EU Talk JB Bonnin - Mobilité
Economie et monnaie

La dette publique des Etats de l'Union européenne

deficit (c) Istock

Depuis plusieurs années, l’ampleur de la dette publique européenne ne cesse d’augmenter. La crise économique et financière de 2008, associée aux politiques de rigueur visant à réduire les déficits publics et donc, théoriquement, les niveaux d'endettement, apparaissent comme les principales raisons expliquant l’accroissement de la dette de l’Union européenne égale, en 2014, à 86,6 % du PIB.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

La dette publique, qui représente la dette de l’Etat, c’est-à-dire l’ensemble des emprunts contractés par l’État, ne doit pas être confondue avec le déficit public qui est un solde annuel négatif entre des ressources et des dépenses.

Consulter notre comparatif sur le déficit public des Etats membres de l'Union européenne

Les données publiées en janvier 2015 par Eurostat font apparaitre deux phénomènes : la hausse quasi générale de l’endettement public et la baisse, quasi générale également, des déficits publics, au sein de l’Union européenne.

Au dernier trimestre de 2014, la dette des 28 Etats membres se porte à 86,6 % du PIB. Celle de la zone euro équivaut quant à elle à 92,1 % du PIB. Entre 2013 et 2014, l’endettement a augmenté de 1,3 point dans toute l'UE, et de 1 point dans la zone euro.

Individuellement, six pays affichent un niveau de dette publique supérieur à 100 % du PIB. Il s’agit de la Grèce (176 %), de l’Italie (131,8 %), du Portugal (131,4 %), de l’Irlande (114,8 %), de la Belgique (108,2 %) et de Chypre (104,7 %). Entre 2010 et 2013, le niveau d’endettement public par rapport au PIB a fortement augmenté dans de nombreux pays européen.

A l’inverse, 12 Etats membres sur 28 demeurent sous le seuil de 60 % du PIB, fixé par le Pacte de stabilité et de croissance. Les niveaux de dette publique les plus bas se trouvent en Estonie (10,5 %), au Luxembourg (22,9 %), en Bulgarie (23,6 %) et en Roumanie (38,1 %).

En France, la dette publique est supérieure à celle de l’Union européenne et de la zone euro, et s’élève à 95,3 % du PIB en 2014. Elle était à 91,9 % un an auparavant. Le pays ne cesse de s'approcher de la barre des 100 %.

Par rapport au troisième trimestre 2013, 18 Etats membres ont enregistré une hausse de leur ratio de la dette publique par rapport au PIB à la fin du troisième trimestre 2014, et dix autres une baisse.

Les plus fortes hausses du ratio ont été observées en Slovénie (+16,8 points), en Croatie (+7,3 points) ainsi qu’en Bulgarie (+6,6 points).

Les baisses les plus marquées se situent en Irlande (-9,4 points), ce qui n'est pas surprenant au vu de sa forte reprise économique, en Pologne (-8,0 points) et au Luxembourg (-5,0 point).

Notons enfin que, presque partout en Europe, la réduction substantielle du déficit public s’est accompagnée, paradoxalement, d’une forte hausse de la dette. Un effort qui en effet, en période de faible croissance (+ 1,4 % en 2014 pour l’Union européenne ; 0,9 % pour la zone euro) s’est répercuté sur le niveau de dette publique.