Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Elargissement de l’UE : pourquoi l’adhésion de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie va prendre du temps

En début d’année 2022, l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie ont envoyé leur candidature d’adhésion à l’UE. Elles ont depuis obtenu le statut de candidat de la part des Vingt-Sept. Mais le processus d’intégration à l’Union européenne est long et exigeant.

Aujourd'hui, l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie souhaitent rejoindre l'Union européenne, notamment pour se protéger de la menace russe - Crédits : montage Toute l'Europe
Aujourd’hui, l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie souhaitent rejoindre l’Union européenne, notamment pour se protéger de la menace russe - Crédits : montage Toute l’Europe

Tout s’est accéléré à la suite de l’invasion de Ukraine par la Russie, le 24 février 2022. L’UE ayant rapidement accordé son soutien à Kiev, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a signé une demande d’adhésion à l’Union européenne le 28 février. 

Une candidature suivie par celles de la Moldavie et de la Géorgie le 3 mars 2022. Ces anciennes républiques soviétiques craignent d’être les prochaines cibles de Vladimir Poutine. Le 23 juin, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Sept ont accordé le statut de candidat à l’adhésion européenne à l’Ukraine et à la Moldavie. Mais pas à la Géorgie, car des efforts supplémentaires lui ont été demandés. 

Moins d’un an et demi plus tard, le 8 novembre 2023, la Commission européenne a recommandé aux Vingt-Sept d’ouvrir les négociations d’adhésion avec l’Ukraine et la Moldavie, et d’attribuer le statut de candidat à la Géorgie. Le Conseil européen du 14 décembre a ensuite marqué un grand pas pour l’intégration de ces trois pays à l’UE : suivant la préconisation de la Commission, les chefs d’Etat et de gouvernement se sont accordés pour ouvrir ces négociations d’adhésion avec l’Ukraine et la Moldavie et attribuer le statut de candidat officiel à la Géorgie.

Un processus long

La procédure d’adhésion prend en règle générale plusieurs années. L’intégration à l’UE est un processus au long cours : le droit du pays candidat doit devenir conforme au droit européen, ce qui donne lieu à des négociations souvent complexes. Si les premières vagues d’élargissement à l’Ouest avaient pu être achevées relativement rapidement, les exemples plus récents ne manquent pas pour illustrer l’important délai qui peut exister entre le dépôt de candidature et l’adhésion officielle à l’UE :

  • La Hongrie et la Pologne ont envoyé leur demande d’adhésion en 1994 et ont intégré l’Union seulement en 2004 ;
  • La Roumanie et la Bulgarie ont adressé leur candidature à l’Union européenne en 1995 et ont finalement adhéré en 2007 ;
  • La Croatie a présenté sa demande d’adhésion en 2003 et a rejoint l’Union en 2013.

Pourquoi l’intégration demande-t-elle du temps ?

La Commission européenne doit d’abord rendre un avis sur chacune des demandes d’adhésion après les avoir examinées. Ce qu’elle a fait le 17 juin 2022 pour les candidatures ukrainienne, moldave et géorgienne, dans un délai particulièrement rapide. L’avis était positif pour les deux premières, mais négatif pour la dernière. 

Une fois l’avis rendu par l’exécutif européen, les candidatures doivent être acceptées à l’unanimité par les Etats membres. Le pays obtient alors le statut de candidat à l’adhésion. Le 23 juin 2022, là encore avec une certaine rapidité, les Vingt-Sept ont attribué ce statut à l’Ukraine et à la Moldavie. 

Le processus d’intégration donne ensuite lieu à des négociations généralement longues et complexes. Leur ouverture doit, encore une fois, être acceptée à l’unanimité par les Vingt-Sept après avis de la Commission. Et les négociations d’adhésion ne peuvent aboutir à une intégration dans l’UE qu’avec, de nouveau, l’accord de tous les pays de l’UE.

Pour adhérer à l’UE, le pays doit notamment satisfaire trois grands critères (les “critères de Copenhague”) conditionnant son intégration :

  • Des institutions stables garantissant la démocratie, l’état de droit, les droits de l’homme et le respect et la protection des minorités ;
  • Une économie de marché viable et la capacité de faire face à la concurrence et au marché de l’Union européenne ;
  • L’acquis communautaire, c’est-à-dire la capacité de mettre en œuvre les obligations découlant de l’adhésion, et notamment de souscrire aux objectifs de l’Union politique, économique et monétaire.

Quels obstacles à l’intégration pour l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie ?

Plusieurs difficultés importantes marquent ces trois candidatures. Pour l’Ukraine, il s’agit en premier lieu de la guerre qui l’oppose depuis le 24 février à la Russie. Il apparaît particulièrement difficile de garantir des institutions stables et une économie viable lorsqu’un pays est en proie à un conflit armé.

En outre, les pays de l’ex-URSS subissent une forte corruption. Selon le baromètre mondial de la corruption de 2021 établi par l’ONG Transparency International, l’Ukraine en particulier est le pays d’Europe le moins bien classé, avec un score de 32 sur 100 (et de 36 pour la Moldavie). La candidature de la Géorgie a aussi pâti de certains liens conservés par les milieux politiques et économiques avec la Russie.

Enfin, la Moldavie apparaît comme l’un des pays les plus pauvres d’Europe. Et l’économie de l’Ukraine, qui ne répondait pas encore aux critères d’intégration, est lourdement affectée par la guerre. 

Où en sont-ils vis-à-vis de l’UE ?

L’Ukraine a signé un accord de partenariat et de coopération bilatéral avec l’UE en 1994. Elle a ensuite souscrit à l’objectif d’une adhésion à long terme. En 2005, le Plan d’action conjoint UE-Ukraine, destiné à servir de cadre aux réformes à effectuer dans le pays pour un rapprochement avec l’Union, a été adopté. Des négociations sur un accord d’association ont été lancées en 2007, mais le texte n’a été signé qu’en 2014. Ce traité vise à renforcer les liens politiques et économiques de l’UE et de l’Ukraine. Quatre jours après l’offensive lancée par la Russie, Kiev a effectué une demande officielle d’adhésion le 28 février 2022. Après un avis positif de la Commission européenne le 17 juin 2022, le Conseil européen a à son tour validé la candidature ukrainienne le 23 juin 2022. Après une recommandation de la Commission européenne du 8 novembre 2023, les Etats membres ont annoncé l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Ukraine le 14 décembre.

La Moldavie a de son côté signé un accord d’association avec l’UE en 2014, en même temps que l’Ukraine et la Géorgie, dans le cadre du Partenariat oriental auquel participent les trois pays. La Moldavie a déposé sa candidature à l’adhésion le 3 mars, comme la Géorgie. Le 17 juin 2022, Ursula von der Leyen déclare “qu’elle a le potentiel pour répondre aux critères”. Comme pour l’Ukraine, les Etats membres lui ont accordé le statut de candidat à l’adhésion le 23 juin 2022. Et le 8 novembre 2023, la Commission a aussi préconisé le lancement des négociations d’adhésion avec le pays. Comme pour l’Ukraine, le Conseil européen du 14 décembre a entériné la recommandation de l’exécutif, les Etats membres s’étant accordés pour débuter ces négociations avec Chișinău.

Au cours des années 1990, l’UE et la Géorgie se sont également rapprochées. C’est en 1999 qu’un accord bilatéral de partenariat et de coopération a été signé. En 2008, lors de la guerre russo-géorgienne, l’UE a condamné le recours à la force de la Russie. En 2014, le Parlement européen a souligné, conformément à l’article 49 du traité sur l’Union européenne, la “perspective européenne” de la Géorgie - tout comme celles de la Moldavie et de l’Ukraine - qui peut ainsi demander à devenir membre de l’UE. 

Des relations plus étroites ont été nouées avec l’entrée en vigueur en 2016 d’un accord d’association entre l’UE et la Géorgie (similaire à celui signé avec l’Ukraine). Alors que le gouvernement géorgien avait émis l’intention de présenter sa candidature à l’UE en 2024, il a emboîté le pas à Kiev et fait acte de candidature pour l’entrée dans l’Union le 3 mars 2022. Mais contrairement à l’Ukraine et à la Moldavie, le pays n’avait pas obtenu d’avis positif de la Commission en juin 2022. Les Etats membres ne lui avaient alors pas accordé le statut de candidat à l’adhésion et lui avaient demandé des efforts supplémentaires. En cause notamment : une orientation du gouvernement de plus en plus pro-russe et des atteintes répétées à l’état de droit. La Commission est cependant revenue sur sa position le 8 novembre 2023, en recommandant aux Vingt-Sept d’attribuer le statut de candidat à Tbilissi. Les Etats membres ont ensuite emboîté le pas à l’exécutif européen, en octroyant ce statut officiel de candidat à la Géorgie le 14 décembre.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Elargissement de l'UE : pourquoi l'adhésion de l'Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie va prendre du temps

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide

11 commentaires

  • Avatar privé
    Marco

    Les pays candidats ne sont pas assez soutenus et notre administration est beaucoup trop lourde … nous manquons de créativité qui puisse accélérer les adhésions à une UE forte, solidaire et compétitive !!! Un pourcentage d’administration identique pour tous les pays de 🇪🇺 devrait être défini ou augmenté !!!

  • Avatar privé
    Dieu merci Mboyo

    L’europe doit l’aide d’outre pays parceque l’Afrique est limité a tout

  • Avatar privé
    Julien

    Vraiment ce bon que vous ailler formez cette union pour tout pays participant, vous pouvez encore augment la sécurite bien que vous le pouvez, mais pour les ahabitant il faut que vous le donniez encore plus de sécurite pour avance plus de cofiance enver le citoyen, nous sujeront que le soutient des états ukrainie pourrait bien étre l’accasion de leur déliberation contre le pays énemie qui leur envahisent parceque l’état ukrainien tient beaucoup menant l’union europeene pour leur aide.

    • Avatar privé
      Eliopatchikov

      .…mais L’Ukraine devra répondre à tous les critères imposés pour une entrée dans l’UE !

  • Avatar privé
    jamaa

    je trouve se site tres interessant car il n ou apprend plein de chose. 

    merci lequipe toute l europe bisous.

  • Avatar privé
    Serge

    Pour il l,ukraine souffrir il faut que les pays De l’otan font au plus vite pour que il sois membre faut les aide bon courage au ukrain

  • Avatar privé
    Y. Job

    Un pays qui se bat pour faire survivre son système de démocratie et ne peut recevoir l’aide des autres pays démocrates du monde, c’est insensé et même une absence d’humanité de leur part. J’ai mal, je suis horrifié, je suis atterrée de voir cette situation. Je n’en peux plus de voir ces massacres d’humains. Si les russes peuvent lancer des missiles de précision, pourquoi les pays voisins ne peuvent pas répliquer de la même manière. Que Dieu leur vienne en aide …des missiles de précision…

    • Avatar privé
      Petit

      Il est vrai que dans l’Union européenne il n’y a pas de corruption ! Avez- vous vu le dernier exemple sur le Parlement européen ? L’Ukraine veut intégrer l’UE en raison de la corruption : sommes- nous a même de l’accueillir ! Regardons- nous nous sommes tellement intégres ! Au plus près de nous nos anciens gouvernants qui se traînent des casseroles sans être jamais condamnés

    • Avatar privé
      Eliopatchikov

      Malheureusement, le Monde ne se gère pas rien qu’en exprimant des émotions… …il y a multitude de situations à émotions, toujours en cours : famine en Éthiopie, les femmes en Afghanistan, le sort des ouïghours, la guerre en Syrie, la guerre du Darfour , etc etc etc…
      La France ne s’est pas construite en un jour, l’Europe non plus.
      Une “communauté politique européenne”, c’est une idée à creuser.…
      CQFD

      • Avatar privé
        Eliopatchikov

        …et malheureusement aussi, “Dieu” est incompétent !

        • Avatar privé
          j ai jurée

          wallah ta raison