Derniers articles publiés

Richard Rasi : "Remodeler une ville à travers la culture"

Actualité 02.11.2012

Košice en Slovaquie sera, avec Marseille, Capitale Européenne de la Culture en 2013. A l'occasion de son édition 2012, qui aura lieu les 15, 16 et 17 novembre prochain, le Forum d'Avignon a interviewé son maire, Richard Rasi, sur le thème "En quoi la culture vous donne-t-elle des raisons d’espérer ?"

La culture / l’imagination créative vous donne-t-elle une raison d’espérer ?

Le Forum d’Avignon



Créé en 2008, a pour objectif d’approfondir et de valoriser les liens entre la culture et l’économie mais aussi son rôle de cohésion sociale et d’attractivité des territoires européens. Chaque année, le Forum organise et soutient des rencontres internationales à Avignon et à Essen - avec le Forum d’Avignon-Ruhr. Les  propositions issues de ces échanges entre les acteurs de la culture, des industries de la création, de l’économie et des médias sont relayées dans les instances nationales, européennes et internationales.

Le thème de la cinquième édition de ses "Rencontres internationales de la culture, de l’économie et des médias" (les 15.16.17 novembre à Avignon), "Culture : les raisons d’espérer. Imaginer et transmettre" a l’ambition de mettre en résonance le rôle de l’imagination, de la créativité, et de la transmission dans une période de perception d’accélération du temps, de main mise de la technique et d'un certain repli national

En savoir plus

Richard Rasi : Il est très important de voir combien la culture, la créativité et l’art contribuent à la vie de la ville. Non seulement les grandes manifestations culturelles, mais aussi les petites initiatives façonnent la ville et son développement futur. Je pense réellement que nous devons mettre la culture et l’imagination créative au centre de nos vies et de notre société. Les récents développements à Košice me confirment que nous allons vers des transformations culturelles de la ville. Beaucoup de nouvelles manifestations où des disciplines culturelles différentes se rencontrent sont apparues ces dernières années et sont naturellement devenues parties intégrantes de notre identité culturelle.

Notre ville a un caractère traditionnel industriel depuis de nombreuses années mais elle change depuis quelques temps, en se repositionnant comme une ville ouverte au talent qui soutient la créativité et qui souhaiterait démontrer son potentiel innovant.  Depuis que Košice a été sélectionnée pour être Capitale Européenne de la Culture, nous prenons la culture et les industries créatives comme les principaux moteurs de cette transformation.

Un des principaux objectifs du projet ECOC – Košice 2013 est de stimuler la culture et la créativité et leur contribution à l’économie. Nous avons préparé un éventail de manifestations et de projets centrés sur ce phénomène. Utiliser des exemples et les concrétiser via des plate-formes d’apprentissage transnationales pourrait permettre de créer un espace de discussion, de coopération et d’échange au niveau Européen. Cela pourrait servir à développer les innovations et d’excellents nouveaux projets dans le champ du développement régional et économique.

Cela me permet d’espérer que nous avons choisi le meilleur moyen pour améliorer le potentiel caché de nos citoyens et leur fournir un environnement idéal pour exprimer leur talent, leurs compétences et leur compétitivité.

Qu’est-ce qui l’incarne le mieux ?

Richard Rasi : Pour moi, l’un des meilleurs exemples est notre projet de développement communautaire Spots, qui rappelle l’importance du travail sur le terrain avec les citoyens et du contact direct avec la vie quotidienne. Je vois un nombre croissant de personnes engagées dans des activités et des programmes divers qui se développent ‘de bas en haut ‘. Dans ce projet, la culture permet la communication à l’échelle du quartier, ce qui est très naturel et important pour la ville. Son succès pourrait facilement augmenter et nous aider à créer une société civile meilleure et plus démocratique.

J’admire le fait que les initiatives indépendantes aient commencé à fonctionner et contribuer à la vie culturelle quotidienne. Nous voyons des programmes variés destinés à des publics différents éclore et des citoyens profiter de l’atmosphère vibrante de la ville. 

Un autre exemple est la situation unique de la faculté des arts de l’université technique de Košice, qui a apporté une nouvelle dimension à la conception traditionnelle d’une institution scolaire technique. Ses étudiants représentent une grande force créative dans de nombreux projets et manifestations de la ville. La coopération entre les différentes facultés a rapproché les artistes des techniciens et ingénieurs talentueux, qui ont pu aboutir à de nouveaux résultats, projets et produits innovants. Cela représente également un énorme potentiel en R&D pour améliorer la compétitivité de Košice.

Avec plus de seize mille étudiants, l’université technique de Košice est une institution scolaire majeure dans la ville et dans la région et avec ses neuf facultés, elle représente un fort potentiel créatif et innovant dans le champ de l’éducation, de la recherche et du développement. Avec deux autres universités, l’université de sciences naturelles et l’université d’études vétérinaires. C’est un élément très important du spectre culturel.

Quelle serait l’initiative personnelle / projet / œuvre qui incarne votre raison d’espérer ?

Richard Rasi : Pour moi, personnellement, le projet ou l’initiative qui incarne le mieux mes raisons d’espérer est Košice 2013, ONG qui a été créée pour mettre en place le projet Capitale culturelle Européenne 2013 et est l’initiative porte drapeau de la ville. Elle opère dans le champ de la culture, du développement stratégique et des relations internationales à grande échelle, elle est le meilleur représentant de l’approche culturelle et créative de la ville.

Elle a été créée pour préparer un environnement fertile pour tous les opérateurs culturels et les individus talentueux. Elle représente également le plus grand projet culturel slovaque, ce qui me rend très fier de ma ville.
Le travail quotidien de Košice 2013 est de préparer les infrastructures, les réseaux et les programmes éducatifs pour améliorer tous les niveaux de l’écologie créative dont nous avons besoin pour augmenter les performances de la ville. L’ONG voudrait utiliser le pouvoir et la visibilité au niveau européen du momentum  ECOC 2013 pour aider notre ville et notre région à développer un socle durable d’innovation et de création menées par les développements numériques. Cela nous aidera à construire de nouvelles structures économiques, sociales et culturelles pour promouvoir un environnement créatif et compétitif.

"Nous soutenons la créativité" est devenu le slogan de toutes les activités de Košice 2013, l’ONG mais aussi tous les nombreux projets qui ensemble forment le programme pour les années 2012 et 2013.

Comment souhaiteriez-vous la transmettre aux générations futures ?

Richard Rasi : Nous plaçons toujours nos espoirs dans nos enfants et dans la jeune génération. C’est pourquoi nous nous concentrons sur nos programmes culturels et nos activités et projets éducatifs qui concernent nos enfants et les jeunes.

Nous sommes pleinement engagés dans des processus de développement culturel et créatif. Par exemple, dans notre plus grand projet d’investissement, qui est la transformation d’anciens entrepôts militaires en un centre de culture et de créativité Kasarne/KulturPark et que nous préparons avec notre plus solide partenaire, US Steel project Creative Fazctory. Ce projet rassemble l’éducation, les technologies contemporaines et l’expression artistique du processus industriel pour que nos enfants puissent mieux décider de leur parcours et de leur carrière.

Tous les projets dans le cadre de la Capitale Européenne de la Culture sont préparés dans un objectif de durabilité. Nous préparons différents programmes et instruments pour garantir le fait que la culture et la créativité seront des dimensions essentielles de notre avenir. Les nouvelles infrastructures construites dans le cadre du projet nous aiderons à façonner notre vie culturelle pendant plusieurs années. Nous espérons que nos citoyens profiteront des nouvelles fonctions et des nouvelles formes de lieux culturels dans la ville, qui sont des preuves tangibles de la plus grande transformation culturelle jamais effectuée dans une ville slovaque.