Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

A la COP28, l’Union européenne veut rester le “leader mondial du climat”

Ce jeudi 30 novembre s’ouvre la COP28 à Dubaï. Arrêt des énergies fossiles, développement des renouvelables et financement de la transition seront au cœur des négociations. Selon la presse européenne, c’est l’occasion pour l’UE de réaffirmer son rôle précurseur dans la lutte contre le changement climatique.

Comme l'an passé en Egypte, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sera présente à Dubaï (Emirats arabes unis) pour la COP28 - Crédits : Dati Bendo / Commission européenne
Comme l’an passé en Egypte, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sera présente à Dubaï (Emirats arabes unis) pour la COP28 - Crédits : Dati Bendo / Commission européenne

Ce jeudi 30 novembre s’ouvre aux Emirats arabes unis (EAU) la 28e conférence des Nations unies sur le changement climatique, plus connue sous le nom de COP28. “Aux portes du désert, à Dubaï, le site de l’Exposition universelle de 2020 devient pour deux semaines le cœur battant de la diplomatie climatique, les Emirats et l’ONU espérant une COP aussi historique que celle de Paris en 2015″, résume France 24.

Plus de 97 000 personnes (délégations, médias, ONG, lobbys, organisateurs, techniciens…) sont accréditées, deux fois plus que l’an dernier, et environ 180 chefs d’Etats et de gouvernements sont attendus, selon les organisateurs, d’ici le 12 décembre, fin théorique de la conférence”, poursuit le média français. Parmi les personnalités présentes figurent de nombreux leaders européens. “Outre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui participera au sommet des dirigeants à Dubaï les 1er et 2 décembre, sept (!) autres commissaires européens se rendront aux Emirats arabes unis au cours des deux prochaines semaines”, informe Politico.

Premier test pour Wopke Hoekstra

L’Union européenne compte faire entendre sa voix lors de cette COP28 avec un message simple auprès de ses partenaires : il faut faire preuve d’ambition”, écrit Euronews. Wopke Hoekstra, commissaire européen en charge de l’Action pour le climat, a planté le décor en amont de cette COP28. “Nous devons donc, en tant que communauté mondiale, obtenir des résultats en matière d’atténuation, de réduction des émissions, en veillant à ce que les émissions atteignent leur pic en 2025, en proposant un objectif crédible de triplement des énergies renouvelables, en améliorant l’efficacité énergétique et en éliminant le méthane”, a-t-il expliqué, toujours selon Euronews.

Le commissaire néerlandais figure d’ailleurs parmi les “dirigeants qui ont l’avenir du monde entre leurs mains” lors de la COP28, selon une liste établie par The Guardian. Cette conférence fera figure de premier test d’envergure pour Wopke Hoekstra, lui qui a remplacé début octobre Frans Timmermans, “l’une des figures les plus énergiques des négociations de la COP”, auteur de plusieurs “coups de théâtre dans les moments de tension”, poursuit le quotidien britannique.

Libération rappelle que lors des COP, l’Union européenne parle d’une seule et même voix. “Les 27 Etats membres de l’Union européenne, qui ne disposent pas d’un droit de vote séparé, forment à eux tout seuls une coalition. L’UE parle donc d’une seule voix lors des négociations climatiques, en tant qu’organisation régionale d’intégration économique”.

Energies fossiles, renouvelables et financement de la transition au cœur des discussions

L’Union européenne sera particulièrement attendue sur certains sujets à l’occasion de cette COP, à commencer par “les questions de financement de l’action climatique et du fonds pertes et dommages, créé lors de la COP précédente”, indique Euronews. “Cet outil doit répondre aux préjudices causés par les effets néfastes du changement climatique. Mais des questions restent en suspens sur la liste des pays qui alimenteront ce dispositif. Or la solidarité, attendue par les pays en développement, passe par le financement”, poursuit le média français.

L’UE plaidera également “en faveur de l’élimination progressive des combustibles fossiles sans dispositif d’atténuation et pour l’atteinte d’un pic de leur consommation au cours de cette décennie”, rapporte Radio Canada. L’Union devra également “faire face aux critiques d’une politique climatique européenne particulièrement controversée hors Europe : le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (MACF)”, ajoute Euractiv. A partir de 2026, “l’UE devrait prélever une taxe carbone sur les marchandises importées sur le marché unique afin d’inciter les pays tiers à accélérer la décarbonation de leurs industries”, rappelle le média. Une mesure très impopulaire auprès des autres Etats qui craignent une baisse de leurs exportations vers l’UE.

Pour L’Opinion enfin, l’Union européenne veut profiter de cette COP28 pour “faire oublier ses reculs sur le Pacte vert”. Car si elle a beau être “leader mondial en matière de normes environnementales”, le journal français rappelle que “l’Union européenne vient d’abandonner ou de diluer plusieurs textes sur l’agriculture et la préservation de la nature”, dont la régulation sur les pesticides la semaine dernière. Mais Le Monde rappelle que même si elle est au sein de cette conférence un “acteur important, l’Europe est loin d’avoir la maîtrise de l’agenda. Le succès de cette COP dépendra de la volonté des Etats-Unis et de la Chine de faire avancer les choses”.

Les autres sujets du jour

Brexit

Consommation

Défense

Energie

Environnement

Espace

L’UE dans le monde

Médias

Parlement européen

Santé

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur A la COP28, l'Union européenne veut rester le "leader mondial du climat"

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide