Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Economie française : la croissance toujours en panne

Consommation, investissements, commerce extérieur : les principaux indicateurs économiques français sont dans le rouge. Selon les données de l'Insee publiées jeudi 14 novembre, le PIB affiche une baisse de 0,1 % au troisième trimestre, après le frémissement (+ 0,5 %) observé au deuxième.

Pierre Moscovici

Ce repli ne doit pas être interprété comme un “indicateur de déclin” , a assuré, le 14 novembre sur RTL, le ministre de l’Economie Pierre Moscovici, estimant que l’économie française est aujourd’hui sur un rythme de croissance de 1 % [La Croix]. Le ministre a parlé d’un simple “moment” dans “une année heurtée” , rappelant les prévisions de rebond attendu au dernier trimestre (+0,4%) [La Tribune].

Denis Ferrand, directeur général de COE-Rexecode interrogé par Les Echos se montre, au contraire, catégorique : “Il n’y a aucune reprise à l’œuvre en France” .

Pour Libération, une baisse de 0,1% de la croissance au troisième trimestre, n’est “ni très glorieuse, ni vraiment dramatique mais [c’est] assez pour faire douter de la reprise annoncée par le gouvernement” . Surtout lorsque, dans le même temps, l’Insee annonce la destruction de 17 000 emplois dans le secteur marchand au cours du même trimestre.

Le quotidien identifie trois facteurs d’une croissance en berne : une consommation des ménages qui stagne (elle a augmenté de 0,2%, contre 0,4% au trimestre précédent.); un recul de l’investissement des entreprises pour le septième trimestre d’affilé, à -0,6 % au troisième trimestre; des exportations qui plongent : elles ont reculé de 1,5% cet été, alors que dans le même temps les importations continuent de progresser (+ 1%). Conséquence : le commerce extérieur contribue négativement au PIB ce trimestre, à hauteur de -0,7 point. Le problème de la France est donc l’inverse de celui de l’Allemagne, rappelée à l’ordre par Bruxelles pour ses considérables excédents.

La Tribune refuse cependant de sombrer dans un pessimisme excessif. Elle rappelle que, malgré les tensions économiques et sociales actuelles qui ne sont pas de nature à restaurer la confiance des ménages et des chefs d’entreprises, Mario Draghi, président de la BCE, a affirmé jeudi dernier, lors de la conférence mensuelle de la Banque centrale européenne, que la France était le pays de la zone euro qui possédait les fondamentaux les plus solides.

Bercy maintient en tout cas la prévision du gouvernement d’une croissance “de 0,1% ou 0,2%” sur l’ensemble de l’année, puis de 0,9% en 2014. Des chiffres conformes aux prévisions de la Commission européenne qui rendra son verdict ce vendredi 15 novembre sur la copie budgétaire de Paris pour 2014. “On se doute bien que Bruxelles va nous dire que nous avons fait des efforts, mais qu’il faut aller plus loin” , souligne une source gouvernementale, citée par Le Figaro.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Economie française : la croissance toujours en panne

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide