Derniers articles publiés

Revue de presse : 6 mai 2012, un dimanche électoral en Europe

Revue de presse 07.05.2012

En France, François Hollande succède à Nicolas Sarkozy et est élu président de la république avec 51,62% des suffrages. En Grèce, les deux principaux partis ont été désavoués par les électeurs au profit de la gauche radicale et de l'extrême droite : la formation d'un gouvernement de coalition s'annonce difficile. En Allemagne, le parti d'Angela Merkel arrive en tête dans le land de Schleswig-Holstein, mais une grande coalition avec le SPD pourrait être nécessaire.

Conformément aux sondages d'entre-deux tours, le candidat socialiste a été désigné président par les Français. En Europe, les premières réactions ne se sont pas fait attendre. Angela Merkel, David Cameron ou encore Mariano Rajoy ont été parmi les premiers à féliciter François Hollande et à l'inviter pour ses premiers déplacements à l'étrangers, rapporte l'AFP. Vue d'Espagne, la victoire de M. Hollande est même perçue comme "un point de départ vers une nouvelle Europe" [Le Point]. Et le premier dossier international qui attirera l'attention du nouveau président sera sans nul doute la Grèce, où la percée des extrêmes aux élections législatives attise déjà l'inquiétude des marchés, explique Le Figaro.

Les deux partis "pro-rigueur" grecs, la Nouvelle Démocratie (ND) et le PASOK, n'ont recueilli qu'entre 31 et 37% des suffrages à eux deux, alors qu'ils avaient toujours été en mesure d'occuper le pouvoir depuis 1974. Syriza, parti de gauche radicale, pourrait même dépasser le PASOK et s'imposer comme une force politique incontournable à l'avenir. En outre, l'Aube Dorée, parti d'extrême droite fascisant, obtient entre 6 et 8% des voix, précise l'AFP. Antonis Samaras, leader de la ND, arrivé en tête des élections avec environ 20% des voix, a d'ores et déjà proposé la constitution d'un "gouvernement d'union nationale", anticipant les difficultés à venir pour trouver une alliance durable avec d'autres partis. En cas d'échec, les Grecs pourraient être de nouveau appelés aux urnes [AFP].

En Allemagne, se tenait également des élections régionales partielles dans le land de Schleswig-Holstein. Annoncée perdante, la coalition d'Angela Merkel a néanmoins obtenu un résultat relativement positif. Si les chrétiens-démocrates (CDU) sont arrivés en tête devant les sociaux-démocrates (SPD), ils ne seront plus en mesure de gouverner avec les libéraux (FDP) qui n'ont obtenu que 8,4% des suffrages, rapporte l'AFP. Plusieurs coalitions sont donc envisageables, au premier rang desquelles une grande alliance CDU-SPD. Autres possibilités : une coalition regroupant le SPD, les Verts et le nouveau parti Pirate – qui obtient un nouveau succès électoral – ou le parti minoritaire danois SSV [La Tribune]. Prochaine étape le dimanche 13 mai avec les élections partielles de Rhénanie de Nord Westphalie, land allemand le plus peuplé.


Les autres titres de la presse en ligne

Elargissement

Présidentielle en Serbie: B. Tadic et le nationaliste T. Nikolic au 2e tour [RTBF]

Elections législatives grecques

La Grèce aura du mal à former un gouvernement après le séisme des législatives [Le Monde]

Election présidentielle française

Merkel-Hollande : un nouveau couple pour diriger l'Europe [Nouvel Obs]

Emploi, affaires sociales

Le ministre des finances allemand se prononce pour une hausse des salaires [AFP]

Etats membres

Au Royaume-Uni, seul Boris Johnson résiste à la poussée travailliste [Reuters]

Euro, économie

Croissance : les partenaires européens de M. Hollande veulent négocier vite [Le Monde]

Relations extérieures

France-Turquie : le changement, c'est maintenant[AFP]

 



La Présidentielle vue de l'Europe


Presse anglophone
François Hollande wins French presidency [The Guardian]

Presse germanophone
 Gabriel gibt den Hollande [Die Zeit]

Presse espagnole
 Francia quiere exportar su renovado mayo izquierdista [El Mundo]


Presse italienne
 Adesso Parigi e Berlino sono costretti all'accordo - Un socialista all'Eliseo serve a incanalare il malcontento [Il Sole 24 Ore]