Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

La parité au Parlement européen

Les lois adoptées par les Etats membres en faveur de la parité ont permis, ces dernières années, un accroissement certain du nombre de femmes en politique, notamment au Parlement européen où elles représentent 39,5 % des eurodéputés en 2022.

Le nombre de femmes en progrès constant

Le Parlement européen n’a jamais compté autant de femmes élues dans son histoire. Elles ne représentaient que 16 % de l’hémicycle en 1979, contre 41 % des élus pour la période 2019-2024 (39,5 % après la sortie du Royaume-Uni). Une proportion en progression à chaque élection. Le Parlement européen est ainsi plus féminisé que la plupart des Parlements nationaux des Vingt-Sept, à l’exception de ceux de la Suède (47 % en 2020), de la Finlande (46 %), de l’Espagne (44 %) et de la Belgique (41 %), selon les données de la Banque mondiale. La France se situe à un niveau comparable à celui de l’hémicycle européen, avec 40 % de députées. 

En outre, huit des 14 vice-présidents sont des femmes et sur les cinq questeurs, trois sont des questeuses. 

Toutefois, cette situation encourageante ne doit pas cacher le fait que le Parlement européen n’ait été présidé qu’à trois reprises par des femmes depuis 1979 (date du passage à l’élection au suffrage universel direct du Parlement) - Simone Veil (1979-1982), Nicole Fontaine (1999-2002) et aujourd’hui Roberta Metsola, soit trois présidentes pour 14 présidents. De même, les présidences de groupes reviennent en majorité à des hommes. Sur les sept groupes politiques de la mandature 2019-2024, seul le groupe socialiste est présidé par une femme, Iratxe Garcia Pérez, tandis que les Verts/ALE et la GUE/NGL (Groupe de la gauche au Parlement européen) ont tous les deux instauré une coprésidence partagée et paritaire : Manon Aubry et Martin Schirdewan pour la gauche radicale ; Philippe Lamberts et Ska Keller pour les écologistes. Cette dernière a renoncé à ce poste en septembre 2022 et sera prochainement remplacée par une autre eurodéputée.

Disparités nationales

Mais au delà des disparités entre les groupes, c’est entre les différents pays que les écarts en termes de parité sont les plus importants. Dans quatre Etats, on compte moins d’un quart de femmes parmi les eurodéputés. C’est notamment le cas en Slovaquie, qui ne compte que 15 % d’élues. A Chypre, les six eurodéputés sont des hommes. 

A l’inverse, la Finlande et la Suède sont les deux pays de l’UE ayant connu le plus d’eurodéputées élues en mai 2019, ces dernières comptant pour respectivement 54 et 55 % de leurs parlementaires européens. 

Pour pallier le déficit de représentation des femmes au Parlement européen et dans d’autres institutions démocratiques, onze pays de l’UE disposaient d’un système de quotas lors des élections européennes de 2019. C’est notamment le cas de la France, où 50 % d’hommes et 50 % de femmes ont ainsi été élus.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur La parité au Parlement européen

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide