Logo Toute l'Europe

Covid-19 : en Europe, les pays moins vaccinés plus durement frappés par la reprise des contaminations

Les cas de Covid-19 repartent dans nombre d’Etats européens, mais avec des situations sanitaires contrastées. A l’Est, certains pays peu vaccinés réinstaurent des mesures sanitaires pour contrer l’envolée des contaminations.

En Roumanie, les services de santé sont au bord de la rupture
En Roumanie, les services de santé sont au bord de la rupture - Crédits : Cristi Croitoru / iStock

Sommes-nous en train d’assister aux “frémissements d’une cinquième vague de Covid-19 en Europe ?”, s’interroge LCI. Un peu partout, les Etats membres de l’Union européenne font “face à un rebond automnal plus ou moins fort”, affirme L’Express. Une situation qui fait dire au nouveau chancelier autrichien Alexander Schallenberg que “la pandémie n’est pas encore dans le rétroviseur” [L’Express]. Selon l’Organisation mondiale de la santé, “l’Europe constitue la seule région dans le monde où les cas ont augmenté la semaine dernière”, écrit l’hebdomadaire, rapportant une hausse des cas de 7 % sur la semaine écoulée.

Mais ces chiffres cachent d’importantes disparités. En France, “on assiste à une tendance à la hausse”, selon le ministre de la Santé Olivier Véran cité par LCI, ce dernier estimant qu’il s’agit d’une “petite poussée, pas une vague épidémique”. En revanche, la situation s’avère beaucoup plus préoccupante à l’est du continent européen.

Une pandémie de non-vaccinés

La pandémie, qui reculait depuis fin août, a regagné du terrain notamment en Europe dans les pays où la vaccination est moins avancée”, explique L’Obs, prenant l’exemple de la Roumanie et de la Bulgarie. Euractiv fait savoir que les deux pays ont en effet “les taux de vaccination les plus bas de l’Union européenne et la situation épidémiologique est de nouveau hors de contrôle”. “Seuls 24 % de Bulgares et 33 % de Roumains ont achevé un parcours vaccinal complet”, précise L’Obs.

A Bucarest, “le système hospitalier roumain est au bord de la rupture”, explique Midi Libre. Une situation similaire à celle de son voisin. Le ministre bulgare de la Santé Stoycho Katsarov a déclaré que son pays allait au-devant “d’énormes problèmes” si la courbe des contaminations ne s’inversait pas d’ici 10 à 15 jours [L’Obs]. “Des discussions sont en cours avec l’UE pour transférer des patients dans d’autres pays, si on devait en arriver là”, a-t-il ajouté.

Si la situation à l’Est s’avère tendue, “ailleurs en Europe, l’épidémie repart [également], certes modérément, mais suscitant des craintes”, note L’Express. L’Autriche enregistre par exemple des taux d’incidence inédits depuis le mois de mars. “Nous sommes sur le point de tomber dans une pandémie de non-vaccinés”, a expliqué le chancelier autrichien, envisageant de confiner les personnes n’ayant pas été immunisées si la hausse des cas se poursuivait [L’Express].

Une reprise des contaminations toutefois sans commune mesure avec le Royaume-Uni. Outre-Manche, “la situation est semblable à celle à l’hiver dernier, qui avait été à l’origine d’un confinement”, souligne l’hebdomadaire. Le quotidien La Croix avance plusieurs explications. “Les chiffres sonnent comme un rappel à l’ordre, alors que les Britanniques ont abandonné presque toute mesure restrictive depuis le 19 juillet, baptisé ‘Freedom Day’ et célébré sans masque ni pass sanitaire”, analyse le journaliste. La diminution de l’immunité liée à une campagne de vaccination très précoce et l’explosion des contaminations “parmi les 10-19 ans”, moins vaccinés, figurent également parmi les pistes mentionnées [La Croix].

Une nouvelle vague … de mesures sanitaires

Si le gouvernement de Boris Johnson a pour l’heure refusé de mettre en place de nouvelles mesures sanitaires, d’autres ont franchi le cap. La semaine dernière, la Lettonie s’est ainsi “de nouveau confinée pour tout un mois, en fermant les magasins non essentiels, les cinémas, les théâtres et les coiffeurs”, rapporte L’Obs. En Roumanie, les autorités “ont déployé l’arsenal sanitaire : port du masque obligatoire sur tout le territoire cette fois-ci, pass sanitaire dans les restaurants, centres commerciaux, salles de sport etc., et couvre-feu à 22h pour les non-vaccinés”, liste Euronews.

A l’Ouest, l’extension du pass sanitaire fait aussi partie des mesures sur la table. Avec une acceptation variable de ce dispositif au sein des populations, comme en Ecosse, où ce dernier “ne passe pas, ou mal”, relate Le Point. Un pass sanitaire étendu ne fait pas non plus consensus parmi les autorités. En Belgique par exemple, son utilisation relève des compétences des régions. Ainsi la Flandre continue de s’en passer tandis que les Wallons le rendront “obligatoire dans la plupart des lieux de loisirs” à compter du 1er novembre [Le Soir]. Mais pour certains épidémiologistes, c’est le respect des gestes barrières qui reste primordial. “Arrêtons les bisous”, glisse l’une d’elles au quotidien belge.

Les autres sujets du jour

Asile et migration

Brexit

Covid-19

Energie

Environnement et climat

Fonds européens

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Covid-19 : en Europe, les pays moins vaccinés plus durement frappés par la reprise des contaminations

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide