Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Une vaste opération de police menée contre la mafia calabraise dans huit pays d’Europe

Une opération de police de grande ampleur, coordonnée par l’agence Europol, s’est déroulée mercredi 3 mai dans huit pays européens et en Amérique du Sud. Ce coup de filet historique vise notamment à démanteler le trafic de cocaïne du plus vaste réseau mafieux italien, la ‘Ndrangheta.

Deux des fugitifs arrêtés figuraient sur la liste des personnes les plus recherchées par l'UE, a indiqué Europol
Deux des fugitifs arrêtés figuraient sur la liste des personnes les plus recherchées par l’UE, a indiqué Europol - Crédits : OSeveno / Wikimedia Commons

Le signal d’aujourd’hui est très clair : Il n’y a pas de place pour le crime organisé en Europe”, a déclaré le ministre de l’Intérieur du Land allemand de Rhénanie-Palatinat, cité par Der Spiegel, saluant le “coup efficace” porté à la mafia.

Une vaste opération européenne “impliquant 2 770 policiers” et baptisée Eureka a été menée mercredi 3 mai “dans huit pays européens : la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Roumanie et la Slovénie”, ainsi qu’au Brésil et au Panama, indique Le Monde. Sur ordre du parquet belge, elle vise “plus d’une centaine de membres présumés de la mafia calabraise, la ‘Ndrangheta” [20 Minutes]. L’objectif : “éradiquer l’influence de la plus importante mafia européenne et son trafic international de [drogue]”, note Le Point. En effet, dans le cadre de cette enquête, “les autorités italiennes et belges ont pu attribuer à la ‘Ndrangetha l’importation et le trafic de près de 25 tonnes de cocaïne, pour la période allant d’octobre 2019 à janvier 2022″, précise la police bavaroise à Libération.

L’action menée mercredi “est le résultat de plus de trois ans d’enquête”, selon Globo. Il s’agit de “l’une des plus importantes et des plus significatives de ces dernières années dans le domaine de la criminalité organisée en Italie”, explique la chaîne de télévision portugaise, reprenant les propos de la police bavaroise. L’opération a en effet mobilisé “un millier de policiers en Allemagne et 1 400 en Italie” [France info], en coopération avec la police judiciaire belge et “les agences européennes Europol et Eurojust” [20 Minutes].

De nombreuses arrestations

D’après le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, repris par Le Point, “130 arrestations, dont [plus d’une centaine] rien qu’en Italie, ont eu lieu”. Le village de San Luca dans le sud de l’Italie, épicentre de la puissante mafia ‘Ndrangheta, “était assiégé par des unités spéciales lourdement armées et de nombreux carabiniers déployés”, fait savoir La Libre. Ces derniers ont arrêté “108 personnes dont 85 sont déjà incarcérées”, détaille La Stampa. Les prévenus sont accusés, entre autres, “de blanchiment d’argent, d’évasion fiscale collective, de fraude commerciale et de trafic de stupéfiants”, précise le journal italien.

Pour mener à bien cette opération, une équipe d’enquête belgo-italienne avait été constituée en 2021 après l’interception de messages cryptés dans le réseau de communication Sky ECC, “principal canal d’échanges entre les trafiquants à l’époque”, explique Le Monde. “L’office de coordination judiciaire Eurojust et son pendant policier Europol ont ensuite organisé diverses réunions” pour identifier les ramifications d’un réseau “tentaculaire”, poursuit le journal.

Un réseau d’envergure internationale

Dans son communiqué, Europol fait savoir que deux des fugitifs arrêtés “figuraient sur la liste des personnes les plus recherchées par l’UE”.

La ‘Ndrangheta est d’ailleurs considérée comme la mafia la plus puissante d’Italie, “depuis qu’elle a supplanté la Cosa Nostra sicilienne et la Camorra napolitaine” [Le Soir]. Interrogé par l’AFP, le magistrat italien Roberto di Bella explique qu’elle est l’organisation criminelle “avec le plus de ramifications et présente sur les cinq continents”. Ceci a contraint les autorités italiennes “à demander l’aide de leurs homologues étrangères” : dès 2020, un programme a été mis en place par l’intermédiaire d’Interpol pour “structurer la réponse répressive”, poursuit le quotidien belge.

Les enquêtes ont révélé que la ‘Ndrangetha collabore avec d’autres organisations : “le Primeiro Comando da Capital (PCC) au Brésil, le Clan du Golfe en Colombie et un groupe albanais opérant en Équateur”, détaille Globo. “À l’aide de porte-conteneurs, les livraisons arrivent généralement dans les ports d’Anvers, Rotterdam ou Gioia Tauro, en Calabre”, spécifie Le Point. L’argent est ensuite blanchi via des investissements “dans l’immobilier, des restaurants ou des laveries, particulièrement en Allemagne, en Belgique, au Portugal et en Argentine”, poursuit le journal. La ’Ndrangheta a été projetée sur le devant de la scène en 2007, rappelle Le Soir, lors d’un épisode sanglant en Allemagne où six italiens “membres d’un des deux clans mafieux de la localité de San Luca” ont été “découverts criblés de balles […] à Duisbourg”.

Les autres sujets du jour

Culture

Economie

Espace

Etat de droit

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Une vaste opération de police menée contre la mafia calabraise dans huit pays d'Europe

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide