Derniers articles publiés

G20 de Pittsburgh : Gordon Brown se rallie au couple franco-allemand

Actualité 03.09.2009

La lettre commune de la France et de l'Allemagne, qui devait être publiée dès lundi, vient enfin d'être officiellement envoyée au président du Conseil européen, le Suédois Fredrik Reinfeldt. Mais l'attente n'aura pas été inutile : Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont en effet réussi à obtenir la signature du dirigeant de la troisième puissance économique européenne, Gordon Brown. L'objet de cette lettre ? Convaincre l'Union européenne de défendre une position ferme, notamment sur la question des bonus, lors du G20 de Pittsburgh. Position qu'ont déjà accueilli favorablement les ministres des finances européens, réunis en conseil hier à Bruxelles.

L'alliance des trois grands pour convaincre l'Union européenne

La lettre

Signée par les trois dirigeants des pays les plus forts économiquement au sein de l'Union européenne, la lettre envoyée à la présidence suédoise de l'UE se veut plus souple que prévue sur les bonus. Elle se veut cependant très ferme sur la spéculation et le "chantage à la faillite" qu'ont pu exercé les banques sur les Etats, comme l'a dénoncé Angela Merkel à Berlin.

Découvrir l'intégralité de la lettre
Lundi 31 août, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy s'associaient pour tirer la sonnette d'alarme à trois semaines de la réunion du G20 à Pittsburgh, aux Etats-Unis.

Les deux dirigeants européens souhaitent en effet que l'Union européenne face front face à ses partenaires internationaux, notamment  pour faire avancer la régulation du secteur financier.

Ils craignent en effet que, face aux signes de reprise qui s'intensifient, les membres du G20 n'assouplissent leurs mesures face à la crise, notamment en ce qui concerne les rémunérations variables dans le milieu bancaire, communément appelées "bonus".

Lors de la présentation de l'initiative commune, Angela Merkel a ainsi émis le souhait de voir être mises en oeuvre les mesures décidées lors du dernier G20 à Londres.

La lettre commune envoyée au premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt, président en exercice de l'Union européenne (UE), rappelle l'importance de "mettre en oeuvre les mesures de politiques économiques que [les dirigeants du G20] ont décidées et qu’ils réaffirment leur volonté de développer un nouveau modèle de croissance soutenable et une meilleure organisation des marchés financiers, afin que la crise que nous avons vécue ne puisse pas se reproduire."

Cette initiative franco-allemande devait être communiquée officiellement dès le mardi 1er septembre. Or, elle vient juste d'être envoyée à Fredrik Reinfeldt. Angela Merkel et Nicolas Sarkozy souhaitaient en effet rallier le Royaume-Uni à leur cause.

Le premier ministre britannique Gordon Brown s'est montré au départ très réticent à l'idée de s'aligner sur la position franco-allemande, notamment eu égard aux bonus. Les Français ont dû faire des concessions et ont ainsi renoncé dès lundi à ce que soit réclamé un plafonnement des bonus individuels des traders.

Ces efforts auront permis à l'Allemagne et à la France de recueillir la signature de Londres et d'envoyer ainsi un document de poids à la présidence suédoise.

Une initiative validée par les 27

Si les trois dirigeants européens ont attendu le 3 septembre pour faire parvenir leur demande à la présidence suédoise, le discours d'Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy a été entendu dès le 31 août par leurs partenaires européens.

Ainsi, réunis à Bruxelles en Conseil le 2 septembre, les ministres européens des Finances se sont alignés sur cette position, parlant, par la voix du ministre suédois des Finances,  Anders Borg, de la fin de la "culture des bonus".

Les Européens ont appelé les Etats-Unis et d'autres pays à lier les bonus des traders à leurs performances, et à brider "une culture du bonus excessivement risquée".

La position de l'Union européenne semble donc ferme sur ces questions, même si cette dernière a du être adoucie pour convaincre le Royaume-Uni. Les ministres des Finances de l'UE doivent désormais sortir leurs meilleurs arguments pour rallier leurs homologues du G20 à leur cause, les 4 et 5 septembre à Londres.

Nicolas Sarkozy a émis le souhait qu'une réunion préparatoire au G20 soit organisée le 17 septembre, afin de permettre à l'Union européenne d'arriver la plus soudée et la plus forte possible à la table des négociations les 24 et 25 septembre à Pittsburgh, aux Etats-Unis.


Sources

Lettre adressée par M. le Président de la République, Mme Angela MERKEL, Chancelière de la République fédérale d'Allemagne, et M. Gordon BROWN, Premier ministre du Royaume-Uni, à M. Fredrik REINFELDT, Premier ministre du Royaume de Suède et Président du Conseil européen [pdf] - 03/09/09 - Présidence de la République française

En savoir plus

Présidence suédoise de l'Union européenne