Derniers articles publiés

François Missionnier : "La musique en Europe ne demande qu'à voyager et mérite de voyager"

Actualité 15.05.2007

François Missionnier est l'organisateur du festival de musiques actuelles EuropaVox, qui se déroule du 25 mai au 2 juin 2007 dans dix villes d'Auvergne. Il répond aux questions de Touteleurope.fr.

 

Comment vous est venue l'idée de créer EuropaVox ?

L'idée de créer EuropaVox date de 2002. Je me souviens d'avoir lu un énième article sur les institutions européennes qui essayait d'intéresser les lecteurs sur l'Europe. Je me suis rendu compte que ce n'était vraiment pas comme cela que le grand public, et particulièrement les jeunes, s'investissait, croyait et s'intéressait à l'Europe. J'ai donc eu envie de parler d'Europe autrement et j'ai pensé que traiter le slogan européen "unis dans la diversité" sur la thématique de la musique pouvait en être le moyen.


Par la musique, peut-on renforcer le sentiment de citoyenneté européenne ?
 
Complètement ! Le sentiment de citoyenneté européenne peut être renforcé par la culture parce qu'il y a une vraie culture européenne. Il y a une richesse de l'offre musicale en Europe. Par exemple, on pratique le hip hop partout en Europe mais cette musique prend forme différemment selon les pays. C'est également le cas en pop, en rock et en électro. Les artistes font tous la même musique mais elle est à chaque fois différente. La jeunesse écoute la même musique, mais la musique est pourtant différente. Il fallait donc présenter cette diversité là dans le cadre d'un festival.


Ce festival européen a-t-il vocation à présenter la dimension culturelle de l'Europe ?

Présenter la dimension culturelle de l'Europe est démesurément ambitieux et il faut rester modeste. Le pari est de présenter dans le cadre de soirées thématiques, une cinquantaine de concerts représentant au total 27 nationalités différentes, et ainsi proposer un panorama de ce qu'est la diversité musicale en Europe.


Qui sont les "Ambassadeurs" ? Quelle est leur mission ?

Les "Ambassadeurs" sont des jeunes de 18 à 25 ans, qui sont passionnés de musique et qui viennent de chacun des 27 pays (un garçon et une fille par pays) : deux Chypriotes, deux Portugais… Ces jeunes qui ont gagné des concours organisés par la presse quotidienne de leur pays, partenaire du festival, sont invités à venir vivre le festival ensemble. Le 30 mai 2007, ces jeunes se retrouveront gare de Lyon à Paris. Ils feront connaissance dans le train qui les mènera à Clermont Ferrand pour l'ouverture du festival. Ils seront logés ensemble, suivront les concerts ensemble et apprendront ainsi à se connaître.

Ces jeunes sont à la fois les ambassadeurs de leur pays sur le festival EuropaVox et les ambassadeurs du festival EuropaVox quand ils sont de retour dans leur pays.


En dehors des artistes, qui participe au festival ?

L'année dernière, nous avons créé des rencontres professionnelles dans le cadre d'un "village pro". Selon le constat que nous avons dressé, les professionnels des métiers de la musique intermédiaires (maisons de disque, représentant d'artistes) ont souvent des difficultés à présenter leur projet à leurs homologues d'autres pays, alors même qu'ils partagent souvent la même vision des affaires artistiques. Ces rencontres, dont l'idée était de créer un moyen pour ces professionnels de se croiser, ont bien fonctionné. Les artistes ont pu rencontrer des distributeurs d'autres pays. Car de la même manière que nous invitons les ambassadeurs, nous invitons des représentants de chacun des pays. Il en résulte un bouillon de culture issus des 27 nationalités, très sympas.


Qui sont les artistes ? Comment les choisissez-vous?

Une cinquantaine de groupes participent au festival EuropaVox et nous avons reçu des centaines de propositions. Nous ne voulions pas tomber dans l'écueil de programmer le meilleur groupe rock de la République tchèque ou le meilleur groupe de rap de l'Italie. Ce qui nous intéresse, c'est de savoir ce que les Européens écoutent dans leur pays. Nous avons donc des correspondants. Il s'agit d'un réseau mis en place l'an dernier qui nous envoie tout au long de l'année des propositions artistiques qui alimentent notre web radio (nouveautés musicales de partout en Europe) et dans lesquels nous sélectionnons la programmation du festival.


Y-a-t-il un pays qui se distingue des autres en terme de production musicale ?

Cela dépend des goûts. En matière de pop/folk, je dirais que les pays scandinaves et notamment la Suède réalisent des productions musicales très intéressantes, belles et assez variées. J'aime beaucoup la richesse musicale de la République tchèque dans tous les styles musicaux et je trouve la scène tchèque super intéressante. Chez les Allemands aussi il y a toujours des choses absolument magnifiques. L'an dernier, nous avons fait un focus sur le Portugal.


En guise de conclusion pouvez vous nous dresser un état des lieux de la musique en Europe ?

La musique en Europe ne demande qu'à voyager et mérite de voyager. Il faut en avoir conscience et faire le nécessaire.

 

Propos recueillis le 15/05/07