Derniers articles publiés

Revue de presse : Bloqué par l'extrême droite, le gouvernement néerlandais démissionne

Revue de presse 24.04.2012

Le Premier ministre Mark Rutte, du parti libéral, a remis hier la démission de son gouvernement la Reine Beatrix. M. Rutte n'est pas parvenu à s’accorder avec ses partenaires de coalition Maxime Verhagen, chef du parti chrétien-démocrate, mais surtout Geert Wilders, figure emblématique de l'extrême droite néerlandaise, au sujet de coupes budgétaires visant à réduire le déficit public.

Le déficit néerlandais devrait atteindre 28 milliards d'euros en 2013, soit 4,5% du PIB. Afin de revenir sous le seuil des 3%, le gouvernement de Mark Rutte cherchait à faire adopter une légère hausse de la TVA, un gel du salaire des fonctionnaires, et une réduction des dépenses de santé et de l'aide aux pays en développement. Mais, ces mesures refusées par le parti de la Liberté (PVV) de Geert Wilders, le gouvernement se retrouve dans l'impasse et contraint de jeter l'éponge, expliquent les Echos.

Selon M. Wilders, "ce projet n'est pas dans l'intérêt des électeurs du PVV" : "nous ne voulons pas soumettre nos pensions à une saignée à cause du diktat de Bruxelles et nous n'allons pas laisser nos aînés payer pour les fraudeurs grecs", a-t-il déclaré [Le Figaro]. D'abord tourné contre l'islam et les immigrés, Geert Wilders a fait de l'Europe son nouveau cheval de bataille. Cependant, après avoir fustigé la Grèce, l'Espagne ou encore le Portugal pour leur mauvaise gestion budgétaire, il semble penser que l'austérité ne doit pas concerner son propre pays, au risque de perdre sa crédibilité, estime la RTBF.

Des élections législatives anticipées devraient donc avoir lieu rapidement, peut-être même dès la fin du mois de juin. En effet, ne pas attendre les vacances d'été aurait la faveur des parlementaires, dans la mesure où le pays se trouve sous la menace de la perte de son triple A. D'après les premières estimations, le parti libéral de Mark Rutte arriverait en tête avec 33 des 150 sièges du Parlement, immédiatement talonné par le parti socialiste eurosceptique. Le parti de Geert Wilders obtiendrait quant à lui 19 sièges. De fait, un parlement morcelé sans majorité nette est à prévoir aux Pays-Bas, rapporte EurActiv. Mais quelle que soit l'issue des prochaines élections, il apparaît que les Néerlandais ne se contenteront pas de mesures draconiennes sans "un retour de l'investissement et la recherche de la croissance", ont indiqué les chrétiens-démocrates, s'alignant sur le discours de François Hollande [Le Point].

 

Les autres titres de la presse en ligne

Energie, environnement

L'ambition énergétique de l'Europe obstruée par la crise [EurActiv]

Etats membres

La presse européenne, entre "vote de colère", "gifle" à Sarkozy... [Nouvel Obs]

Euro, économie

En Europe, les déficits se réduisent mais la dette se creuse [EurActiv]

Relations extérieures

Syrie: les sanctions de l'UE visent le couple Assad [AFP]

Santé publique

En Hongrie, les diabétiques seront punis pour leurs écarts de régime [Le Monde]

Société

La vague populiste met la politique européenne sous pression [La Tribune]

 

La Présidentielle vue de l'Europe


Presse anglophone
Nicolas Sarkozy issues direct appeal to National Front voters [The Telegraph]

 
Presse germanophone
Wahl in Frankreich Merkel nach gutem Ergebnis für Le Pen "beunruhigt" [Die Welt]

Presse espagnole
 "Sarkozy ha perdido el centro sin ganar mucho a su derecha" [El Pais]


Presse italienne
Francia, Hollande-Sarkozy è la battaglia d'Europa [L'Unità]