Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Gouvernement Borne : Clément Beaune confirmé à l’Europe, Catherine Colonna aux Affaires étrangères

Près d'un mois après la réélection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République et quatre jours après la nomination d'Elisabeth Borne au poste de Première ministre, la France a son nouveau gouvernement. Composé de 27 ministres, ministres délégués et secrétaires d'Etat, il mêle des "anciens" du quinquennat précédent et des nouvelles têtes, notamment aux Affaires étrangères.

colonna-beaune
Crédits : Wikimedia commons / Conseil de l’UE

Fin du suspense ce vendredi 20 mai. Depuis le perron du palais présidentiel, le Secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler a annoncé la composition du nouveau gouvernement, dirigé par Elisabeth Borne. Cette nouvelle équipe, qui compte 17 ministres, 6 ministres délégués et 4 secrétaires d’Etat, respecte la parité hommes-femmes. Si certains ministres de premier plan gardent leur portefeuille, il y a du changement aux Affaires étrangères et quelques noms inédits.

Des restants et du mouvement

Présent jusqu’à la fin du premier quinquennat d’Emmanuel Macron, Bruno Le Maire est reconduit à Bercy sous le titre de ministre de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. Gérald Darmanin, garde, lui aussi, son poste au ministère de l’Intérieur, tout comme Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice.

D’autres noms, déjà présents dans le précédent gouvernement, changent, eux, de portefeuille. Amélie de Montchalin, ancienne ministre de la Transformation et de la Fonction publique, obtient le ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires. L’ancien ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu devient ministre des Armées, Olivier Dussopt (ministre délégué aux Comptes publics) a désormais la charge du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion. Marc Fesneau est promu à l’Agriculture, Olivier Véran quitte la Santé pour s’occuper des relations avec le Parlement et Gabriel Attal devient ministre délégué au Budget, laissant le porte-parolat à Olivia Grégoire.

Du changement aux Affaires étrangères

Une des évolutions notables de ce nouveau gouvernement se situe du côté du Quai d’Orsay, au ministère des Affaires étrangères. Catherine Colonna y remplace Jean-Yves Le Drian. A 66 ans, l’actuelle ambassadrice de France au Royaume-Uni (depuis 2019) possède une longue carrière dans la diplomatie française. Elle a notamment été représentante permanente de la France auprès de l’Unesco entre 2008 et 2010, puis auprès de l’OCDE entre 2017 et 2019. Entre temps (2014-2017), elle avait posé ses valises à Rome pour y être ambassadrice. L’ancienne porte-parole de la présidence de la République de mai 1995 à septembre 2004, revient dans un gouvernement après avoir occupé le poste de ministre déléguée aux Affaires européennes de 2005 à 2007 sous Jacques Chirac.

Un poste auquel est reconduit Clément Beaune. Ou plutôt promu, puisque l’ancien secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes devient ministre délégué aux Affaires européennes. Proche d’Emmanuel Macron, il été nommé aux Affaires européennes en 2020 dans le gouvernement de Jean Castex, notamment en prévision de la présidence française du Conseil de l’UE du 1er janvier au 30 juin 2022.

De nouvelles têtes

Alors que les spéculations sur de nombreuses nominations agitaient la presse ces derniers jours, certains noms ont pu surprendre. C’est le cas notamment de Pap Ndiaye, nommé ministre de l’Education nationale et de la jeunesse. L’historien, spécialiste d’histoire sociale des États-Unis, s’intéresse également aux minorités en France. Il est directeur général du Palais de la Porte Dorée à Paris.

Autre nouvelle entrante, Sylvie Retailleau qui obtient le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Rima Abdul-Malak est en charge de la Culture et l’actuelle directrice de la Fédération française de tennis, Amélie Oudéa-Castera, devient, elle, ministre des Sports.

Enfin, choix un peu plus politique, l’ancien président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, Damien Abad, hérite du ministère des Solidarités, de l’autonomie et des personnes handicapées.

Les ministres :

  • Ministre de l’Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique : Bruno Le Maire
  • Ministre de l’Intérieur : Gérald Darmanin
  • Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères : Catherine Colonna
  • Garde des Sceaux, ministre de la Justice : Eric Dupond-Moretti
  • Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires : Amélie de Montchalin
  • Ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse : Pap Ndiaye
  • Ministre des Armées : Sébastien Lecornu
  • Ministre de la Santé et de la Prévention : Brigitte Bourguignon
  • Ministre du Travail, du Plein-emploi et de l’Insertion : Olivier Dussopt
  • Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées : Damien Abad
  • Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Sylvie Retailleau
  • Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire : Marc Fesneau
  • Ministre de la Transformation et de la Fonction publique : Stanislas Guerini
  • Ministre des Outre-mer : Yaël Braun-Pivet
  • Ministre de la Culture : Rima Abdul-Malak
  • Ministre de la Transition énergétique : Agnès Pannier-Runacher
  • Ministre des Sports, des jeux Olympiques et Paralympiques : Amélie Oudéa-Castera

Les ministres délégués :

Auprès de la Première ministre :

  • Chargé des Relations avec le Parlement et de la Vie démocratique : Olivier Véran
  • Chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Egalité des chances : Isabelle Rome

Auprès du ministre de l’Economie :

  • Chargé des Comptes publics : Gabriel Attal

Auprès du ministre de l’Intérieur et de la Transition écologique :

  • Chargé des Collectivités territoriales : Christophe Béchu

Auprès du ministre de l’Europe et des Affaires européennes :

  • Chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité : Franck Riester
  • Chargé de l’Europe : Clément Beaune

Les secrétaires d’Etat :

Auprès de la Première ministre :

  • Porte-parole du gouvernement : Olivia Grégoire
  • Chargée de la Mer : Justine Benin
  • Chargée de l’Enfance : Charlotte Caubel

Auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères :

  • Chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux : Chrysoula Zacharopoulou

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Gouvernement Borne : Clément Beaune confirmé à l'Europe, Catherine Colonna aux Affaires étrangères

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide

4 commentaires

  • Avatar privé
    Eliopatchikov

    Damien Abad, le Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées. Je m’interroge sur ces accusations de viol ; si c’est avéré, c’est un “crime”. Mais comment sera t-il réhabilité si ces accusations sont avérées infondées ?
    …et on est beaucoup moins locace sur ces compétences !

  • Avatar privé
    Eliopatchikov

    Pape Ndiaye, nommé ministre de l’Education nationale et de la jeunesse. L’historien, spécialiste d’histoire sociale des États-Unis, s’intéresse également aux minorités en France. Il est directeur général du Palais de la Porte Dorée à Paris. Une solide formation universitaire initiale :
    -DOCTORAT - Histoire, mention très honorable avec félicitations du jury, École des hautes études en sciences sociales (1996)
    -HDR - Histoire, Université Panthéon-Sorbonne (2011)
    -MASTER - Arts (histoire des États-Unis), University of Virginia (1992).
    Une compétence avérée qui fait peur aux incompétents avérés… Voyons les actes !

  • Avatar privé
    Eliopatchikov

    J’ai écouté la première conférence de presse d’Olivia Gregoire ; sur la forme, compétence et clareté, sur le fond, elle présente un gouvernement à l’écoute des français… …chat échaudé craint l’eau…

  • Avatar privé
    Eliopatchikov

    Surnommée “Borne out” dans les couloirs de ses ministères où elle a “borné”, pour sa dureté supposée envers ses collaborateurs, un jeu de mots avec le “burn out”, ou syndrome d’épuisement. Elisabeth Borne a multiplié ces derniers mois les interventions dans les médias pour défendre l’action du gouvernement Macron I, notamment le “bouclier anti-licenciement” du chômage partiel face à la crise, ou pour battre le rappel sur le télétravail face au Covid-19… Attendons les faits pour juger sa chefferie du gouvernement Macron II…