Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

La presse européenne passe au crible le discours sur l’état de l’Union d’Ursula von der Leyen

La présidente de la Commission européenne a prononcé ce mercredi 13 septembre son quatrième discours sur l’état de l’Union européenne. Elle y a vanté son bilan sans se priver d’annoncer de nouveaux projets, plaidant même pour une accélération de l’élargissement de l’UE. Une allocution largement analysée par les médias européens.

Lors de son discours sur l'état de l'Union européenne, Ursula von der Leyen a exprimé son souhait d'accélérer l'élargissement de l'UE
Lors de son discours sur l’état de l’Union européenne, Ursula von der Leyen a exprimé son souhait d’accélérer l’élargissement de l’UE - Crédits : Dati Bendo / Commission européenne

Un discours soigneusement calibré” pour La Libre, au cours duquel elle “a évité le langage de la technocratie”, se réjouit Politico. La quatrième allocution sur l’état de l’Union d’Ursula von der Leyen, prononcée ce mercredi 13 septembre devant le Parlement européen, a été globalement bien accueillie par l’ensemble des médias du continent.

Ceux-ci se sont particulièrement fait l’écho de ses annonces concernant le Pacte vert européen et de sa volonté d’élargissement à l’est de l’espace Schengen et de l’Union européenne. Autre sujet quant à lui non évoqué, son avenir à la tête de la Commission européenne suscite également la curiosité de la presse européenne.

Une main tendue au PPE

Dans son discours sur l’état de l’Union, mercredi, la présidente de la Commission a longuement évoqué le Pacte vert, projet phare de l’Union européenne, mais a évité de mentionner les efforts législatifs, nouveaux ou en cours”, relève Politico. Elle s’est même employée à rassurer le secteur industriel, inquiet face aux réglementations environnementales adoptées à Bruxelles. “Alors que nous entrons dans la prochaine phase du Pacte vert européen, une chose ne changera jamais : nous continuerons à soutenir l’industrie européenne tout au long de cette transition”, a-t-elle affirmé [Malta Today].

Comme le souligne The Brussels Times, la feuille de route écologique de la présidente “se heurte à une opposition croissante de la part de son propre camp, le PPE [Parti populaire européen]”. Alors pour le dernier discours de son mandat, “en matière de politique climatique, Ursula von der Leyen a dit aux conservateurs européens ce qu’ils voulaient entendre”, résume Politico. Pour le média en ligne, il s’agit du “signe le plus évident que les efforts de l’UE en matière de climat passent de la réglementation à la mise en œuvre – un changement conforme aux demandes du PPE d’arrêter d’accabler l’industrie avec de nouvelles règles vertes”.

Le Financial Times va plus loin, considérant cette allocution de rentrée comme un “discours pro-business”. Une forme de main tendue de la présidente à destination de “son parti avant les élections [européennes] de l’année prochaine”. Pour le quotidien économique britannique, les promesses d’Ursula von der Leyen “de réduire la bureaucratie, de conclure de nouveaux accords commerciaux et de stimuler la compétitivité” sont “autant de tentatives pour satisfaire les députés [du PPE] qui ont critiqué sa présidence pour avoir été trop centrée sur la transition verte”.

Pour autant, la présidente de la Commission européenne a soigneusement omis d’évoquer son futur à la tête l’institution bruxelloise. “Dans les 300 prochains jours, nous devons terminer le travail que les Européens nous ont confié”, s’est-elle contentée de rappeler. “Vous pensiez vraiment que j’annoncerais aujourd’hui ma candidature à un second mandat ? Dans vos rêves”, traduit en sous-texte Politico dans un article intitulé “Ce qu’a dit Ursula von der Leyen vs. Ce qu’elle voulait vraiment dire”.

Accélérer l’élargissement

L’appel à l’élargissement de l’espace Schengen et de l’Union européenne a lui aussi largement été commenté par la presse européenne. Evoquant les efforts réalisés par l’Ukraine, mais également la Moldavie ou les pays des Balkans pour adhérer à l’Union européenne, “la présidente de la Commission européenne a averti les États membres de la nécessité d’être ‘à la hauteur de la détermination’” de ces Etats, relate The Guardian. Ursula von der Leyen a invité les députés européens à réfléchir aux “questions pratiques sur la manière dont une Union de plus de 30 pays fonctionnerait”. El Pais y voit pour l’UE “une étape historique […] aussi immense que la chute du rideau de fer et la fin de la guerre froide”.

L’ancienne ministre allemande souhaite aussi accélérer l’élargissement de l’espace Schengen. “La Bulgarie et la Roumanie ont démontré, preuves à l’appui, qu’elles font partie de l’espace Schengen. Alors ne perdons plus de temps, ouvrons-leur la porte”, a-t-elle plaidé [BNR]. “Nous attendions cet appel d’Ursula von der Leyen et j’espère que les pays membres tiendront compte de ce qu’elle a dit”, a réagi Mariya Gabriel, ministre des Affaires étrangères bulgare et ancienne commissaire européenne citée par la radio nationale bulgare.

L’Autriche et les Pays-Bas écouteront-ils ?”, s’interroge ainsi 24 Chasa. Rien n’est moins sûr. Le quotidien bulgare rappelle que jusqu’à présent, “Vienne s’oppose fermement à [l’adhésion de ces deux pays] à l’espace Schengen, arguant des problèmes de sécurité à [leurs] frontières et exigeant une réforme du système d’asile de l’UE”. Une fois de plus, “l’Autriche s’est empressée de rejeter cette demande” hier, note Euractiv. “À ce stade, parler d’une extension de l’espace Schengen n’a pas de sens pour moi. Nous avons besoin de plus de contrôles, pas de l’inverse”, a déclaré le ministre autrichien de l’Intérieur, Gerhard Karner. “Inutile de parler d’élargissement”, en conclut, las, le quotidien roumain Adevarul.

Les autres sujets du jour

Discours sur l’état de l’Union européenne

Elections européennes

Economie

Guerre en Ukraine

Libye

Parlement européen

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur La presse européenne passe au crible le discours sur l’état de l’Union d’Ursula von der Leyen

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide