Derniers articles publiés

La zone euro se prépare à aider la Grèce

Actualité 10.02.2010

L'annonce du plan de sauvetage de la Grèce par l'Allemagne a été salué favorablement par les bourses européennes, qui sont aujourd'hui reparties à la hausse. Moins enthousiastes étaient aujourd'hui les fonctionnaires du pays, qui ont manifesté contre les mesures d'austérité prises notamment à leur encontre. Le Conseil européen de demain devrait permettre de décider des mesures exceptionnelles pour sauver plusieurs pays de la zone euro de la faillite.

L'ascension des déficits publics

A la veille du Conseil européen extraordinaire dédié à la sortie de crise, l'Allemagne a déclaré qu'elle acceptait de venir financièrement en aide à la Grèce, qui subit de plein fouet la défiance des investisseurs depuis quelques jours. Tout comme, dans une moindre mesure, l'Irlande, le Portugal, l'Espagne et bientôt l'Italie, la Grèce est confrontée à un déficit public bien supérieur aux 3% du PIB, qu'impose le pacte européen de stabilité et de croissance... le déficit grec avoisine plutôt les 13%, et sa dette publique (limitée à 60% par le pacte de stabilité) dépasse quant à elle des 90 %.

 

Parallèlement à la "tutelle" européenne, la Commission a ouvert une procédure d'infraction contre Athènes pour les statistiques économiques erronées qu'elle lui avait fournie.Jeudi dernier, la Grèce subissait une chute boursière et une envolée des taux d'intérêt, et demandait l'aide européenne. Contraint de mettre en place une série de mesures d'austérité (nouveaux impôts sur le revenu, baisse des salaires des fonctionnaires, réforme des retraites…), dont la mise en œuvre va être contrôlée par Bruxelles, le pays a obtenu en échange la garantie d'un renflouement par les Etats de l'Union, dont la majorité souhaitent éviter une intervention du Fonds monétaire international.

 

 

Le déficit public des membres de la zone euro :

 

 

 

Vers un plan européen coordonné ?

Les traités européens interdisent de racheter la dette de l'État d'un pays de la zone euro, mais autorisent ces Etats à se porter une assistance mutuelle en cas de "situation exceptionnelle".Restent à définir les modalités exactes de l'aide, en particulier quels seront les contributeurs : à défaut de définir le futur "gouvernement économique européen", la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement jeudi 11 février à Bruxelles devrait apporter une réponse et, conformément aux volontés du commissaire au Marché intérieur Michel Barnier, définir "un plan coordonné" pour faire face aux déficits et à l’endettement des pays de la zone euro. Les ministres des finances de la zone euro se retrouveront préalablement au Conseil.

 

Les traités interdisent le rachat de la dette d'un pays par l'Union européenne, mais le sauvetage de la Grèce pourrait être mis en oeuvre "hors traité" (comme pour lors de la signature des accords de Schengen). La France et l'Allemagne auraient quant à eux l'intention d'accorder des prêts bilatéraux à la Grèce.

 

Le pays plaide de son côté pour l'émission d'euro-obligations. D'autres mécanismes d'aide commune pourraient impliquer la Banque européenne d'investissement (BEI) ou anticiper le versement de subventions européennes.

 

La Grèce devra faire un premier point sur la mise en oeuvre de son plan financier le 16 mars. Les mesures annoncées par le Premier ministre Georges Papandréou, telles que le gel du salaire et la réduction du nombre de fonctionnaires ont provoqué aujourd'hui des manifestations.

 

 

En savoir plus :

 

Revue de presse du 10 février : "Grèce : de qui viendra l'aide ?" - Touteleurope.fr

Les pays membres de la zone euro - Touteleurope.fr

Comparatif : Le déficit des Etats de la zone euro - Touteleurope.fr

'Touteleurope en débat ' en direct du Parlement européen de Strasbourg - Touteleurope.fr