Derniers articles publiés

[Fact checking] Le baccalauréat, c'est mieux ailleurs ?

Actualité 20.06.2019 Marie Guitton

Comment se passe le bac dans les autres pays de l'UE ? Est-il vrai que les Italiens passent un "grand oral" ? Qu'il n'y a que du contrôle continu en Suède et en Espagne ? Que les Britanniques passent des épreuves à la carte ? Que les Danois peuvent utiliser internet ? Quelle est la place de la philo chez nos voisins ? Et au fait, combien gagnent les professeurs de Terminale ?

Crédits : PeopleImages / iStock

Crédits : PeopleImages / iStock

En 2021 en France, les élèves de Terminale ne passeront plus que trois matières à l'écrit. Ainsi qu'un grand oral. Et le reste de la note sera issue du contrôle continu. Voilà à quoi ressemblera le nouveau baccalauréat. Une petite révolution qui n'a pas manqué de déboussoler certains lycéens ces derniers mois, dans un pays jusque-là habitué aux longues épreuves écrites et au bachotage de dernière minute pour assurer le jour J.

Si elle fait l'objet d'un certain nombre de critiques, cette réforme pourrait néanmoins rapprocher le diplôme français de celui de ses voisins européens. Car dans d'autres pays, comme en Allemagne ou en Italie, le contrôle continu et/ou l'oral sont déjà monnaie courante pour évaluer les élèves à la fin du lycée.

Bien qu'il ouvre généralement les portes de toutes les universités européennes, les différences concernant cet examen sont nombreuses, d'un pays à l'autre de l'UE…

 

Contrôle continu, grand oral, peu de matières au bac : trois ingrédients qui existent déjà dans plusieurs pays de l'UE ?
PLUTÔT VRAI

En Allemagne par exemple, les cinq épreuves de fin de lycée (généralement trois à l'écrit, deux à l'oral) ne constituent qu'un tiers de la note de l'Abitur. Cette note est avant tout constituée des résultats obtenus au cours des deux dernières années de lycée.

En Italie, le contrôle continu tout au long du lycée (et l'évaluation de la conduite des élèves) représente 40 points sur les 100 qu'il est possible d'obtenir à la Maturità. 40 points sont également alloués aux candidats à l'issue des deux épreuves écrites de l'examen. Et les 20 autres résultent d'une épreuve de "grand oral", appelée Il colloquio. Pendant une heure, chaque candidat présente un sujet de son choix, préparé pendant l'année scolaire, avant de répondre aux questions d'un jury de plusieurs professeurs en lien avec les matières étudiées. Jusqu'à l'an passé, le grand oral permettait de remporter jusqu'à 30 points, mais les autorités ont décidé de réduire son importance... Une démarche à contre-courant de celle de la France. Cependant, les évaluateurs italiens peuvent encore décider d'attribuer jusqu'à 5 points de bonus aux lycéens qui passent avec brio leur grand oral, afin de rehausser leur note finale au baccalauréat.

Quant au nombre d'épreuves, entre celles de Première et de Terminale, les bacheliers français ont encore, en 2019, passé jusqu'à une dizaine d'examens obligatoires pour décrocher leur bac. Contre une poignée en Allemagne et en Italie, mais aussi au Royaume-Uni. Outre-Manche, le A-level est largement modulable selon les souhaits d'orientation des élèves : chaque lycéen britannique choisit les quelques matières qu'il passera en examen, parmi plusieurs dizaines proposées (de l'anglais aux mathématiques, en passant par des matières plus universitaires comme la psychologie ou le droit).

 

L'enseignement de la philosophie occupe une place plus importante dans les autres pays de l'UE qu'en France ?
PLUTÔT FAUX

Lundi 17 juin, 554 000 lycéens des filières générales et technologiques ont planché sur la traditionnelle épreuve française de philo. C'est elle qui, chaque année, ouvre le bal du baccalauréat. Une "carte d'Europe du cours de philo", réalisée en 2013 par le magazine Philomag, montre néanmoins combien l'enseignement de cette matière varie d'un pays à l'autre de l'UE.

Dans près de la moitié des Etats membres, comme en Suède, en Allemagne, aux Pays-Bas ou dans plusieurs pays du Nord-Est de l'Europe, la philosophie est un enseignement optionnel. Plus rarement, comme en Belgique, en Irlande ou en Pologne, elle ne comptait même pas parmi les matières enseignées en 2013.

A l'inverse, la philo n'est un enseignement obligatoire que dans une douzaine de pays de l'UE. En France, tous les lycéens des Terminales générales et technologiques l'étudient pendant un an. Ce n'est pas un record : en Autriche et au Portugal, l'apprentissage dure deux ans ; en Slovaquie, en Italie et en Bulgarie, trois ans. Mais souvent, comme en Autriche ou en Slovaquie, la philosophie est enseignée à travers d'autres cours, comme l'histoire, l'éducation civique ou même religieuse. Quant au Luxembourg, l'Espagne ou l'Italie, on y enseigne uniquement l'histoire de la philosophie ou l'histoire des idées.

"La pratique de la dissertation et l'attention portée à la méthode (problématisation, résolution) sont rares en Europe", note Philomag. Et c'est à ce titre que la France fait figure de quasi-exception. Comme au Portugal, la philosophie y fait l'objet d'un cours à part entière. Au-delà des grands auteurs, le programme est abordé sous l'angle de grandes notions (le désir, la raison, le réel, la morale, etc.). Aux élèves, idéalement, de se les approprier pour nourrir et construire un raisonnement argumenté et personnel. En un mot : "philosopher". Les fiches de révision et la rigidité formelle de la dissertation (parfois réduite au schéma thèse, antithèse, synthèse) seraient néanmoins un carcan, selon un professeur de philo interrogé par Le Monde.

 

En France, les femmes ont commencé à passer le bac en même temps que les hommes ?
FAUX

En France, le baccalauréat est né sous Napoléon en 1808. Ce n'est qu'un demi-siècle plus tard, en 1861, qu'une femme l'a obtenu pour la première fois, en série littéraire : Julie-Victoire Daubié, alors âgée de trente-sept ans. "Elle aurait, durant dix ans, sollicité cet examen", relate une étude publiée sur Cairn. Mais l’université de Paris lui aurait refusé sous prétexte que les femmes n’avaient "pas besoin de ça" et que leur prétention à vouloir obtenir ce grade était "outrecuidante" et "ridicule".

Quatre autres femmes seront reçues les cinq années suivantes ; une seule en série scientifique (Emma Chenu). En 1905, les femmes ne représentent toujours que 0,04 % de l'ensemble des bacheliers. Mais leur part grimpe à 12 % en 1914, 26 % en 1933 et 36 % en 1938. 

Dans le même temps, des étudiantes s'invitent progressivement à l'université… En 1868, Emma Chenu est la première femme à obtenir une licence (Ès-sciences à la Sorbonne).

 

Le diplôme de fin de lycée : un sésame pour étudier à l'Université en Europe ?
PLUTÔT VRAI

En France, avant même d'avoir leur bac, les élèves qui souhaitent poursuivre leurs études se ruent sur Parcoursup pour trouver une place à la rentrée suivante. Dans d'autres pays, il n'est pas rare, au contraire, de prendre une année de césure avant de choisir sa filière d'études supérieures.

Au-pair à l'étranger, volontaire en service civique, globe-trotter à la découverte du monde… Au Danemark, les trois-quarts des bacheliers de la filière générale prennent ainsi une année "sabbatique" pour gagner en maturité avant de poursuivre leurs études, selon France 2. En Allemagne, il est également fréquent de croiser des étudiants qui débutent leur Licence à 20 ans (les Allemands passent le bac à 18 ou 19 ans, selon les Länder).

Quoi qu'il en soit, dans la plupart des pays de l'UE, décrocher son diplôme du bac est un préalable indispensable pour s'inscrire à l'université (l’accès à l’enseignement supérieur de tous les Etats membres est possible pour tout étudiant de l’UE ayant accès à son propre système d’enseignement supérieur). Mais les notes n'ont pas la même importance partout.

En France, les demandes d'affectation étant largement traitées avant les épreuves, les notes du bac ne sont en principe pas déterminantes ; la sélection s'effectue sur la base du dossier scolaire, voire sur entretien et concours.

Ces notes peuvent, en revanche, être décisives au Danemark, selon une étude comparée du ministère de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur (année universitaire 2016-2017), puisque l'ensemble des filières est soumis à numerus clausus. Quant à l'Angleterre, les meilleures universités y sont très sélectives : après une pré-sélection sur dossier (l'équivalent du Parcoursup français), elles peuvent faire une "proposition conditionnelle" au candidat, précisant le nombre de matières qu'il devra avoir validées au A-level et la note minimale dont il devra justifier au moment de son inscription définitive. En principe, trois matières différentes sont demandées, "les universités les plus prestigieuses (Oxford, Cambridge) exigeant les notes les plus élevées (A)".

En Bulgarie également, l'admission dépend des résultats obtenus au baccalauréat. Mais le passage d'épreuves supplémentaires spécifiques peut être exigé.

De même, en Espagne, à la fin du lycée, les élèves obtiennent le "Bachillerato" sans passer d'examen spécifique, mais en fonction de leur moyenne des deux années précédentes. Ceux qui souhaitent poursuivre leurs études à l'université doivent compléter ce diplôme en passant un "test d'évaluation pour l'accès à l'université" (anciennement appelé Selectividad). Ce dernier varie selon les communautés autonomes et compte pour 40 % de la note finale évaluée par les établissements supérieurs (la note du bachillerato compte pour 60 %). En juin 2019, environ 300 000 Espagnols ont planché sur ces examens. Ce n'est qu'à l'annonce des résultats que les inscriptions à l'université commenceront. Ceux qui n'auront pas obtenu une note suffisante ne pourront pas candidater à certains cursus.

Le principe est le même en Suède, où il n'y a pas non plus d'examen de fin de lycée (comme aux Etats-Unis). Les élèves reçoivent un certificat d'études sur la base de leurs moyennes des trois années précédentes. "La réussite à un examen spécifique, appelé Högskoleprovet, permet l’admission dans l’enseignement supérieur dans les cinq années suivant son obtention", observe le ministère français de l'Education nationale et l'Enseignement supérieur. Contrairement au Baccalauréat, le certificat d'études suédois est donc valable pendant une durée limitée.

Et en Chine ?

En Chine, les notes du baccalauréat, appelé Gaokao, sont plus qu'essentielles pour accéder à l'Université. Chaque année, une dizaine de millions de bacheliers passent les épreuves redoutées de chinois, mathématiques et langue étrangère. "La pression est écrasante", observe La Croix. "Pour rentrer à Tsinghua, la seconde université du pays où j'ai enseigné, il faut avoir quelque chose comme 19,5 de moyenne et surtout des relations", confie un spécialiste de l'Asie à Atlantico. Pour donner plus de chances aux jeunes, la République populaire a entrepris une réforme du système en 2014. D'ici à 2020, toutes les régions devront avoir remplacé la quatrième épreuve du Gaokao par du contrôle continu correspondant aux 3 dernières années de lycée.

 

En Allemagne, le bac n'est pas le même d'une région à l'autre ?
PLUTÔT VRAI

Dans la République fédérale, chaque Land a la compétence sur les programmes scolaires, et donc sur le choix des matières et l'organisation des épreuves de l'Abitur. De manière récurrente, des voix s'élèvent contre ce système non-centralisé qui engendre une forme de compétition entre les Länder… quitte à pénaliser les bacheliers des régions les moins bien cotées.

En 2014, pour corriger le problème, six Länder (Saxe, Bavière, Hambourg, Mecklembourg-Poméranie, Basse-Saxe et Schleswig-Holstein) ont mis leurs trois épreuves principales en commun (mathématiques, allemand et anglais).  

En 2017, 15 Länder (sur 16) ont organisé leurs épreuves de mathématiques ensemble, tandis que les examens d'allemand, d'anglais et de français étaient les mêmes dans 13 à 14 régions.

En Espagne, un débat similaire existe depuis la réforme des examens d'entrée à l'université. Ces derniers peuvent en effet varier d'une communauté autonome à l'autre. En juin 2019, la ministre de l'Education, Isabel Celaá, a néanmoins assuré que le gouvernement "garantira[it] l'équité" de sorte que les tests "présentent le même degré de difficulté".

 

Les professeurs de lycées français sont moins bien rémunérés que leurs voisins européens ?
PLUTÔT FAUX

Selon les chiffres publiés par la Commission européenne pour l'année scolaire 2016/2017 (données Eurydice), un enseignant au lycée roumain gagne près de 8 fois moins que son homologue luxembourgeois : 8 538 euros par an, contre 66 273 euros dans le Grand-duché.

En France, en début de carrière, un professeur de lycée gagne 24 580 euros brut annuels, à peu près comme ses confrères italiens, maltais ou britanniques, mais deux fois plus qu'un enseignant slovaque, letton ou polonais.

Cela dit, ces données doivent être mises en relation avec le coût de la vie dans les différents Etats membres. Les enseignants des lycées français ont un pouvoir d'achat à peu près similaire à la moyenne de l'Union européenne en début et en fin de carrière. Celui-ci est en revanche plus bas que la moyenne en milieu de carrière (après 10 et 15 ans d'ancienneté). Et plus bas que le pouvoir d'achat des professeurs dans la plupart des pays frontaliers, notamment en Espagne, Belgique et Allemagne

Le salaire des enseignants en Europe

 

Dans l'UE, on peut passer deux bacs en même temps, et même un "Baccalauréat européen" ?
PLUTÔT VRAI

En France, le premier bac binational, l'Abibac, a été créé avec l'Allemagne en 1994. En 2019, environ 230 lycées français proposent aux élèves de passer l'un des trois "double-bacs" existant dans l'UE : l'Abibac, le Bachibac ou l'Esabac. Ce qui leur permet de décrocher à la fois le diplôme français du baccalauréat et son équivalent allemand (Abitur), espagnol (Bachillerato) ou italien (Maturità, ou Esame di stato).

"Pour présenter l’Abibac, le Bachibac ou l’Esabac, il faut être passé par la section binationale d’une série générale (ES, L, S). Cette voie se distingue des sections européennes, de la langue orientale et des sections internationales, dans la mesure où ces dernières ne délivrent que le bac français avec l’indication 'section internationale', 'section européenne' et 'section langue orientale'", précise Studyrama.

Dans l'Union européenne, le diplôme d'un seul pays suffit pour intégrer les universités de tous les Etats membres. Mais posséder le diplôme allemand ou espagnol, par exemple, peut faciliter l'accès des Français aux cursus les plus demandés, à l'étranger comme en France. A SciencesPo par exemple, les titulaires de l'Abibac, du Bachibac et de l'Esabac sont exemptés de concours d'entrée (ils sont sélectionnés sur dossier et entretien).

Pendant trois ans, outre des voyages de classe plus fréquents, les élèves de ces filières binationales suivent une dizaine d'heures de cours d'histoire-géographie et de langue et littérature dans la langue du voisin. Au moment du bac, ils passent deux épreuves écrites spécifiques, et éventuellement un oral.

Dans l'Union européenne, il existe aussi un diplôme du Baccalauréat européen (ou EB). Délivré dans les 13 écoles européennes qui existent actuellement (dont 4 à Bruxelles), il permet d'accéder à l'ensemble des universités de l'UE et des établissements d’enseignement supérieur. A Uccle (Belgique), par exemple, les élèves peuvent suivre un enseignement général à travers huit sections linguistiques.

 

Dans beaucoup de pays, le baccalauréat s'appelle "maturité" ?
VRAI

Maturité, Matur, Maturalny, Matura ou Maturità… le nom donné à l'examen de fin de cycle secondaire dans de nombreux pays de l'UE fait référence au passage à l'âge adulte. C'est le cas en Belgique, en Italie, et dans de nombreux pays de l'Est : Croatie, Pologne, Slovaquie, Slovénie, République tchèque…

En France et en Allemagne, le nom de l'examen est aussi emprunté au latin, et plus ou moins proche des notions de maturité, de passage à l'âge adulte.

Le terme Abitur vient du verbe abire, qui signifie aller de l'avant, finir, sortir.

Le nom baccalauréat, lui, provient des termes bacca et laureatus. Selon le Dico latin, le premier signifie baie, fruit, olive. Le second lauréat, ou plus exactement "orné de laurier". Dans l'Antiquité tardive (IIIe - VIe siècles), le mot baccalarius désignait un petit propriétaire terrien. Par extension, en ancien français (Moyen Âge), son dérivé bachelier désignait également celui qui n'avait pas encore été fait chevalier. Au 16e siècle, les Jésuites ont quant à eux pris l'habitude de couronner de lauriers leurs élèves qui passaient dans la classe supérieure. C'est "sous l'influence de ces couronnes" de lauriers (laureus) et "par rapprochement avec laureatus" (lauréat, couronné), que le mot baccalarius serait alors devenu, "dans le latin d'école", baccalaureatus.

 

Le baccalauréat finlandais s'appelle "Ylioppilastutkinto" ?
VRAI

Ceux qui ont réussi à retenir (et prononcer) le nom du volcan islandais Eyjafjöll peuvent maintenant tenter d'ajouter Ylioppilastutkinto à leur vocabulaire nordique.

 

Tous les élèves européens des filières générales passent le bac l'année de leur 18e anniversaire ?
FAUX

En Belgique, comme en France, en Grèce, en Espagne, à Malte, aux Pays-Bas, en Autriche, au Portugal et au Royaume-Uni, les lycéens des filières générales sortent en principe du lycée l'année de leurs 18 ans.

L'enseignement secondaire est prévu jusqu'à 19 ans en Bulgarie, République tchèque, Croatie, au Danemark, en Italie, dans les pays Baltes, en Irlande, au Luxembourg, en Hongrie, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Finlande, Suède.

L'âge oscille entre 18 et 20 ans à Chypre et en Slovénie, où plusieurs systèmes généraux cohabitent, selon une publication de l'UE.

En Allemagne, selon les Länder, les jeunes passent l'Abitur à 18 ou 19 ans.

 

Les Danois ont le droit d'utiliser internet au bac, et ils portent une casquette de capitaine en cas de réussite ?
VRAI

Au Danemark, quatorze établissements ont commencé à expérimenter l'utilisation d'internet lors des épreuves du bac en 2009. Une pratique désormais en cours de généralisation. "Depuis 1994, les lycéens peuvent rédiger leurs examens sur ordinateur. Ils ont même le droit d’utiliser certains programmes installés sur leur portable, pendant le bac, depuis 2000", précise le Monde. Les surveillants ont parfois plus de mal à s'assurer que les candidats n'échangent pas entre eux pendant l'examen, mais la méthode permet de tester la capacité des élèves à rechercher et synthétiser une information avec un outil qu'ils utilisent quotidiennement, plutôt que de régurgiter des cours appris par cœur.

Les lycéens qui obtiennent leur bac se voient remettre une sorte de casquette de capitaine, blanche, rouge et noire, appelée "studenterhue". Certains la portent jusqu'à la fin du mois de juin. La tradition veut que ses notes du bac soient écrites à l'intérieur, avec des petits mots laissés par les copains.

 

Et en Norvège, on commence la fête AVANT les épreuves du bac ?

C'est vrai. En Norvège, la fête - appelée Russ ou Russefeiring - commence… avant le bac ! Traditionnellement, de fin avril à mi-juin, des hordes de lycéens portant les couleurs de leur pays se retrouvent à grands renforts de bières et de sono. Cette année, la chaine publique norvégienne NRK a recensé le premier incident dès le 12 avril : une femme tombée d'un "bus russ" à Sandefjord, "avec quelques blessures à la tête". Le 13 mai, l’Institut norvégien de santé publique aurait profité de ces réjouissances pour mener une vaste enquête sur la consommation d'alcool et de drogue à Lillehammer, où 4 000 jeunes étaient rassemblés. "Des représentants de la santé publique ont prélevé des échantillons de salive sur des centaines d’entre eux", rapporte la chaîne d'information.