Logo Toute l'Europe

L'acquisition de nationalité dans l'Union européenne

Les conditions d’obtention de la nationalité dans l’Union européenne varient beaucoup d’un Etat membre à un autre. Le mariage reste un moyen reconnu dans la plupart d’entre eux. En 2013, 984 600 personnes ont obtenu la nationalité d’un Etat membre de l’Union européenne. Ce nombre représente une hausse de 20 % par rapport à l’année précédente.

C’est au Royaume-Uni (207 496 personnes) que les octrois de nationalité ont été les plus nombreux en 2013. L’Espagne atteint 225 793 personnes et l’Allemagne suit avec 115 118 personnes ayant obtenu la nationalité allemande.

La France arrive en cinquième position (97 276) après l’Italie (100 712).

Le nombre d’octroi de nationalité chute cependant à 207 en Slovaquie et à 185 en Lituanie.

Le nombre d’octrois de nationalité peut être établi par rapport à la population de chaque État membre. Les taux les plus élevés de nationalités accordées ont été enregistrés en Irlande (5,3 octrois de nationalité pour 1 000 habitants), en Suède (5,2), en Espagne (4,8) et au Luxembourg (4,7).

Onze États membres ont accordé moins d’une nationalité pour 1 000 habitants. La moyenne de l’UE à 28 était de 1,9 octroi de nationalité pour 1 000 habitants.

En 2013, les principaux groupes ayant acquis la nationalité d’un État membre de l’UE étaient constitués de citoyens du Maroc (86 500 personnes), d’Inde (48 300), de Turquie (46 500), et de Colombie (42 000).

Les Roumains (23 000 personnes) ont constitué le premier groupe de citoyens de l’UE ayant acquis la nationalité d’un autre État membre de l’UE, suivis des Polonais (18 000).

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur L'acquisition de nationalité dans l'Union européenne

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide