Derniers articles publiés

Les paradoxes de la réalité sociale française

Actualité 29.10.2007

CASMalgré un grand nombre d'indicateurs encourageants, les Français sont inquiets. Tel est l'enseignement le plus marquant du rapport réalisé par le Centre d'Analyse Stratégique (CAS) dans le cadre de la consultation sur la réalité sociale européenne organisée par la Commission.

Lundi 29 octobre, le CAS et la Représentation en France de la Commission européenne ont réuni à la Maison de la Chimie, à Paris, un parterre de chercheurs renommés pour débattre des conclusions de ce rapport. L'objectif de cette journée d'étude : dresser un bilan de la réalité sociale française en s'interrogeant sur les enjeux communs aux Européens et sur les spécificités françaises.

Si l'on en croit les chiffres, il fait plutôt bon vivre en France. L'indice de développement humain (indicateur construit notamment sur les niveaux de santé, d'éducation et de revenu) place la France au 9ème rang en Europe, avec un chiffre proche des meilleurs résultats. D'ailleurs, 90 % des Français se déclarent globalement "heureux". Néanmoins, les Français se situent en dessous de la moyenne européenne lorsqu'on leur demande leur sentiment sur leur niveau de vie ou leur logement.

Autre paradoxe : alors même que la politique familiale et le modèle social français sont parmi les plus généreux et redistributifs en Europe, les Français sont nettement moins satisfaits de leur vie familiale que la moyenne des Européens. De même, en matière d'inégalités et de pauvreté, les indicateurs français sont meilleurs que dans la plupart des pays européens. Cependant, les Français sont ceux qui craignent le plus de tomber dans un état de pauvreté.

Les Français parmi les plus inquiets pour les générations futures


Concernant l'éducation, la France arrive avant-dernière en terme de satisfaction, alors que ses dépenses dans ce domaine la placent au 7e rang en Europe. Les Français sont aussi les Européens les moins favorables à la mondialisation et figurent parmi les plus inquiets pour les générations futures.

Les questions d'immigration et d'intégration sont également abordées dans ce rapport. Il s'avère que les Français sont plus tolérants vis-à-vis des immigrés que la moyenne des Européens et sont ceux qui supportent le moins les discriminations racistes, religieuses ou sexuelles. Pourtant, la France connaît d'importants problèmes d'intégration, à l'image de tous les pays européens, comme l'ont rappelé Dominique Schnapper et Michèle Tribalat.

Pour expliquer ces paradoxes, on peut relever le poids du chômage de masse. La France se situe nettement au dessus de la moyenne européenne dans ce domaine (9,3 % sur 2002-2006, contre 7,8 % pour l'UE15). Interrogés sur ce sujet par Touteleurope.fr, les sociologues Robert Castel et Dominique Méda ont mis en avant le concept de "flexisécurité", comme réponse aux problèmes du marché du travail et aux inquiétudes des Français.

En savoir plus

Les réalités sociales françaises à l'aune européenne - Centre d'Analyse Stratégique