Derniers articles publiés

Espagne : abandon de la loi sur l'avortement

Revue de presse 24.09.2014

Le très controversé projet de loi sur la limitation du droit d'avortement a été abandonné, hier, par l'exécutif espagnol. Alberto Ruiz-Gallardón, ministre de la Justice à l'origine de cette proposition qui restreignait les droits des femmes, a annoncé son retrait de la vie politique.

Manifestation anti-avortement à Madrid Espagne Rajoy Gallardon

Source de grandes divisions au sein même du parti au pouvoir, le projet de loi avait provoqué "l'indignation de l'opinion publique espagnole", explique Slate, qui ajoute que la loi " ultra-répressive, (…) aurait fait de la législation nationale sur l'avortement une des plus sévères d'Europe". Courrier International précise que "les Espagnoles voyaient leur droit à l'avortement (…) revenir en arrière avec un cadre juridique encore plus restrictif qu'en 1985".

Ce projet de loi était porté par "le couple Rajoy-Gallardón (qui) entendait conserver les faveurs de l’influente Église catholique, quitte à créer des divisions au sein de son parti, le Parti populaire" explique i>Télé. La proposition, approuvée par le Conseil des ministres en décembre dernier, "avait suscité une contestation interne rare au Partido Popular", renchérit El Mundo.

Libération explique en partie ce recul par "des raisons d’ordre stratégique. Confronté au défi sécessionniste de la Catalogne, Mariano Rajoy n’a guère envie de voir le pays se diviser autour de cette question sociétale".

Du côté de la presse espagnole, on parle "du plus grand fiasco de la législature". El País rappelle que le projet de loi avait été confié au ministre de la Justice, Alberto Ruiz-Gallardón, et non à celle de la santé et de l'égalité, Ana Mato. "Une féministe en face du fils du leader des anti-IVG de la droite. Tout un symbole".

Gallardón a dès lors annoncé son retrait de la vie politique, après 30 ans de carrière. Pour Info libre, le ministre est "la dernière victime de la méthode Rajoy". Il est obligé de prendre seul la responsabilité de l'échec du projet de loi, pourtant voulue initialement par le chef de l'exécutif.

Les autres sujets du jour

Agriculture, pêche