Derniers articles publiés

Biographie : José Manuel Barroso

Synthèse 03.11.2014

Ancien Premier ministre et diplomate, José Manuel Barroso a été président de la Commission européenne de 2004 à 2014. Au cours de ses deux mandats, il s’est efforcé de consolider l’Union européenne à 25, 27 puis à 28. Le 1er novembre 2014, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker a pris sa succession à la tête de la Commission.

José Manuel Barroso

Son parcours

Propos choisis

"C’est en prenant conscience de cette dimension [historique, puissante et noble de la culture à travers le temps et l’espace de notre continent] qu’on réalise à quel point, au-delà de toute considération institutionnelle, d’appartenance nationale ou politique, nous sommes tous et toutes, individuellement et profondément, des Européens, imprégnés de valeurs et de références communes. Cette prise de conscience est loin d’être théorique pour moi, comme individu et comme homme politique. Très jeune, j’ai découvert, dans une phase sombre de l’histoire de mon pays, à quel point c’était déchirant d’être coupé de cette communauté culturelle que constitue notre continent, lorsqu’il m’était interdit – oh, quelle absurdité ! – d’accéder à ma musique préférée"

Discours de clôture des Rencontres européennes de la Culture - Paris, le 3 mai 2005

José Manuel Barroso est né à Lisbonne le 23 mars 1956. Il y a étudié le droit, puis a suivi des études européennes à l'institut universitaire d'études européennes de Genève, avant de suivre une maîtrise en sciences politiques dans la même ville. Son sujet de travail de fin d'études s'intitule "Le système politique portugais face à l'intégration européenne".

Il fonde l'Association universitaire d'études européennes en 1979.

José Manuel Barroso est membre du parti social démocrate (PSD) depuis 1980 et membre du Mouvement européen depuis 1991, année de la réactivation de la section portugaise.

Élu député six fois consécutivement depuis 1985, ses principales actions d'envergure européenne se font dans le cadre des responsabilités qu'il endosse pour les Affaires étrangères. Président de la commission des Affaires étrangères du Parlement portugais entre 1995 et 1996, il est désigné secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et à la coopération et ministre des Affaires étrangères dans les XIe et XIIe gouvernements constitutionnels.

De ce fait il a participé aux Conseils européens, aux réunions informelles des chefs d'État et de gouvernement, aux Conseils Affaires générales et aux réunions informelles ("Gymnich") des ministres des Affaires étrangères mais aussi aux conférences ministérielles de San José, aux réunions Communautés européennes/Groupe de Rio, à la conférence de lancement du Pacte de stabilité pour l'Europe, à la conférence de révision et de prorogation du traité de non prolifération et aux réunions ministérielles du Forum de la Méditerranée (cinq plus cinq).

Son engagement européen

Au cours de cette période a eu lieu la première présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne (1992) pendant laquelle José Manuel Barroso coordonne la délégation de la présidence de l'UE à la conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement (CNUED, Sommet de la terre, Rio de Janeiro) et la présidence portugaise de l'UEO. Il a signé au nom du Portugal les accords européens avec la Roumanie, la Bulgarie, la République slovaque et la République tchèque (1993), le traité d'adhésion de l'Autriche, de la Finlande et de la Suède à l'Union européenne à Corfou (juin 1994) et l'accord de coopération et de partenariat entre l'UE et la Russie à Corfou (1994).

A partir d'avril 2002, il est le Premier ministre du XVe gouvernement constitutionnel. Par cette fonction, il a participé à tous les événements de l'Union européenne qui nécessitaient la présence du Portugal au niveau des chefs d'État et de gouvernement, et plus particulièrement aux Conseils européens. Il a signé les traités d'adhésion de Chypre, de l'Estonie, de la Hongrie, de la Lettonie, de la Lituanie, de Malte, de la Pologne, de la Slovaquie, de la Slovénie et de la République tchèque et a assisté à la cérémonie d'adhésion de ces dix États à l'Union européenne. Il a participé aux sommets relatifs à la Convention sur l’avenir de l’Europe et à la conférence intergouvernementale au cours de laquelle a été adopté le traité établissant une constitution pour l'Europe.

De 1999 à 2002, José Manuel Barroso a également assuré la vice-présidence du Parti populaire européen. Il a aussi été vice-président de Center Democrats International de 2001 à 2005.

Son premier mandat à la tête de la Commission européenne (2004-2009)

Désigné par les gouvernements des Etats membres de l'UE et approuvé par un vote du Parlement européen, il devient président de la Commission en 2004 pour cinq ans et quitte ses fonctions de Premier ministre du Portugal.

"Imaginons un instant que ces pays  (Bulgarie et Roumanie) n'aient pas rejoint l'Union européenne. Si c'était le cas, nous ne parlerions sans doute pas uniquement de l'Ukraine à l’heure qu’il est, mais probablement également de la Bulgarie ou des pays baltes"

Discours de fin de mandat, octobre 2014

Au terme de son mandat de présidence, la Commission a dressé la liste des principaux résultats obtenus par l'Union européenne. La réunification de l'Europe, concrétisée par les élargissements de 2004 et 2007, y figure en bonne place. Selon ce rapport, l'Union européenne a joué un rôle essentiel dans le cadre de la crise économique. Elle a en effet contribué à rétablir la stabilité des marchés financiers et à rouvrir les vannes du crédit. La Commission a été la première institution internationale à élaborer un plan de relance jugé crédible. L'exécutif européen a également défendu des réformes économiques et du marché de l'emploi visant à rendre l'Europe plus concurrentielle sur le plan mondial.

Son second mandat comme président de la Commission (2009-2014)

Fort de ce bilan, José Manuel Barroso a été reconduit en 2009 par les chefs d'Etat et de gouvernement - avec l'aval du Parlement - pour un second mandat à la tête de la Commission.

Dans un document adressé au Parlement européen suite à sa nomination, il a détaillé ses grandes orientations politiques pour la Commission et ses objectifs pour l'UE pour les cinq années à venir :

  • la mise en place de nouvelles actions conjointes pour sortir l’Europe de la récession avec par exemple la création de stratégies de sortie de crise principalement fondées sur des finances publiques durables ;
  • il a renouvelé son attachement au pacte de stabilité et de croissance ;
  • la protection des emplois constitue un autre sujet d'importance pour lui et il a demandé aux Etats membres de prendre des mesures afin de maintenir les emplois et d’aider les personnes au chômage à en retrouver un. A cette fin, il a souligné la nécessité de poursuivre  la construction d’une économie pauvre en carbone.

De plus, il a mis l'accent sur :

  • la lutte contre le changement climatique ;
  • le développement de nouvelles sources de croissance durable et de cohésion sociale ;
  • la nécessité de faire avancer l'Europe des citoyens ;
  • et l'importance d'ouvrir une nouvelle ère pour l'Europe en tant qu'acteur global.

Pour ce faire, il a notamment engagé une réforme du budget de l'UE.

La nouvelle Commission de son successeur Jean-Claude Juncker est entrée en vigueur le 1er novembre 2014.

José Manuel Barroso envisage de rédiger un livre pour raconter ses dix ans d’expérience en Europe et dans le monde.