Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Energie, défense : Paris et Berlin s’opposent sur plusieurs dossiers européens

Les dirigeants des deux premières puissances européennes se retrouvent à Paris ce mercredi 26 octobre à l’occasion d’un déjeuner de travail. Une rencontre sous les feux des projecteurs alors que les deux pays affichent des avis divergents sur des dossiers clés.

Le président de la République Emmanuel Macron a récemment déclaré : "Il n'est ni bon pour l'Europe ni pour l'Allemagne [qu'elle] s'isole"
Le président de la République Emmanuel Macron a récemment déclaré : “Il n’est ni bon pour l’Europe ni pour l’Allemagne [qu’elle] s’isole” (image du 5 septembre 2022) - Crédits : Ghislain Mariette / Présidence de la République / Flickr

France et Allemagne : une paire mal assortie, un moteur cassé”, titre El País. “Une dispute qui pourrait conduire à une rupture, la fin d’une idylle”, indique pour sa part le quotidien allemand Die Welt à propos de la relation entre les deux pays.

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz se rencontrent à l’Elysée ce mercredi après “l’annulation du Conseil des ministres franco-allemand” qui devait se réunir aujourd’hui [Handelsblatt]. Cet organe se réunit une à deux fois par an pour assurer la coopération franco-allemande au plus haut niveau. 

Les relations sont désormais si glaciales entre Emmanuel Macron et Olaf Scholz […] qu’ils ont même du mal à se mettre d’accord sur le fait d’être vus ensemble devant la presse”, rapporte Politico. “Ces dernières semaines, effectivement, les sujets de divergence entre le chancelier allemand et le président français sont légion”, explique Courrier international.

Divisions sur l’énergie

A commencer par les débats sur l’énergie. “La France veut un plafonnement européen des prix du gaz. L’Allemagne estime que ce n’est pas la bonne stratégie”, résume Die Welt.

Plus largement, la position allemande sur la crise énergétique a agacé une partie des Européens. “La politique énergétique de l’UE ne doit pas se plier à un diktat de l’Allemagne”, avait déclaré le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, à propos du plan de 200 milliards d’euros annoncé le 29 septembre dernier par Olaf Scholz pour atténuer les effets de la hausse des prix du gaz sur les consommateurs et les entreprises [Le Monde]. Un plan “élaboré sans concertation avec ses partenaires européens”, rappellent Les Echos, provoquant une vive “frustration” parmi les responsables français [Politico].

Comme un signal envoyé à l’Allemagne, Emmanuel Macron a décidé d’enterrer le projet de gazoduc MidCat reliant l’Espagne à la France à travers les Pyrénées. “Pour les Allemands, il s’agissait à court terme de trouver une nouvelle voie d’approvisionnement en gaz naturel pour remplacer le gaz russe manquant”, analyse le Handelsblatt. M. “Scholz a cherché à s’allier avec le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez contre les Français. Le chancelier a ensuite été pris au dépourvu par la volte-face du gouvernement madrilène”, poursuit le quotidien économique allemand.

Reproches sur la stratégie militaire

En matière de défense, “l’Allemagne a aussi opéré un virage à 180 degrés afin de faire de son armée ‘la force la mieux équipée d’Europe’ “, notent Les Echos. Mais sans pour autant œuvrer au renforcement de l’autonomie stratégique européenne. “Son choix de consacrer à l’achat de matériel américain la plus grande partie des 100 milliards d’euros qu’elle a mis sur la table se fait au détriment de l’essor d’une industrie européenne de défense”, assure Libération.

Le principal point de discorde concerne le projet de bouclier antimissile européen proposé par le chancelier allemand fin août. “Paris a ressenti comme une provocation le fait que le gouvernement fédéral ait avancé le plan sans la participation de la France”, tout en faisant “monter à bord la Grande-Bretagne, qui a quitté l’UE”, explique le Handelsblatt. D’autant que l’Allemagne a préféré miser sur une technologie israélienne alors que la France et l’Italie ont développé un système similaire.

Possibilités de convergences ?

Tout n’est pas noir pour autant”, assurent Les Echos. Le journal français relaye les propos du président du Conseil européen Charles Michel renouvelant sa “confiance dans la détermination à la fois du président français et du chancelier allemand à travailler ensemble”.

Un optimisme partagé par Le Monde qui note les similitudes entre le discours d’Olaf Scholz à l’Université Charles de Prague fin août et celui d’Emmanuel Macron quatre ans plus tôt à la Sorbonne. “En dépit des tensions du moment, qui pourraient mettre un certain temps à se résorber, les obstacles ne sont pas infranchissables”, analyse le journal du soir.

Les autres sujets du jour

Allemagne

Asile et migrations

Energie

Guerre en Ukraine

Italie

Royaume-Uni

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Energie, défense : Paris et Berlin s'opposent sur plusieurs dossiers européens

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide