Derniers articles publiés

Vers un salaire minimum européen ?

Actualité 31.10.2006


Le salaire minimum européen : un projet réalisable ? par Marie-Dominique Garabiol-Furet
Fondation Robert Schuman – Questions d'Europe n°43 – 30/10/06
(en téléchargement libre)

Pour Marie-Dominique Garabiol-Furet, docteur en droit, "la relance du projet européen exige une initiative ambitieuse dans le domaine social". La création d'un salaire minimum européen revêtirait à ce titre "une valeur emblématique indéniable", similaire à la création de l'euro dans le domaine monétaire.

En raison des écarts importants entre les salaires minima des 25 pays membres (voir tableau), il est aujourd'hui impossible de fixer un salaire minimum unique pour l'ensemble de l'UE, au risque de "perturber gravement les économies d'un certain nombre d'Etats membres". La solution passe donc par une prise en compte de la situation de chaque pays.

Il existe aux Etats-Unis un salaire minimum fédéral avec la possibilité pour chaque Etat de fixer un plancher supérieur, mais ce mécanisme répond avant tout à des impératifs économiques éloignés des préoccupations sociales qui justifient un tel instrument aux yeux des Européens.

La solution préconisée par Marie-Dominique Garabiol-Furet consiste à "harmoniser le salaire minimum en lui attribuant une valeur relative fixée au regard du seuil de pauvreté". Parce que, à la différence des minima sociaux, "l'objectif reconnu du salaire minimum est de récompenser le travail", celui-ci se doit, selon l'auteur, de maintenir le travailleur au-dessus du seuil de pauvreté. M.- D. Garabiol-Furet propose de fixer le salaire minimum, pour chaque Etat membre, à 60 % du salaire médian de ce pays, un chiffre supérieur de 10 % au seuil de pauvreté communément admis. Elle estime que ce projet ne soulèverait pas d'opposition fondamentale, mais qu'il nécessite l'accord des pays qui, à l'instar de l'Allemagne, ne possèdent pas de salaire minimum national. 

Comparatif : le salaire minimum dans les Etats membres