Derniers articles publiés

Revue de presse : Discipline budgétaire : deux poids deux mesures pour la Hongrie et l'Espagne?

Revue de presse 14.03.2012

Mardi 13 mars, les ministres des Finances européens, ont pris la décision de sanctionner la Hongrie, qui n'est parvenu à ramener son déficit budgétaire sous les 3% du PIB qu'une seule fois depuis son entrée dans l'Union européenne en 2004. En revanche, Bruxelles a choisi d'assouplir ses exigences concernant l'Espagne en relevant son objectif de déficit public pour 2012 de 4,4 à 5,3%.

Sous l'impulsion de la Commission européenne, les ministres européens des Finances ont jugé insuffisants les efforts engagés par la Hongrie pour assainir ses finances publiques. Par conséquent, le pays se verra privé du versement des 495 millions d'euros d'aides régionales en 2013. Toutefois, sous la pression de certains pays comme l'Autriche, la Pologne ou la République Tchèque, la Commission a annoncé qu'elle lèverait la sanction immédiatement si le gouvernement de Viktor Orban mettait en place des "mesures économiques crédibles" d'ici le 22 juin prochain, rapportent les Echos. "Il était important de prendre des décisions immédiates pour la Hongrie afin de prouver que nous mettons en vigueur les nouvelles règles de discipline", a résumé Margrethe Vestager, ministre des Finances du Danemark.

Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques, a quant à lui tenu à se défendre d'offrir un traitement de faveur à l'Espagne. En effet, Madrid, qui attend une récession de l'ordre de 1,7% pour 2012, pourra accuser un déficit public égal à 5,3% en 2012, et non de 4,4% comme Bruxelles l'avait préalablement annoncé, explique l'AFP. "Les ministres des Finances de la zone euro ont entendu les arguments de l'Espagne. Ils ont reconnu que la situation a changé", a souligné Luis de Guindos, ministre espagnol de l'Economie, qui s'est engagé à respecter l'objectif d'un déficit à 3% du PIB en 2013.

Le rapport de l'OCDE sur la politique de Viktor Orban, relayé par les Echos, donne un éclairage supplémentaire, rappelant que le ralentissement de l'activité mondiale ne suffit pas à expliquer la situation hongroise. "Des politiques nationales controversées ont également contribué à l'incertitude en sapant la confiance des consommateurs, des entreprises et des marchés", poursuit l'organisation. De plus, la Hongrie a besoin d'un prêt de précaution de la part des Européens mais les négociations n'ont pas commencé. En effet, Bruxelles exige de M. Orban qu'il revienne sur plusieurs lois controversées risquant de permettre au gouvernement de contrôler le pouvoir judiciaire [Nouvel Obs].


 

Les autres titres de la presse en ligne

Commerce extérieur

Terres rares : l'Europe, les Etats-Unis et le Japon bataillent contre la Chine [Les Echos]

Concurrence

Bruxelles enquête sur une entente entre grands opérateurs des télécoms [AFP]

Construction européenne

Herman Van Rompuy: "Je crois que la situation va enfin se normaliser" [RTBF]

Etats membres

La diplomatie italienne sur la défensive [Le Monde]

Euro, économie

Le Portugal, prochain test dans la crise européenne [La Tribune]

Libertés, sécurité, justice

Athènes pourrait faire face à des plaintes venant d'Allemagne [La Tribune]

Sport

Euro 2012 : les transports ukrainiens presque prêts [Euronews]


Ailleurs en Europe

Presse anglophone
EU president Van Rompuy accused of 'corrupting complacency' [BBC News]


Presse germanophone
Gewinn der Bundesbank schrumpft drastisch [Die Welt]

 
Presse espagnole
 Mueren 28 belgas, incluidos 22 niños, en un accidente de autocar en Suiza [La Vanguardia]

Presse italienne
 Congelati i fondi Ue a Budapest  [Il Sole 24 Ore]