Derniers articles publiés

L'âge légal de départ à la retraite dans l'Union européenne

Carte et comparatif 05.12.2019

L'âge légal de la retraite dans l'Union européenne varie d'un Etat membre à l'autre. Il s'étale de 60 ans pour les femmes en Autriche et en Pologne (certains pays fixent un âge de départ à la retraite différent en fonction du sexe) à 67 ans pour les deux sexes en Allemagne.

La majorité des Etats membres ont un âge légal de départ à la retraite aux alentours de 65 ans.

Mais cet âge peut varier selon le sexe du travailleur, comme dans un quart des pays de l'UE, et aussi selon le statut professionnel et les exceptions propres à chaque Etat. Tous prévoient des systèmes de retraite anticipée ou au contraire différée, à côté de l'âge de départ normal. Enfin, le départ à la retraite dépend partout du nombre d'années travaillées.

Age légal est, par ailleurs, loin de signifier âge réel en termes de départ à la retraite : le second diffère souvent, parfois sensiblement, du premier. Aussi, selon une étude de l'OCDE portant sur la période 2012-2017, les individus quittent en moyenne le marché du travail avant l'âge légal dans environ trois quarts des pays de l'UE. C'est le cas dans 21 Etats membres pour les femmes et 19 pour les hommes. Seules l'Estonie, la Roumanie et la Suède enregistrent un âge réel de départ à la retraite supérieur à l'âge légal pour les deux sexes.

Au-delà des différences, tous les régimes de retraite en Europe se trouvent confrontés à un problème commun : l'évolution de la démographie.

Le vieillissement de la population modifie négativement l’équilibre entre la population active et les aînés. D'après des projections faites par l'ONU en 2015, la population de l'UE pourrait stagner à environ 500 millions en 2050, tout en comptant près de 50 millions de personnes en moins dans la classe d'âge 20-64 ans. Et 85 millions d'individus de 65 ans et au-delà en plus.

Conjuguée à la faiblesse de la croissance européenne actuelle, cette évolution aura d'importantes répercussions en termes de finances publiques.

Aussi, beaucoup d'Etats membres, dont la France, débattent actuellement d'une réforme de leur système de retraites, afin de financer leurs engagements actuels ou de les ajuster à un niveau pouvant être financé.

Un des principaux leviers à disposition des Etats est le recul progressif de l'âge de la retraite. 18 Etats membres ont ainsi décidé de le reculer dans les années à venir ou commencent déjà à le faire de manière progressive.

En Belgique, par exemple, cet âge passera de 65 à 67 ans d'ici 2030 (66 ans en 2025). De même, il augmente progressivement en Estonie pour atteindre 65 ans en 2026. Le Royaume-Uni le fixera quant à lui à 66 ans pour tous en 2020. 

Les Pays-Bas sont allés plus loin dans leur législation sur l'âge de départ à la retraite : il est lié à l'espérance de vie depuis 2012. A partir de 2022, les Néerlandais nés après 1954 devront selon ce principe attendre 67 ans et 3 mois pour prendre leur retraite. La Slovaquie a adopté un système similaire depuis 2012 également.

La Suède, elle, est un cas particulier : l'âge de la retraite est flexible et varie entre 61 et 67 ans.

Dans nombre de récentes réformes des retraites ou dans celles à venir, se trouve aussi l'augmentation de la durée de cotisation, éventuellement conjuguée à une diminution des pensions publiques de retraite. Certains changements impliquent, par conséquent, une augmentation de la part privée de ces pensions et/ou une plus forte imposition de certaines catégories de population.