Derniers articles publiés

Revue de presse : Election d'un président pro-négociations à Chypre, incertitudes autour de l'issue du scrutin en Italie, Cameron fragilisé par la perte du triple A

Revue de presse 25.02.2013

A Chypre, l'élection de Nicos Anastasiades rassure les dirigeants européens "Restaurer la crédibilité de Chypre". Tels sont les mots prononcés par le candidat de droite, Nicos Anastasiades, au soir de son élection dimanche à la tête de l'Etat chypriote. Le leader du parti conservateur Disy a obtenu près de 57,5% des voix, devançant son rival Stavros Malas, soutenu quant à lui par les communistes, au pouvoir depuis 2008. 

La Tribune souligne aujourd'hui l'élection d'un "pro-européen partisan de négociations rapides avec l'Union européenne et le FMI" sur la dette du pays. M. Anastasisades s'est en effet prononcé pour la mise en route d'un accord rapide entre le nouveau gouvernement chypriote et la "troïka" européenne, qui pourrait verser près de 17 milliards d'euros au secteur bancaire de Chypre [La Croix/AFP].

L'élection de Nicos Anastasiades a été saluée par de nombreux dirigeants européens ce matin. Libération rapporte ainsi un communiqué commun aux ministres des Finances allemand et français, Wolfgang Schäuble et Pierre Moscovici. Les deux homologues se félicitent du résultat de ce scrutin, qui permettra selon eux "la formation d'un gouvernement qui pourra rapidement continuer les négociations sur le programme d'assistance financière à Chypre". Un accord pourrait aboutir, dans le meilleur des cas, avant la fin du mois de mars.

Un dénouement incertain en Italie

L'Italie s'apprête à vivre une journée sous haute tension. Le Nouvel Observateur souligne la grande inconnue qui plane sur les résultats de cette élection indécise. Spécialiste de la vie politique italienne, Marc Lazar revient sur la campagne et les issues possibles des scrutins parlementaires. Trois scénarios sont en effet possibles. Tout d'abord, le scénario idéal pour les marchés serait une victoire du Parti Démocrate de Pier Luigi Bersani à la Chambre des députés et au Sénat. La formation d'un gouvernement stable permettrait de mener sereinement les politiques de réduction de la dette abyssale du pays. Une deuxième possibilité serait celle d'une victoire du PD à la Chambre basse, mais une "situation inextricable au Sénat avec peu de centristes" de la coalition Monti et beaucoup de sénateurs issus du "MoVimento 5 Stelle" de Beppe Grillo. Enfin, l'hypothèse la plus probable serait celle d'une victoire du centre-gauche à la Chambre, et la formation d'une alliance pro-européenne Bersani-Monti au Sénat [NouvelObs].

Dimanche, environ 55% des électeurs avaient déjà déposé leur bulletin dans l'urne, contre près de 62% en 2008. En revanche, la participation électorale était élevée en Lombardie et en Sicile, deux régions où la majorité sénatoriale se joue entre le centre-gauche et le mouvement conservateur de Silvio Berlusconi. Le scrutin se poursuit ce lundi dans l'ensemble du pays [Euronews].

Le Royaume-Uni perd son triple A

Après la France en novembre, c'est au tour des Britanniques de quitter le cercle de plus en plus fermé des pays bénéficiant d'une confiance totale des agences de notation. Moody's a dégradé vendredi la note du Royaume-Uni, qui passe de Aaa à Aa1. L'agence évoque "la faiblesse continue des perspectives à moyen terme", et constate la faiblesse conjoncturelle de la croissance britannique, qui s'est contractée de 0,3% au quatrième trimestre 2012 [La Croix].
Le Monde rapporte ce matin les propos du ministre britannique des Finances, George Osborne, qui considère cette perte du Aaa comme "un rappel des difficultés auxquelles notre pays fait face". Loin de remettre en cause les effets contestables des politiques d'austérité, M. Osborne s'est dit prêt à "redoubler d'effort" pour mettre en œuvre le plan de redressement des finances publiques, mis en œuvre depuis l'arrivée au pouvoir de David Cameron.

"Si la sanction ne devrait avoir que peu d'impact sur les marchés financiers", La Tribune considère que cet abaissement fragilise le gouvernement conservateur de M. Cameron, qui a fait l'objet de vives critiques de la part de l'opposition travailliste. Ed Balls a ainsi assimilé la perte du triple A à une preuve tangible que "le plan de réduction des déficits n'a pas marché".

A lire sur

 

Législatives en Italie : une équation à quatre variables

Les autres titres de la presse en ligne

Commerce extérieur

Doutes des députés sur le futur accord commercial entre l’Europe et les Etats-Unis [Euractiv]

Construction européenne

Europe: le président allemand plaide pour plus d’intégration [La Croix]

Elargissement

Les Allemands restent majoritairement contre l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne [La Tribune]

Etats membres

«Marée citoyenne» contre l'austérité en Espagne [Libération/AFP]

Euro, économie

 L'UE veut que les banques espagnoles améliorent leur rentabilité [Les Echos/Reuters]

Finance

Libor : Bruxelles met la pression sur les banques [Le Monde/AFP]

Fiscalité

Chat avec Sylvie Goulard, députée européenne, sur la Taxe sur les transactions financières [Toute l'Europe]

Législatives italiennes

La campagne d’Italie en treize moments [Le Monde]

Libertés, sécurité, justice

Bruxelles veut protéger la vie privée des utilisateurs d’applications [Euractiv/en]

Relations extérieures

Le Mali, ballon d’essai de la nouvelle politique de développement de l’UE [Euractiv]

Santé publique

Retour des farines animales : François Hollande dit non [NouvelObs]

Société

Les Français désenchantés à l'égard de l'Union européenne, selon un sondage [Les Echos]

Ailleurs en Europe

Presse anglophone

UK downgrade rounds off EU's Black Friday [EUobserver]

Presse germanophone

 Zehntausende demonstrieren gegen Armut und Korruption [Spiegel]

Presse espagnole

 Anastasiadis gana las elecciones de Chipre [El Mundo]
 

Presse italienne

 È la Francia il grande malato d'Europa [Il Sole 24 Ore]


Presse francophone

Poutine interdit de fumer dans les lieux publics [Le Matin]