Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Covid-19 : la lassitude augmente face aux nouvelles restrictions

Confrontés à la propagation de nouveaux variants du coronavirus, les gouvernements européens renforcent leurs restrictions sanitaires. Une situation qui accroît le découragement des populations, d'autant que la vaccination se trouve ralentie par des retards de livraison.

Face aux émeutes survenues dimanche 24 et lundi 25 janvier, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a dénoncé une violence
Face aux émeutes survenues dimanche 24 et lundi 25 janvier, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a dénoncé une violence “inacceptable” n’ayant rien à voir avec “la protestation ou la lutte pour la liberté” - Crédits : Compte Twitter @MinPres

Alors que l’année 2020 a été fortement marquée par les mesures de restriction et que celles-ci se poursuivent en 2021, le découragement monte dans la population européenne. En France, “plus l’éventualité d’un troisième confinement circule, plus des réticences se font jour de la part de responsables politiques, tandis que sur les réseaux sociaux, un parfum de désobéissance émerge depuis ce week-end” , relate Le Monde. Entre le hasthag #Jenemereconfineraipas et les appels à la désobéissance civile, un climat de défiance face aux restrictions apparaît, climat “d’autant plus troublant qu’il fait écho aux manifestations contre les mesures de confinement qui ont dégénéré en pillages, incendies et affrontements, dimanche, aux Pays-Bas” , ajoute le quotidien.

Lundi 25 janvier au soir, plusieurs villes néerlandaises étaient en effet encore “le théâtre d’émeutes, pour la deuxième nuit consécutive, après la mise en place ce week-end d’un couvre-feu afin de lutter contre la pandémie” , indique Le Point. “Plus de 70 personnes avaient été arrêtées à 23 heures (heure de Paris), selon la télévision publique néerlandaise NOS” [Le Monde]. “Une confrontation est en cours entre la police antiémeute et des jeunes qui leur lancent des feux d’artifice”, avait indiqué un peu plus tôt dans un tweet la police de la ville de Geleen, rapporte Le Point. Premier ministre démissionnaire depuis une semaine et demie, Mark Rutte a dénoncé une violence criminelle qui sera traitée comme telle” , lit-on dans Le Monde.Tout cela n’a rien à voir avec une lutte pour la liberté. Nous devons gagner le combat contre le virus, sinon nous ne retrouverons pas notre liberté” , a-t-il affirmé.

Ces manifestations ne sont pas un phénomène isolé en Europe. “Au Danemark, plusieurs centaines de personnes se sont également rassemblées pacifiquement, samedi 23 janvier en début de soirée, avant de défiler avec des flambeaux dans la capitale, Copenhague […] afin de protester contre les mesures anti-coronavirus prises par l’exécutif, fait savoir France Info. L’Espagne a également connu des protestations. “Ils étaient des milliers dans le centre de Madrid à dénoncer la ‘tromperie’ d’un virus qui, selon certains manifestants, ‘n’existe pas’, poursuit le média.

Durcissement des restrictions de déplacement

Malgré la colère grandissante contre les restrictions, les Etats membres de l’UE continuent donc de prendre des mesures pour se prémunir contre la propagation des nouveaux variants du coronavirus, notamment en ce qui concerne les voyages. “Les pays se reconfinent. Et, logiquement, ils restreignent l’accès à leur territoire aux déplacements indispensables, assortis de précautions sanitaires et/ou de quarantaines” , observe Ouest-France. France Info rappelle ainsi que, depuis lundi 25 janvier, “les voyageurs venant d’un pays de l’espace européen (Etats membres de l’UE, Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Marin, Suisse, Vatican) doivent se munir d’un test PCR négatif de moins de 72 heures pour entrer en France” . Le même jour, la Suède a interdit ” pour trois semaines l’entrée sur son territoire depuis la Norvège après l’apparition d’un foyer de variant anglais près d’Oslo. Une mesure qui concerne aussi Royaume-Uni et Danemark” , ajoute Ouest-France.

En réponse à ces mesures nationales et pour éviter la fermeture des frontières intérieures, “la Commission européenne a recommandé, ce lundi, aux Etats membres de mettre en place de nouvelles restrictions de déplacement pour les zones les plus touchées par le coronavirus, y compris pour certains voyages essentiels”, explique 20 Minutes. L’exécutif européen propose notamment “d’ajouter une nouvelle catégorie de zones [rouge foncé, où le virus circule le plus activement] à la carte sanitaire européenne publiée chaque semaine par l’agence chargée de la surveillance de l’épidémie, l’ECDC” , continue le quotidien. Le journal belge Le Soir précise que l’introduction de nouvelles zones rouge foncé proposée par la Commission “ferait ressortir les Pays-Bas, l’Irlande, les pays baltes, Chypre, Malte, la plupart des régions d’Espagne et du Portugal, quelques régions de France et d’Italie ainsi que plusieurs régions d’Europe centrale (Tchéquie, Slovaquie, Slovénie) et de Suède, selon un exemplaire dévoilé par le commissaire [à la Justice] Didier Reynders en conférence de presse” . “La Commission travaille aussi à la mise en place d’un formulaire de localisation des passagers européens, qu’elle veut rendre obligatoire”, ajoute 20 Minutes.

La vaccination, entre espoir et retard

En parallèle, l’espoir suscité par la vaccination a été quelque peu contrarié suite au retard pris par les laboratoires pharmaceutiques dans la livraison des doses aux Etats membres. “Pfizer-BioNTech a annoncé la semaine dernière un retard d’un mois pour ses livraisons en Europe, déclarant que son usine de Puurs, en Belgique, devait être modernisée afin d’augmenter sa capacité de production à moyen terme” [Euractiv]. De la même manière, “le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca, dont le vaccin doit être approuvé dans l’UE le 29 janvier, a fait savoir qu’il enverrait un nombre réduit de premières doses en Europe par rapport au plan initial” , indique également le média. Ces retards ralentissent d’autant l’avancée des campagnes de vaccinations européennes. La Belgique, par exemple, “ne recevra que 650 000 doses du nouveau vaccin AstraZeneca au cours du premier trimestre de 2021, au lieu des 1,5 millions de doses prévues par le contrat”, d’après son ministre de la santé Frank Vandenbroucke [Euractiv]. De son côté, “le procureur général italien a adressé lundi une lettre de mise en demeure au laboratoire Pfizer pour le sommer de respecter ses engagements contractuels concernant les livraisons de vaccins contre le COVID-19, rapporte Challenges.

Face au laboratoire anglais AstraZeneca, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a appelé lundi “le PDG d’AstraZeneca pour exiger qu’il honore les livraisons de son vaccin anti-Covid conformément au contrat avec l’UE ” , relate L’Express. Mme von der Leyen, citée par l’hebdomadaire, lui a rappelé que l’UE avait “investi d’importants montants dans les laboratoires, précisément pour s’assurer que la production monte en puissance avant l’approbation de mise sur le marché” . Même son de cloche du président du Conseil européen Charles Michel sur l’antenne d’Europe 1 : “Tous les moyens juridiques seront utilisés […] Nous entendons faire respecter les contrats signés par l’industrie pharmaceutique ” , a-t-il prévenu [Euractiv].

Les autres sujets du jour

Covid-19

Environnement

Vie politique et élections

Relations extérieures

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Covid-19 : la lassitude augmente face aux nouvelles restrictions

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide