Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

[Carte] L’âge légal de départ à la retraite dans l’Union européenne

L'âge légal de la retraite dans l'Union européenne varie d'un Etat membre à l'autre. Il s'étale de 60 ans (pour les femmes) en Autriche et en Pologne à 67 ans (pour les deux sexes) en Allemagne et en Italie. Certains pays fixent un âge de départ à la retraite différent en fonction du sexe.

La majorité des Etats membres ont un âge légal de départ à la retraite aux alentours de 65 ans.

Mais cet âge peut varier selon le sexe du travailleur, comme dans un quart des pays de l’UE, et aussi selon le statut professionnel et les exceptions propres à chaque Etat. Tous prévoient des systèmes de retraite anticipée ou au contraire différée, à côté de l’âge de départ normal. Enfin, le départ à la retraite dépend partout du nombre d’années travaillées.

Age légal est, par ailleurs, parfois loin de signifier âge réel en termes de départ à la retraite : le second diffère souvent sensiblement du premier. Selon les données d’Eurostat de 2020 par exemple, il y avait plus de 5,1 millions de personnes âgées de plus de 65 ans qui avaient encore un emploi dans l’Union européenne - un chiffre en constante augmentation au fil des années. Aussi, en 2019 et toujours selon Eurostat, plus d’un quart (27,5 %) des personnes âgées de 65 à 74 ans continuaient à travailler en Estonie, tandis qu’au moins 17 % de cette tranche d’âge avaient un emploi en Lettonie, en Irlande, en Suède, en Lituanie et au Portugal.

PaysAge légal de départ à la retraite (au 1er janvier 2022)
Allemagne67 ans
Autriche65 ans pour les hommes, 60 ans pour les femmes
Belgique65 ans
Bulgarie64 ans et 4 mois pour les hommes, 61 ans et 8 mois pour les femmes
Chypre 65 ans
Croatie65 ans pour les hommes, 62 ans et 9 mois pour les femmes
Danemark67 ans
Espagne65 ans
Estonie63 ans et 6 mois
Finlande64 ans pour les personnes nées en 1958, 64 ans et 6 mois pour celles nées en 1960, 65 ans pour celles nées entre 1962 et 1964
France62 ans
Grèce67 ans (pour 15 ans d’assurance) ou 62 ans (pour 40 ans d’assurance)
Hongrie65 ans
Irlande66 ans
Italie67 ans
Lettonie64 ans et 3 mois
Lituanie64 ans et 4 mois pour les hommes, 63 ans et 8 mois pour les femmes
Luxembourg65 ans
Malte63 ans pour les personnes nées entre 1956 et 1958, 64 ans pour celles nées entre 1959 et 1962, 65 ans pour celles après 1962
Pays-Bas66 ans et 7 mois
Pologne65 ans pour les hommes, 60 ans pour les femmes
Portugal66 ans et 7 mois
République tchèque63 ans et 10 mois pour les hommes et âge variable en fonction du nombre d’enfants élevés de 60 ans et 2 mois à 63 ans et 10 mois pour les femmes
Roumanie65 ans pour les hommes, 61 ans et 9 mois pour les femmes
Slovaquie62 ans et 10 mois
Slovénie65 ans
Suède62 ans

Les problématiques liées à la question de la retraite 

Au-delà des différences, tous les régimes de retraite en Europe se trouvent confrontés à un problème commun : l’évolution de la démographie.

Le vieillissement de la population modifie négativement l’équilibre entre la population active et les aînés. D’après des projections présentées par l’Onu en 2015, la population de l’UE pourrait stagner à environ 500 millions en 2050, tout en comptant près de 50 millions de personnes en moins dans la classe d’âge 20-64 ans et 85 millions d’individus de 65 ans et au-delà en plus.

Conjuguée à la faiblesse de la croissance européenne actuelle, cette évolution aura d’importantes répercussions en termes de finances publiques.

Aussi, beaucoup d’Etats membres, dont la France, débattent actuellement d’une réforme de leur système de retraites, afin de financer leurs engagements actuels ou de les ajuster à un niveau pouvant être financé.

Recul de l’âge de départ

Un des principaux leviers à disposition des Etats est le recul progressif de l’âge de la retraite. Pas moins de 19 Etats membres ont ainsi décidé de le reculer dans les années à venir ou commencent déjà à le faire de manière progressive.

En Belgique, par exemple, cet âge passera de 65 ans actuellement à 67 d’ici 2030 (66 ans en 2025). De même, il augmente progressivement au Danemark pour atteindre 69 ans en 2035 ou encore en Espagne pour être de 67 en 2027.

Les Pays-Bas, notamment, sont allés plus loin dans leur législation sur l’âge de départ à la retraite : il est lié à l’espérance de vie. A partir de 2024, les Néerlandais devront selon ce principe attendre 67 ans pour prendre leur retraite et à partir de 2025, l’âge légal de la retraite sera augmenté de 8 mois pour chaque année d’allongement de l’espérance de vie. La Slovaquie a également adopté un système similaire, jusqu’en 2030. L’Italie, quant à elle, continue progressivement de relever l’âge légal de départ à la retraite en fonction de l’espérance de vie aussi pour atteindre 69 ans et 9 mois d’ici 2050.

La Suède, elle, demeure un cas particulier : elle a adopté le principe d’un âge de départ à la retraite flexible, avec la possibilité de toucher une pension à partir de 62 ans.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Carte] L'âge légal de départ à la retraite dans l'Union européenne

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide

4 commentaires

  • Avatar privé
    Vidal C.B

    Autrefois l’âge de la retraite était fixé à 65 ans en France avec 37 années de cotisations. Pour ma part, si j’aie eu droit à la retraite à 60 ans,(loi de 1983) il fallait 40 années de cotisations (en fait j’avais 41 ans et 9 mois validés au compteur plus mon service militaire, dont 11 mois dans le Sahara, soit au total 44 années et 5 mois, autre point en ce qui concerne la pénibilité, j’ai travaillé avec embauche à 2 heures de la nuit (5 à 6j /7) pendant les 33 dernières années de ma vie professionnelle “Industrie du Batiment” (selon la loi Française j’aurai pu partir à 57 ans, sauf que cela ne s’est pas fait, pourquoi ??? Allez savoir ? Ce que je peux dire, est que le fait de travailler de nuit n’est pas ce qu’il y a des plus pénibles, bien au contraire ! et je n’en aurai changé pour rien au monde

  • Avatar privé
    Bruno GERMAIN

    Un grande partie des Français veulent que nous soyons les seuls à partir à la retraite à moins de 65 ans. C’est sûrement l’effet du “quoi qu’il e. Coute” il n’y a qu’ à faire quelques centaines de millions de déficit en plus ou de multiplier les impôts par 2 ou par 3 …

  • Avatar privé
    Eliopatchikov

    Mon opinion : En France, on parle beaucoup de pénibilité au travail mais de quoi il retourne exactement ? On envisage de prendre en compte la pénibilité au travail dans la retraite mais quels seront les critères de cette notion toute relative ? Schématiquement, quand on travaille dans un bureau, on pense peut être que le métier de maçon est pénible… Quand on est maçon on pense peut être que le métier de bureaucrate est pénible… Aujourd’hui, de plus en plus de femme accèdent à des “métier d’homme”, et vice versa.… Une femme qui souhaite être vigneronne, pense t-elle que c’est pénible ? Une femme qui souhaite être pilote de ligne, pense t-elle que c’est pénible ? Un homme qui souhaite être sage femme, pense t-il que c’est pénible ?
    La question est surtout, y a t-il la bonne personne au poste ?
    De plus, en réalité, les conséquences de la “pénibilité”, ou des “dangers” sont souvent  détectés sur le long terme… cf. amiante, pesticides, bruit, ondes électromagnétiques , etc…
    Quels seraient in fine les critères “justes” d’évaluation ?
    La question n’est elle pas plutôt de valoriser le travail ? On en est loin…
    Mais le plus urgent est de parer au problème démographique actuel , le vieillissement de la population ! Il semble qu’il n’y ait pas d’autre choix que d’allonger la durée du travail (et surtout le valoriser). Dans cette perspective, la majorité des Etats membres ont reculé le levier de l’ âge légal de départ à la retraite aux alentours de 65 ans.… J’imagine que tous ces pays ne veulent pas non plus en “prendre pour perpète” ?! Mais les faits sont têtus.… CQFD

  • Avatar privé
    gardies

    l’âge de la retraite n’est pas le seul élément à prendre en compte, la pénibilité au travail doit être admise et il faut revoir certains départs comme la SNCF ou autres. Le nombre d’annuité de cotisation, intégrant des périodes diverses chômage, enfants etc à discuter aussi. Enfin je pense que l’épargne salariale au sens large si elle ne doit pas ressembler aux fonds de pension américain (risque d’investissements douteux) devrait être envisagé pour abonder la retraite. Les régimes spéciaux ne doivent plus exister car ils alourdissent la note du régime général qui finance les déficits (cela vaut aussi pour le senat francais, ce n’est pas l’argent de son président mais les l’argent des français qui finance le régime. Un plafond de montant de la retraite pourrait être envisagé ou taxe fortement au delà), notamment dans la fonction publique, il n’est pas normal qu’un ancien prédisent de la république cumule divers emplois qui compte pour as retraite déjà élevée, mais encore plus pour un PDG du privé qui voit non seulement son salaire mensuel très élevé mais aussi pour sa retraite touche des parachutes dont le montant est pris sur la société.