Derniers articles publiés

Sondage : le changement climatique est le deuxième problème le plus grave auquel le monde est confronté

Actualité 02.12.2009

La Conférence de Copenhague approche. La communauté internationale doit se retrouver dans la capitale danoise du 7 au 18 décembre prochain pour négocier et tenter de parvenir à un nouvel accord sur le climat. L'objectif est d'aboutir à des objectifs chiffrés ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

L'Union européenne - pionnière dans la lutte contre le réchauffement climatique avec le paquet "Energie-Climat" - se prépare à mener de longues négociations, en particulier avec les Etats-Unis et les deux grands pays émergents que sont l'Inde et la Chine. A quelques jours de l'ouverture du sommet de Copenhague, Eurobaromètre publie une enquête spéciale consacrée au changement climatique.

Changement climatique : deuxième problème le plus grave auquel le monde est confronté aujourd'hui

L'étude menée par Eurobaromètre constate une nouvelle fois que les Européens demeurent préoccupés par le changement climatique. La gravité de la situation est très marquée.

63 % des citoyens interrogés estiment que le changement est un problème très grave et 24 % un problème assez grave. Seule la pauvreté est considérée comme un problème plus grave (elle est classée en première ou deuxième position par 69% des citoyens). La plupart des Européens estiment qu'il n'est pas impossible d'enrayer ces perturbations (62%).

L'étude d'Eurobaromètre vient également souligner le lien établi par l'opinion publique européenne entre lutte contre le changement climatique et croissance économique. Selon l'enquête, près des deux tiers des citoyens européens estiment que la croissance peut bénéficier des mesures de lutte. 66% des personnes interrogées sont d'accord avec le fait que "la protection de l'environnement peut relancer la croissance économique dans l'Union européenne".

Cette étude montre ainsi que "s'attaquer au changement climatique et surmonter la récession économique ne s'excluent pas mutuellement", selon les propos de Margot Wallström, la commissaire européenne chargée des relations institutionnelles et de la stratégie de communication

Les citoyens européens prêts à agir pour lutter contre le changement climatique

Une majorité d'Européens s'impliquent dans la lutte contre le changement climatique. 63% des citoyens de l'Union confirment en effet avoir agi d'une L'offre de l'UE

L'Union européenne s'est engagée unilatéralement, dès décembre 2008, à réduire ses émissions de 20% d'ici 2020 par rapport à 1990. Elle a indiqué qu'elle pourrait porter ce chiffre à 30% en cas d'accord international ambitieux.
manière ou d'une autre pour lutter contre le changement climatique. La pression de l'opinion se manifeste également vis-à-vis des entreprises, des Etats et de l'Union elle-même. Mauvais élèves, le secteur privé. Seuls 19% des personnes interrogées pensent que les entreprises et l'industrie prennent des mesures suffisantes pour lutter contre le changement climatique, contre 30% dans le cas de l'UE.

Conscients de l'importance des investissements et des efforts financiers à fournir, 49% des citoyens indiquent qu'ils seraient prêts à payer plus cher une énergie produite à partir de sources émettant moins de gaz à effet de serre. 27% ne seraient pas disposés à le faire, les 24% restant ne se prononçant pas.

La prise de conscience est forte. Pour Margot Wallström, "le message des citoyens européens est clair : la lutte contre le changement climatique doit demeurer la priorité absolue de l'action de l'Union européenne."


En savoir plus :

Dossier spécial : Cap sur Copenhague ! - Touteleurope.fr
Le Mag vert : cap sur Copenhague ! - Touteleurope.fr
Le paquet "énergie-climat" - Touteleurope.fr