Dossier special Vacances
Emploi et social

Taux d'emploi des femmes et des hommes dans l'UE

Taux d'emploi hommes femmes

Si des progrès considérables en termes d’accès à l’éducation et à l’emploi des femmes ont été réalisés, celles-ci restent toutefois pénalisées dans l’emploi dans l'ensemble de l'Union européenne.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Le taux d'emploi plus faible chez les femmes

La hausse du taux d’emploi féminin constitue un objectif majeur de l’Union européenne qui s'était fixé, avant la crise, un objectif de taux d’emploi féminin de 75% à l’horizon 2020 (Stratégie 2020).

Avec un taux de 65,6% en 2015, les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler dans l’Union européenne. Cependant, environ un tiers d’entre elles travaillent à temps partiel (soit un pourcentage quatre fois plus élevé que chez les hommes).

Les quotas dans les conseils d'administration

Depuis quelques années, plusieurs pays (France, Espagne, Belgique, Italie, Pays-Bas...) ont adopté des mesures visant à imposer des quotas de femmes dans les conseils d’administration des entreprises. Bien que les premiers résultats démontrent une amélioration de la situation, cette dernière peut encore être nettement améliorée, notamment au niveau des comités exécutifs.

En 2012, la Commission européenne a adopté une proposition de loi visant à contraindre les sociétés cotées en bourse dans l'UE à nommer au moins 40 % de femmes à des postes d'administrateurs non exécutifs en 2020 (au deuxième semestre 2016, seulement 24% des membres des conseils d'administration des principales entreprises cotées en bourse étaient des femmes). Le Parlement s'est prononcé en sa faveur, mais le Conseil n'a pour le moment pas validé ce projet. 

La France a instauré un quota légal en 2011, qui prévoit l'instauration progressive de quotas pour aller vers la féminisation des instances dirigeantes des grandes entreprises. Dix autres États membres (Belgique, Italie, Pays-Bas, Espagne, Portugal, Danemark, Finlande, Grèce, Autriche et Slovénie) ont adopté des instruments juridiques de promotion de la parité hommes femmes au sein des conseils des sociétés.

En 2016, c'est en France que la proportion de femmes dirigeantes dans les principales entreprises cotées en bourse était la plus importante, où elle s'élevait à 41%, suivie de la Suède (37%) et de l'Italie (32%). A l'inverse, Malte (4%), l'Estonie (9%) et la Grèce (9% également) sont les mauvais élèves du classement.