Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Des citoyens plantent des arbres et débattent de l’avenir des forêts européennes

Un reboisement participatif associé à un débat sur le futur des forêts européennes s’est déroulé dans l’Essonne. Ce dialogue citoyen contribue à la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Un événement co-organisé par l’entreprise Reforest’Action et la Commission européenne, qui ambitionne de planter 3 milliards d’arbres en dix ans.

L'opération consistait à restaurer un pan de forêt francilienne
L’opération consistait à restaurer un pan de forêt francilienne - Crédits : Commission européenne

Quasiment toutes les générations étaient représentées ce samedi 27 novembre au sein du domaine de Courances, dans l’Essonne. Tôt le matin, malgré le froid et la neige, une quinzaine de personnes ont fait le déplacement jusque dans cette forêt au cœur du parc naturel régional du Gâtinais.

En partenariat avec la Commission européenne, Reforest’Action – une société spécialisée dans les projets forestiers – mêle pour la première fois une action de plantation d’arbres couplée à des débats citoyens. Cette entreprise ambitionne de planter 22 000 arbres à Courances, dont 2 000 sont financés par la Commission européenne. Un site choisi pour ses caractéristiques : s’il est entretenu, ce milieu a subi quelques dégâts dus à la présence de gibier. 

Planter des arbres…

C’est un public averti des questions forestières qui a pris part à cette opération de reboisement. En classe terminale d’un bac pro gestion des milieux naturels et de la faune, Clément nous raconte qu’il se demande toujours comment se rendre utile. “Je fais ce que je peux à ma façon : si je peux participer, j’y vais”, s’enthousiasme ce bénévole passionné des animaux.

Près des plants de chênes, sorbiers ou alisiers, les forestiers mobilisés par Reforest’Action expliquent aux planteurs du jour comment bien réussir leur reboisement. L’opération ne demande pas un effort physique considérable : la terre sableuse et humide du domaine résiste peu aux coups de pelles, sauf si une racine déjà présente bloque le passage. La pioche écarte alors les derniers obstacles pour introduire le nouvel arbre. Une fois que la bouture est placée bien droite et que le collet – cette zone entre la tige et les racines – sort légèrement de la terre, la plantation soutenue par un tuteur peut être protégée par une gaine autour du tronc.

A la fin de la mâtinée, chaque personne a pu planter environ 8 arbres
A la fin de la mâtinée, chaque personne a pu planter environ 8 arbres - Crédits : Toute l’Europe

A bientôt 18 ans, Axelle s’est engagée dans la plantation avec son père. Etudiante en BUT génie biologique de l’environnement et des écotechnologies à Fontainebleau, elle a souhaité le “sensibiliser” aux questions environnementales. “J’apprécie que ce soit concret”, se réjouit la jeune femme après avoir tassé la terre autour d’un petit chêne.

… et débattre

Ces moments de reboisement sont entrecoupés de débats citoyens sur la gestion durable des forêts. Quatre groupes enchaînent les plantations et les ateliers, organisés en trois parties thématiques. La première intervention porte sur les bienfaits et les atouts des forêts pour nos sociétés. A chaque étape, des animatrices, fines connaisseuses des écosystèmes forestiers, posent des questions et aiguillonnent les bénévoles. Avec près de 17 millions d’hectares, “la France est le quatrième pays forestier en Europe”, font-elles savoir. “La forêt s’étend en surface mais c’est une augmentation en trompe-l’œil : elle souffre du changement climatique”, précise l’une d’entre elles.

Le second atelier concerne donc les menaces auxquelles font face les forêts européennes. Pourtant utiles pour lutter contre le changement climatique, puisqu’elles stockent du carbone et qu’elles constituent un réservoir de biodiversité, de nombreux problèmes touchent ces espaces, tels que les ravages causés par les insectes, les feux de forêts ou les sécheresses. Une étape de cette matinée qui permet ensuite aux citoyens de formuler des propositions pour une gestion durable des forêts.

Les participants considèrent largement qu’il y a un enjeu de communication : selon eux, la sensibilisation des citoyens aux questions forestières doit être accentuée. Ils n’oublient pas la gestion elle-même, proposant par exemple de sanctionner plus durement les coupes sauvages et d’assurer une diversité des essences d’arbres dans les reforestations. Autant de contributions qui seront intégrées à la plateforme numérique de la Conférence sur l’avenir de l’Europe.

Les objectifs forestiers européens

L’événement organisé au domaine de Courances s’inscrit dans l’objectif porté par la Commission européenne de planter 3 milliards d’arbres d’ici à 2030. Dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe, l’exécutif européen a en effet dévoilé l’été dernier sa nouvelle stratégie décennale pour les forêts, en remplacement de celle adoptée en 2013. “Alliées naturelles dans l’adaptation au changement climatique et la lutte contre celui-ci, les forêts joueront un rôle capital pour faire de l’Europe le premier continent à parvenir à la neutralité climatique d’ici à 2050″, estime l’exécutif européen.

La Commission prévoit par ailleurs d’élaborer des lignes directrices sur les boisements et reboisements respectueux de la biodiversité d’ici au premier trimestre 2022. A Courances, quelques chênes, érables et merisiers auront déjà modestement contribué à ces ambitions européennes.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Des citoyens plantent des arbres et débattent de l'avenir des forêts européennes

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide