Derniers articles publiés

Les inégalités salariales entre les femmes et les hommes en Europe

Carte et comparatif 22.02.2019

En 2017, la rémunération des femmes était en moyenne inférieure de 16% à celle des hommes au sein de l'Union européenne. Après un pic à 17,4% en 2012, l'écart a ainsi retrouvé un niveau inférieur à celui de 2010 (17,1%). Les disparités entre les États membres restent cependant importantes : l'écart varie de 3,5% à 25,6%.

L'écart de rémunération est ici mesuré en comparant le revenu horaire brut moyen des femmes et celui des hommes, rapporté au salaire horaire brut moyen des hommes salariés.

Les Etats membres au sein desquels cet écart est le plus faible sont la Roumanie (le salaire des femmes est inférieur de 3,5% à celui des hommes), le Luxembourg (5%), l'Italie (5,3% en 2016), la Belgique (6%), la Pologne (7,2%) et la Slovénie (8%).

A l'inverse les pays dans lesquels l'écart est le plus important sont l'Estonie (25,6%), la République tchèque (21,1%), l'Allemagne (21%), le Royaume-Uni (20,8%) et l'Autriche (19,9%).

La France se situe légèrement en deçà de la moyenne européenne (16%), avec un écart de rémunération entre les femmes et les hommes de 15,4%.

Ce chiffre, calculé à partir des salaires dans l'ensemble des secteurs économiques, doit cependant être interprété avec précaution. En effet, dans chaque pays les racines de l'inégalité salariale peuvent être multiples : différences en matière d'éducation, de choix de secteur, ségrégation sur le marché de l'emploi, partage inégal des responsabilités domestiques et de la garde des enfants...

Pour le moment, faute de consensus, aucune statistique n'existe à l'échelle européenne sur l'écart de rémunération ajusté, c’est-à-dire l'écart entre les femmes et les hommes ayant des caractéristiques strictement identiques (âge, niveau de diplôme, type de contrat, etc). En France par exemple, cet écart est de 10,5% selon le ministère du Travail (chiffres 2012).

Droits des femmes : quel bilan en Europe ?