Commerce extérieur

La politique commerciale commune

Sommet ASEAN - EU

Première puissance commerciale de la planète, l'Union européenne est une économie ouverte : son commerce de marchandises et de services avec le reste du monde représente plus d'un tiers de son économie.

Une compétence exclusive

Tout comme la politique agricole commune, la politique commune de la pêche et la politique de la concurrence, la politique commerciale commune relève du champ des compétences exclusives de l'Union.

Depuis le traité de Rome conclu en 1957, le commerce extérieur est un des enjeux majeurs de l'Union européenne. La politique commerciale constitue le pendant du marché unique, concernant les relations de l'UE avec les pays tiers. Le commerce a longtemps représenté l'essentiel des relations extérieures de l'Union européenne.

Cette politique consiste à rechercher un équilibre entre l'ouverture des marchés étrangers aux produits européens et la protection du marché intérieur. Elle permet à l'Union d'établir et de modifier le tarif extérieur commun, de conclure les accords douaniers et commerciaux, d'harmoniser les mesures de libéralisation du commerce avec les pays tiers et de se défendre contre les pratiques de commerce jugées déloyales.

Quelques données

Le commerce intra-zone au sein de l'UE est très développé. En 2013, 62,8% des importations de marchandises de l'UE proviennent de l'UE, contre seulement 6,2% des États-Unis, 4,6% de la Suisse et 4,3% de la Chine.
En 2012, 59,2% de ses importations de services commerciaux provenaient de l'UE, contre 12,1% des États-Unis, 4,9% de la Suisse et 1,6% de la Chine.

Si l'on exclut le commerce intra-européen, l'UE représente un peu plus de 15% des exportations mondiales de marchandises (soit 2 307 milliards d'euros) et 25,19% des exportations mondiales de services (soit 890 milliards d'euros).

Elle est ainsi la première puissance commerciale du monde, devant la Chine (11,74% des exportations mondiales de marchandises et 4,41% des exportations mondiales de services) et les Etats-Unis (respectivement 8,39% et 14,25%). Mais sa part dans le commerce mondial décroît, au profit de la Chine et des pays émergents.

L'UE est championne des exportations de services de transports (20,7%) loin devant les États-Unis (9,5%) et Singapour (4,9%) et des autres services commerciaux (22,3%), devant les États-Unis (15,8%), la Chine et l'Inde (4,5%).

Dans le domaine de l'exportation des produits manufacturés, la Chine est en haut du podium (17,5%). L'UE la suit de près (15%), devant les États-Unis (9,5%) et le Japon (5,3%). Lorsque l'on prend en compte e commerce intra-UE, 69,1% des importations de produits manufacturés de l'UE proviennent de l'UE, devant la Chine à seulement 8,9%. Le commerce intra-zone est donc très important au sein de l'UE.

Sur le plan de l'agriculture, l'UE est le deuxième exportateur au monde (10% du total), juste derrière les Etats-Unis, qui représentent 10,1% des exportations mondiales en la matière. Une concurrence qui constitue un sujet de tensions entre les deux partenaires.

Les importations constituent néanmoins un part importante de l'économie européenne, à tel point que la balance commerciale européenne (différence entre exportations et importations) est déficitaire, en 2012, de 105 milliards d'euros.

Pour les pays les plus pauvres, la politique commerciale de l'UE associe les échanges au développement. L'octroi de droits de douane réduits, le soutien aux PME exportatrices et l'aide à l'amélioration de la gouvernance sont quelques moyens par lesquels le commerce et l'aide au développement peuvent être combinés.

L'UE est également championne des exportations de produits chimiques (18,1%) et de produits pharmaceutiques (28,8%). Elle devance de loin les États-Unis (respectivement 10,4% et 8,5%) et la Chine (6% et 2,5%).

L'UE est enfin le plus grand marché unique du monde. Les consommateurs et investisseurs, européens comme étrangers, profitent des avantages d'un système qui soutient la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux.