Derniers articles publiés

Revue de presse : Négociations cruciales à Athènes

Revue de presse 20.01.2012

La Grèce poursuit ses négociations, d'une part avec ses banques et créanciers privés pour effacer une dette ancienne contractée à leurs égards, et d’autre part avec la troïka (FMI, BCE et Commission européenne) pour assurer sa survie financière.

Les discussions avec les créanciers privés (banques, fonds d'investissements, hedge-funds, assureurs) ont repris mercredi, après avoir été interrompues vendredi dernier. Ces dernières avaient buté sur le niveau de la décote et sur le rendement des nouveaux titres proposés. Athènes cherche à convaincre les créanciers d'accepter volontairement de réduire de 100 milliards d'euros le montant de leur créance, et pense être en bonne voie pour parvenir à un accord.

En effet, au terme des négociations s'étant déroulées hier soir, les représentants de l'Institut de la finance internationale (l'IIF, l'instance de représentation des banques créancières du pays), l'Américain Charles Dallara et le Français Jean Lemierre (BNP Paribas), ont déclaré avoir "eu des discussions fructueuses aujourd'hui à Athènes avec le premier ministre Lucas Papadémos et le ministre des Finances Evangélos Vénizélos", nous rapporte Le Figaro.

Auparavant, le chef de gouvernement M. Papadémos avait également jugé le climat "très positif" après avoir reçu le soutien des chefs des trois partis de la coalition gouvernementale pour mener à bien cette négociation vitale pour le pays, selon Libération.

Outre cette négociation à mener avec ses partenaires privés, la Grèce doit également parvenir à trouver un accord avec la troïka pour obtenir le versement de la deuxième tranche du plan d'aide décidé en octobre dernier, d'un montant de 130 milliards d'euros. Les discussions, qui ont débuté mercredi, portent sur les mesures à prendre par le gouvernement grec pour réduire ses déficits et réformer son économie, nous explique RTBF.

Faute d’accord avec ses créanciers privés et publics, Athènes ne sera pas en mesure de rembourser les 14,4 milliards d'obligations arrivant à échéance le 20 mars. Cela constituerait un défaut de paiement désordonné du pays, dont les effets menaceraient l'ensemble de la zone euro et au-delà, d'après le NouvelObs.

"Voici venus le moment crucial de la bataille finale de l'échéance de dette et le moment crucial de la bataille finale et décisive d'un nouveau renflouement", a déclaré Evangelos Venizelos, ministre des Finances, jeudi au Parlement grec. "Il faut négocier maintenant, à tout prix, pour le bien du pays", la Grèce faisant état d'une dette s'élevant à plus de 350 milliards d'euros.

 

Les autres titres de la presse en ligne

Agriculture, pêche

Les ventes de pesticides illégaux se multiplient dans l’UE [EurActiv.fr]

 

Concurrence

Eau : le cartel qui fait bouillir Bruxelles [Libération]

 

Construction européenne

L’Europe c’est la paix. Mais encore ? [Presseurop]

 

Elargissement

Sans grandes illusions, la Croatie se prépare à l’Europe [La Croix]

 

Energie, environnement

L'Union européenne s'attaque à sa montagne de déchets électroniques [AFP]

 

Etats membres

Vienne-Budapest, aller et retour [Le Monde]

Euro, économie

La Grèce va négocier de nouveaux prêts avec le FMI [Le Monde]

 

Fiscalité

Berlin se rallie à une taxe Tobin dans la zone euro [La Tribune]

 

Institutions

Léger remaniement au Parlement européen [EurActiv.fr]

 

Marché unique, entreprises

Brevet unique européen : Bruxelles tacle Paris, Londres et Berlin [Le Point]

 

Relations extérieures

Pas de parloir pour Ioulia Timochenko [Euronews]

 

Transports

Réseaux de transport : le Sénat craint la mainmise de la Commission [EurActiv.fr]

 

Ailleurs en Europe

Presse anglophone

 

Croatia: new EU member on the horizon [EUobserver]

Presse germanophone

Neue EU-Regeln: Elektroschrott richtig entsorgen [Die Süddeutsche Zeitung]

 

Presse espagnole

 Francia envía a prisión a los tres presuntos etarras detenidos el sábado [El Mundo]

 
Presse italienne

Afghanistan, morti 4 soldati francesi Sarkozy: "Stop a tutte le operazioni" [La Stampa]