Révolution numérique : quelle stratégie pour l'Europe ?
Economie et monnaie

La corruption en Europe

La corruption en Europe

Chaque année, l'ONG Transparency International publie son classement de la corruption dans le monde. Si les pays européens arrivent, notamment pour l'Europe du Nord, en tête de ce classement, les analystes restent inquiets de la situation dans le sud du Vieux Continent, ainsi qu'en Europe centrale.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Un classement dominé par les pays nordiques

L'Union européenne et les pays d'Europe occidentale obtiennent la meilleure moyenne régionale au regard du classement mondial. En comparaison, la région la plus corrompue est l'Afrique subsaharienne.

Prêter attention aux comportements extérieurs

L'ONG précise que si les pays nordiques sont en haut du classement, il convient de s'intéresser aux pratiques de ces Etats.

Le rapport désigne notamment l'entreprise finno-suédoise TeliaSonera, "détenue à 37% par l'Etat suédois", accusée d'avoir payés plusieurs millions de dollars de pots-de-vins en Ouzbékistan (153e du classement).

Parmi les 20 meilleurs pays listés par Transparency International, la moitié sont situés dans l'Union européenne. C'est le cas du Danemark (1er), de la Suède (3e), de la Finlande (2e) ou encore des Pays-Bas (5e), suivis de près par la Suisse, l'Allemagne, le Luxembourg et le Royaume-Uni (10e ex-aequo).

Pourtant, tout n'est pas parfait sur le Vieux Continent, certains Etats faisant preuve d'un recul inquiétant.

Les inquiétudes de Transparency International

Ainsi, au sein de l'Union européenne, l'Espagne est le pays ayant perdu le plus de points entre 2015 et 2016. Le score de l'Espagne (36e) est d'ailleurs inférieur à celui des Emirats arabes unis (23e) ou du Botswana (28e), ce dernier étant ex-aequo avec le Portugal.

Quant à la Pologne (30e) ou à la Hongrie (50e), le rapport d'analyse de l'ONG s'inquiète : "les hommes politiques et leurs acolytes ont de plus en plus de pouvoirs sur les institutions d'Etat". Cela ne les empêche pas de largement dominer l'Italie (61e), ou encore la Bulgarie (69e), l'Etat membre le moins bien classé.

Le calcul de l'indice

L'indice de perception de la corruption (CPI) établi par l'ONG Transparency Internationalest un indice composite, agrégeant les données d'enquêtes et d'agences de notations, tels que la Banque mondiale, le World Justice Project, ou encore le Forum économique mondial.

Enfin, notons que le cas de la Grèce (58e) est particulier. Les analystes s'accordent pour souligner les progrès notables effectués par le pays, touché de plein fouet par la crise migratoire et en pleine disette économique. La Grèce affiche en effet une progression importante au cours des dernières années.

D'après Carl Dolan, directeur du bureau européen de Transparency International, "la Grèce est d’ordinaire le pays membre qui obtient la plus mauvaise note dans notre index. Cette amélioration est bien sûr une bonne nouvelle, mais on part de très bas et il y a encore beaucoup à faire. Au contraire de l’Espagne, les partis grecs tentent de prendre le problème de la corruption à bras-le-corps".

Certains Etats s'améliorent néanmoins

L'Autriche (16e), la Slovaquie (50e), le Royaume-Uni (10e) ou encore la France (23e) et l'Allemagne (10e) font partie des Etats où la situation s'améliore.

La France a notamment gagné 3 places entre 2014 et 2015 : de quoi se hisser à la hauteur de l'Estonie, du Chili, ou des Emirats arabes unis.