Derniers articles publiés

Biographie : Jean Monnet (1888-1979)

Synthèse 14.09.2013

Père fondateur de la Communauté européenne, Jean Monnet a contribué de manière décisive à transformer l’Europe en un espace de liberté, de prospérité et de paix.

Jean Monnet

Sa vie

Propos choisis
 
"Il n’y aura pas de paix en Europe si les Etats se reconstituent sur une base de souveraineté nationale, avec ce que cela entraîne de politique de prestige et de protection économique (…) Les pays d’Europe sont trop étroits pour assurer à leurs peuples la prospérité et les développements sociaux indispensables. Cela suppose que les Etats d’Europe se forment en une fédération ou en une entité européenne qui en fasse une unité économique commune."Discours au Comité de Libération Nationale prononcé le 5 août 1943.

"Les nations souveraines du passé ne sont plus le cadre où peuvent se résoudre les problèmes du présent. Et la Communauté elle-même n’est qu’une étape vers les formes d’organisation du monde de demain."Mémoires, Fayard, Paris, 1976, p.617.

"La grande révolution européenne de notre époque, la révolution qui vise à remplacer les rivalités nationales par une union de peuples dans la liberté et la diversité, la révolution qui veut permettre un nouvel épanouissement de notre civilisation, et une nouvelle renaissance, cette révolution a commencé avec la Communauté européenne du charbon et de l’acier."

"Continuez, continuez, il n'y a pas pour les peuples d'Europe d'autre avenir que dans l'union."

Jean Monnet naît le 9 novembre 1888 à Cognac, où il fait des études brèves. Il complète sa formation par de nombreux voyages.

1914-1922 : de la coordination des ressources de guerre franco-britanniques à la Société des Nations

De 1914 à 1918, il propose au président du Conseil de coordonner les ressources de guerre franco-britanniques. La réussite de ce plan de fusion, son solide réseau de relations et son expérience du domaine économique lui permettent d’accéder au poste de Secrétaire général adjoint de la Société des Nations, créée en 1919 et qu’il quitte en 1922.

Ses nouvelles activités, à nouveau orientées vers les affaires et la finance internationales, le mènent dans les pays de l’Est, aux Etats-Unis et en Chine jusqu’à l’approche de la Seconde guerre mondiale.

1939 : le projet d'Union franco-britannique

Revenu en France en 1939 en pleine débâcle, il soumet un projet d’Union franco-britannique, qui ne verra pas le jour, contrairement à celui du "Victory Program", destiné à relancer l’industrie d’armement américaine, en 1942, après l’entrée en guerre des Etats-Unis contre les puissances de l’Axe.

1945-1950 : du plan de modernisation de la France au projet CECA

Trois ans plus tard, il est chargé du premier Plan français de modernisation et d’équipement.

Alors que l’Allemagne se reconstruit plus rapidement que la France, il imagine, en 1950, de souder les destins des deux pays par une mise en commun de la production du charbon et de l’acier, matières premières de l’industrie de guerre. Il élabore le projet de Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) dans sa maison d’Houjarray. 

1950-1957 : de la CECA au Traité de Rome

Son idée de mise en commun des productions de charbon et d’acier, soumise au ministre des Affaires Etrangères Robert Schuman, est rendue publique le 9 mai 1950, sous l’appellation de "Déclaration Schuman".

Le texte représente l’acte de naissance de l’Union Européenne et stipule que "L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait".

Cette union de l’Allemagne, de l’Italie, de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg et de la France, est officialisée par le Traité de Paris, signé le 18 avril 1951. La suppression des droits de douane et des restrictions à la circulation de ces matières premières prend effet le 23 juillet 1952.

Jean Monnet est le président de la CECA de 1952 à 1955 mais, après l’échec du plan de Communauté européenne de défense (CED) en 1954, il démissionne de la Haute Autorité de la CECA et crée le Comité d’Action pour les Etats-Unis d’Europe. Ce mouvement, qui rassemble syndicats et politiques des six pays, milite pour une fédération européenne plus ambitieuse dans sa dimension politique.

En 1957, à l’origine du projet de coopération nucléaire EURATOM, il participe étroitement aux négociations de préparation du Traité de Rome, signé le 25 mars, et au projet d’élargissement de la Communauté au Royaume-Uni.

L’année 1975 marque sa retraite politique : Jean Monnet dissout son Comité et rédige ses mémoires.
Il meurt dans sa maison d’Houjarray le 16 mars 1979 ; ses cendres reposent maintenant au Panthéon.

Une résolution des chefs d’Etats et de gouvernement, réunis en Conseil européen à Luxembourg le 2 avril 1976, a décerné à Jean Monnet le titre de "Citoyen d'honneur de l’Europe".