Derniers articles publiés

L'Europe et vous : Matchs truqués, eau radioactive et verdissement de la PAC

Actualité 21.03.2013

Chaque semaine, Touteleurope.eu fait le point sur ce que l'Union européenne fait pour vous, pour vos droits, votre santé, votre vie quotidienne. Cette semaine, l'Union européenne s'engage dans une nouvelle bataille contre les matchs truqués, le Parlement européen s'attaque à la contamination des eaux et le Conseil verdit la PAC.

L'Europe ballon au pied

Règlementation des paris sportifs, arrêts Bosman et Malaja, c'est l'esprit "sport" de l'Europe.

Cette fois-ci, l'Union européenne s'engage dans la lutte contre les matchs de football truqués. L'investigation menée ces derniers mois par la police européenne, Europol, apporte la preuve de l'investissement soutenu des institutions de l'Union dans le monde sportif. En février dernier, l'Office européen de police a procédé au démantèlement d'un réseau de 425 individus soupçonnés d'avoir participés au trucage de 380 matchs en Europe. Mettant en garde contre "des dispositifs de prévention aujourd'hui largement dépassés", le député européen Jean-Luc Bennahmias (Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) plaide auprès des institutions de l'UE pour "donner plus de moyens à la police européenne […] et colmater, aussi rapidement que possible, les brèches béantes de notre législation".

En attendant de nouveaux engagements, l'UE vient d'accorder, le 23 janvier dernier,  une subvention de 3,2 millions d'euros à vingt projets transnationaux dédiés au sport. Parmi les lauréats, le projet de l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). Soutenu par une enveloppe de 275 015 euros, le programme "éduquer et responsabiliser les gouvernements et les autorités sportives nationales à la menace des matchs truqués "reflète l'engagement de l'UE dans ce domaine.

Eau radioactive : le Parlement européen s'empare d'un enjeu de santé publique

A quelques jours de la Journée mondiale de l'eau célébrée le 22 mars, le Parlement européen a adopté en séance plénière la semaine dernière, le rapport consacré aux "Substances radioactives dans les eaux destinées à la consommation humaine" présenté par la députée écologiste Michèle Rivasi (Les Verts/ALE). Ce rapport aborde trois points principaux: la base juridique de la directive, le Parlement souhaitant qu'elle soit rattachée au traité de Lisbonne et donc au système de vote par codécision (Conseil de l'UE et Parlement européen) alors que la Commission européenne souhaite la rattachée au traité Euratom. Enjeu de santé publique, "les activités pouvant entraîner une contamination radioactive et les niveaux admissibles de radioactivité doivent être contrôlées de manière démocratique" assure Mme Rivasi. La seconde mesure préconise le renforcement de l'information auprès des citoyens européens trop peu informés des risques nucléaires. Enfin, le rapport insiste sur le principe de responsabilité des pollueurs industriels suivant le principe du "pollueur-payeur".

En savoir plus :

Michèle Rivasi : "De la qualité de l'eau dépend la vie humaine, mais aussi notre industrie, notre agriculture, et donc notre économie" - Toute l'Europe

Pour une politique agricole commune plus verte, plus juste

De rudes débats ont agité les ministres européens de l'Agriculture, réunis les 18 et 19 mars à Bruxelles. En jeu, la réforme de la politique agricole commune (PAC). Tard dans la nuit de mardi, un compromis a finalement été adopté à l'arraché. Sur les 27 Etats membres de l'UE, seules la Slovaquie et la Slovénie se sont opposées au texte final. Si les ministres européens se sont entendus sur une politique agricole commune plus écologique et équitable, il s'agit-là d'un accord au rabais. Plus ambitieuses, les propositions de la Commission européenne concernant une PAC plus "verte" ont pour la plupart été revues à la baisse par les ministres.

Les discussions avec la Commission et le Parlement européen devraient débuter dès le mois d'avril prochain. La PAC représente le premier pôle de dépenses de l'Union européenne, soit 40% de son budget global. En recul de 12% par rapport à la période précédente, l'enveloppe allouée à la politique agricole s'élève à 373,2 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

En savoir plus :

Politique agricole commune : le Conseil s'accorde sur la réforme - Toute l'Europe