Derniers articles publiés

Le PEJA, facteur d'inclusion des jeunes avec moins d’opportunités

Actualité 12.07.2011

Adopté en novembre 2006, le programme "Jeunesse en action" soutient des activités d’apprentissage non formel destinées aux jeunes âgés de 13 à 30 ans, et tout particulièrement lorsque ceux-ci disposent de moins d’atouts culturels ou sociaux. L’inclusion des jeunes avec moins d’opportunités (JAMO) est en effet une priorité du programme. La Commission européenne et les Etats participants ont ainsi souhaité que des efforts particuliers soient déployés en faveur des jeunes qui rencontrent des difficultés spécifiques pour participer aux actions européennes.

En 2010, 1624 jeunes avec moins d'opportunités ont participé aux différentes actions collectives proposées par l'AFPEJA, soit 18,15% du total des participants.

La décision du Parlement européen et du Conseil du 13 avril 2000 établissant le programme JEUNESSE indique que les jeunes avec moins d’opportunités sont les "jeunes qui, pour des raisons d'ordre culturel, social, physique, mental, économique ou géographique, ont le plus de difficultés à participer aux programmes d'action qui les concernent tant au niveau communautaire qu'aux niveaux national, régional et local".

Ces actions collectives se divisent en deux types de projets d'inclusion :

  • Les projets de type A incluent les jeunes ayant moins de possibilités en tant que participants actifs aux projets.

  • Les projets de type B sont quant à eux axés sur l’inclusion, comme thématique. Ils visent à améliorer l’inclusion par la sensibilisation ou œuvrent à la réalisation de projets à mener avec des jeunes ayant moins d’opportunités


Chacune de ces actions offre des opportunités d’apprentissage et s’avèrent parfois être un réel tremplin professionnel. Elles sont donc particulièrement pertinentes pour les jeunes ayant moins d'opportunités.

Voir l'interview d'Evelyne Goudard (03'02)



Elles leur apportent le plus souvent une première approche de la mobilité. En effet, les jeunes concernés ont rarement eu accès à cette mobilité auparavant et pour la première fois, il rencontre l'Autre, du pays voisin. Et cette rencontre dans un cadre nouveau, s’accompagne souvent d’une prise de conscience de leur identité et de leurs capacités. Ensemble, ils auront sans doute envie de monter des projets.

C'est alors la deuxième plus-value du programme : déclencher une envie de s’engager ; de mener des projets, favoriser la prise de responsabilités.

Par l'acquisition de nouvelles compétences tout autant théoriques que pratiques, ce programme facilite finalement l'insertion professionnelle et sociale des participants.

Mais le programme "Jeunesse en action" favorise également la naissance d'un fort sentiment européen parmi tous ses participants qui deviennent peu à peu de véritables acteurs de la citoyenneté européenne en s'impliquant concrètement dans un projet commun européen.

 

En savoir plus :

Agence française du programme européen "Jeunesse en action" (AFPEJA)