Derniers articles publiés

Revue de presse : A Reims, François Hollande et Angela Merkel célèbrent 50 ans d'amitié franco-allemande

Revue de presse 09.07.2012

Dimanche 8 juillet, François Hollande et Angela Merkel se sont rendus sur le parvis de la cathédrale de Reims pour célébrer le cinquantième anniversaire de la réconciliation franco-allemande, scellée en 1962 en ce même lieu symbolique par le Général de Gaulle et Konrad Adenauer, à l'époque Président de la République et chancelier. Hasard du calendrier, cette cérémonie s'est déroulée alors que les divergences entre les deux pays ont rarement été aussi importantes.

Le sommet européen de Bruxelles des 28 et 29 juin a démontré les turbulences qui agitent le couple franco-allemand, aujourd'hui loin de la convergence de 1962, ou de 1984 – année où François Mitterrand et Helmut Kohl avaient symbolisé l'amitié entre les deux peuples en se tenant par la main. La France s'est rapprochée des positions italiennes et espagnoles et le président a réaffirmé que la relation franco-allemande ne devait pas être "un directoire" retirant tout pouvoir aux partenaires européens [AFP].

La chancelière allemande et le Président français ont donc tenté de "ranimer la flamme" à Reims, comme titre Reuters. "Notre chance, c'est d'être unis", a déclaré Angela Merkel, tandis que François Hollande proposait de "franchir ensemble une nouvelle porte sur des années qui rendront encore plus étroite l'amitié entre deux nations". "Nous n'héritons pas d'une amitié, nous la renouvelons à chaque génération", a-t-il poursuivi.

Bien entendu, les deux dirigeants ont saisi cette opportunité pour rappeler leur détermination à sortir de la crise par le biais de plus d'intégration européenne. "Il faut parachever aujourd'hui au niveau politique l'union économique et monétaire, c'est un travail d'Hercule mais l'Europe en est capable", a ainsi souligné la chancelière [Le Figaro]. "Nous avons une jeunesse en partage, une économie, une monnaie. Nous devons les défendre avec des règles et des instruments puissants", a ajouté François Hollande.

Pour mettre leurs déclarations à exécution, Angela Merkel et François Hollande vont devoir surmonter leurs divergences économiques et géopolitiques. Comme le rappelle le Nouvel Obs, la France souhaite renforcer la solidarité et l'union économique, alors que l'Allemagne exige la responsabilité de chaque Etat et un accord politique préalable à toute intégration économique, financière et monétaire. En outre, Berlin semble sous-estimer les difficultés que représenterait  un "saut fédéral", dans un pays unitaire et centralisé comme la France.



Les autres titres de la presse en ligne

Agriculture, pêche

Des pistes pour réduire l'utilisation des produits phytosanitaires [EurActiv]

Construction européenne

Remodeler l’ADN de l’Europe [Presseurop]

Emploi, affaires sociales

Chômage en Europe : fortes disparités entre les régions [Les Echos]

Etats membres

Le président allemand fait la leçon à Angela Merkel [La Tribune]

Euro, économie

Brevet européen : le Parlement ne se laissera pas faire [EurActiv]

Institutions

Hollande ne tient pas à un "Monsieur Euro" aux pouvoirs renforcés [AFP]

Recherche, sciences

L'Europe s'impose comme N°1 mondial des satellites météo [Le Figaro]





A lire sur

Europe de la semaine : Le MES au cœur de l’actualité européenne



Ailleurs en Europe


Presse francophone
Is Norway's EU example really an option for Britain? [The Independent]

Presse germanophone
Paul Krugman: "España no puede hacer nada salvo esperar al BCE" [ABC]

Presse italienne
Moscovici chiede scudo anti-spread. Monti: "Italia non ha mai chiesto aiuti" [La Repubblica]