésion porte sur différents leviers : la compétitivité économique, la cohésion sociale, mais également sur l’adaptation des territoires au dérèglement climatique. Clairement, il y a une forte accentuation sur cette thématique, répondant aussi à l’énorme besoin collectif d’engager des investissements. Sur ce point, la politique du gouvernement est partagée par toutes les collectivités et l’on encourage à cofinancer des projets en faveur de la transition écologique, par exemple en complément du Fonds vert.

Le Fonds pour une transition juste (FTJ) est le petit nouveau de la programmation 2021-2027. Quel est son objectif ?

Le Fonds de transition juste, c’est un milliard d’euros pour la France avec cet objectif très spécifique d’accompagner la transition énergétique et industrielle des territoires à fortes émissions de CO2. Six Régions françaises sont bénéficiaires du fonds (ainsi que l’Etat). On ne peut évidemment pas faire un bilan de ce fonds très récent, mais on voit en tout cas l’intérêt d’un levier avec une concentration sur un segment. Pour autant, je pense qu’il faut éviter de créer des fonds trop sectorisés, non pas que les sujets ciblés ne soient pas importants. Mais pour la transition écologique, qui concerne la totalité des territoires, nous avons besoin d’outils les plus polyvalents possibles. 

Oui, le FTJ est important, car il permet de concentrer l’effort sur quelques territoires très concernés, mais il ne faut pas que cela s’impose comme une règle future de gestion basée sur des plus petits fonds sectoriels. Nous avons plutôt intérêt à nous appuyer sur des fonds généraux pour lesquels les autorités nationales et régionales pourraient ajuster leurs usages en fonction des besoins des territoires.

La transition écologique et l’adaptation au changement climatique sont donc les enjeux prioritaires ?

Oui ! Et les enjeux sur la planification écologique territorialisée vont nous amener dans les prochaines années à accompagner l’ensemble des collectivités, des acteurs territoriaux et des entreprises dans une évolution accélérée : il faut faire vite dans des volumes d’investissements considérables ! 

Les fonds de cohésion doivent aider les territoires les moins armés. Et c’est clairement cette orientation que l’on considère comme prioritaire, tant au niveau européen, que national.

La nouvelle programmation s’engage (2021-2027), mais les regards sont déjà tournés vers la période 2028-2034. Quels sont les axes à défendre pour la politique régionale ?

C’est un sujet de grande attention pour l’Etat. La Commission européenne a créé un groupe d’experts qui rendra ses conclusions début 2024. De notre côté, nous avons engagé la réflexion avec les Régions, mais également à différentes échelles, notamment en appui sur l’INCOPAP (Instance nationale de concertation sur l’accord de partenariat) qui réunit des représentants de l’Etat, des collectivités territoriales, des partenaires sociaux et des acteurs de la société civile. Un séminaire se tiendra le 19 décembre 2023 pour alimenter la réflexion. Il est clair que les fonds européens n’ont pas encore permis de régler toutes les fractures territoriales. On a besoin de ces fonds de cohésion, de réfléchir à leur usage et de garantir que tous les territoires en profiteront dans de bonnes conditions. Nous voulons partager avec tous les acteurs de terrain, y compris les bénéficiaires, pour faire valoir notre point de vue à la Commission européenne en 2024.

Est-ce que les fonds européens contribuent aussi à la coopération européenne, à diffuser l’idée européenne ?

J’en suis convaincu et le séminaire Interreg qui s’est tenu à Marseille en juin 2023 avec de nombreux acteurs locaux, pas seulement de Bruxelles ou Paris, a démontré la valeur de ces coopérations transfrontalières. Les financements communautaires contribuent à cette coopération. C’est un vrai facteur de développement d’un esprit européen respectueux des États auquel chacun appartient et d’un sentiment d’appartenance collective à l’Union européenne.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Stanislas Bourron : "Les fonds européens produisent un effet de levier considérable sur les territoires"

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide