Derniers articles publiés

L'Europe et vous : numéro d'urgence, frais d'itinérance et environnement

Actualité 30.06.2011

Chaque semaine, Touteleurope.eu fait le point sur ce que l'Union européenne fait pour vous, pour vos droits, votre santé, votre vie quotidienne. Les vacances approchent... Gros plan cette semaine sur les frais d'itinérance pour les utilisateurs de téléphone portable, le numéro d'appel européen en cas d'urgence et une consultation européenne sur l'environnement.

Une urgence ? Appelez le 112 !

Si vous partez en vacances dans un pays de l'Union européenne, retenez ce numéro gratuit : 112. Un accident, un malaise, une urgence… 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, où que vous vous trouviez en Europe, et quel que soit votre moyen d'appel (téléphone portable ou fixe, cabine téléphonique), vous pouvez composer le 112 pour appeler les secours.

Ce numéro encore trop peu connu des citoyens européens sera l'occasion de discussions au Parlement européen le 4 juillet 2011. Les députés devraient débattre d'un rapport d'initiative sur le service universel et le numéro d'urgence 112, rédigé par la députée grecque Sylvana Rapti (Socialistes et démocrates).

Le texte évalue l'état des lieux actuel, notamment le financement, la gestion des appels (temps de réponse, appels en langue étrangère, localisation de l'appelant, etc), et la qualité de l'accès au service pour les personnes vulnérables ou handicapés.

Stratégie numérique : la fin des factures excessives ?

La semaine du 4 juillet, la Commission européenne présentera une nouvelle proposition sur l’itinérance au bénéfice des utilisateurs de téléphone portable en Europe.

Actuellement, les tarifs des services vocaux en itinérance restent plus de trois fois supérieurs à ceux des services nationaux. Pour les services de données en itinérance, le consommateur européen peut dépenser jusqu'à 2,60 euros par méga-octet téléchargé à l’étranger, alors qu'il paie souvent moins de 5 centimes pour le téléchargement du même volume à domicile.

Si les tarifs de gros des services de données en itinérance ont sensiblement baissé, les consommateurs ne peuvent dresser le même constat pour les prix de détail.

Les propositions de la Commission européenne qui seront débattues ont pour objectif la réduction durablement des frais d'itinérance à l’expiration du règlement actuel en la matière, fin juin 2012. Les nouvelles règles qui seront proposées devraient entrer en vigueur le 1er juillet 2012.

En mai 2010, la Commission européenne a adopté une stratégie numérique pour l’Europe dans laquelle elle définit  les différences entre les tarifs en itinérance et les tarifs nationaux dans le domaine des télécommunications qui devaient être voisines de zéro au plus tard en 2015.

Rendre les informations sur l'environnement accessibles rapidement et facilement.

Faciliter l’accès à l’information géographique en Europe pour mieux protéger l’environnement, c’est l’objectif de la consultation publique INSPIRE (Infrastructure d'information spatiale en Europe) lancée cette semaine par la Commission européenne.

Jusqu'au 21 octobre 2011, les citoyens européens sont appelés à donner leur avis sur les normes qui harmoniseront l’approche au niveau de l’UE des données sur les zones naturelles à risques, les conditions atmosphériques, les régions maritimes, les habitats et les biotopes, la répartition des espèces et les ressources énergétiques et minérales.

Des centaines d’experts de toute l’Europe ont collaboré pendant plusieurs années pour convenir de définitions communes dans des domaines d'action importants, tels que l’énergie, le changement climatique, la biodiversité, le milieu marin et la santé humaine.

Une fois adoptées, les normes permettront l’intégration transfrontalière et l'analyse des données environnementales, la modélisation ainsi que des activités de prévision dans de nombreux domaines politiques.

Le lancement de cette consultation coïncide avec la conférence INSPIRE, qui se tiendra à Edimbourg, en Écosse, du 27 juin au 1er juillet 2011. Cet évènement, qui rassemble 700 représentants des gouvernements et du secteur privé, doit permettre d'examiner de quelle façon INSPIRE peut contribuer aux objectifs stratégiques d'"Europe 2020".