Derniers articles publiés

Conférence euro-africaine sur l'immigration

Actualité 10.07.2006

Cinquante-sept pays d'Europe et d'Afrique se sont réunis à Rabat les 10 et 11 juillet 2006 pour assister à la première conférence ministérielle euro-africaine sur les migrations et le développement. Il s’agit de la première démarche qui associe les pays d’origine, de transit et de destination des flux migratoires autour des routes migratoires qui relient l’Afrique et l’Europe.

La conférence de Rabat a réuni les vingt-cinq pays membres de l’UE, ainsi que l’Islande, la Bulgarie, la Roumanie, la Norvège et la Suisse, vingt-huit Etats africains, les représentants de la Commission européenne et des organisations internationales (Union Africaine) et régionales (CEDEAO, CEMAC) concernées.

Cette réunion, proposée initialement par l'Espagne et le Maroc avec le soutien de la France, vise à construire entre partenaires africains et européens des solutions durables à la question des migrations. Cette initiative constitue la première étape d’un processus visant l’organisation d’initiatives complémentaires ciblant d’autres routes migratoires en Afrique et en Europe. 


Pour la première fois sont prises en compte, à la fois, les politiques de développement et de co-développement, l’organisation des migrations légales et la lutte contre l’immigration irrégulière. Enfin, il s'agit d'une étape importante dans la préparation du Dialogue de Haut Niveau qui aura lieu à New York en septembre prochain.

Le ministre des Affaires étrangères, M. Philippe Douste-Blazy, a co-présidé avec ses homologues marocain, espagnol, finlandais et sénégalais cette conférence dont le principal objectif est de mettre en oeuvre des mesures de régulation et de gestion des flux migratoires. Il s'agit d'une "rencontre historique", a déclaré le chef du Quai d'Orsay à l'issue de la première journée.

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et de l'aménagement du territoire, Nicolas Sarkozy, a conduit la délégation française. Catherine Colonna, ministre déléguée aux Affaires européennes et Brigitte Girardin, ministre déléguée à la Coopération, au développement et à la francophonie ont participé aux travaux tout au long de la conférence.

"Des mesures concrètes sont nécessaires rapidement, en vue d'alléger la situation pressante aussi bien dans les pays d'origine que dans les pays de transit" a expliqué lors de l'ouverture de la conférence, Erkki Tuomioja , le ministre finlandais des Affaires étrangères, dont le pays assure la présidence de l'UE. "Il est important de mener des actions rapides et tangibles afin de répondre à l’urgence de la situation et de donner visibilité et crédibilité à la nouvelle dynamique née de la tenue de la Conférence", a indiqué le ministre.

Erkki Tuomioja a également souligné que "pour être efficaces, ces mesures doivent s’appuyer sur l’appropriation, l’adhésion et le partenariat forgé entre les pays et les partenaires réunis lors de la Conférence". "Par son approche horizontale et opérationnelle, et sa dimension de partenariat, le dialogue sur l’Article 13 de l’Accord de Cotonou constitue une référence indispensable", a-t-il précisé.

Dans un message adressé aux pays participants, le Président de la République a appelé Européens et Africains à relever le défi de l'immigration dans "un esprit de partenariat et de responsabilité partagée". Rappelant que "l'émigration [était] au cœur des relations entre l'Europe et l'Afrique", Jacques Chirac a souligné qu'il s'agissait d'une "question politique et de sécurité, dont chacun mesure les lourds enjeux". "A chacun, Européens et Africains, de prendre sa part de l'effort pour maîtriser aujourd'hui le phénomène et remédier à ses causes profondes", a-t-il ajouté.

La France présente ses propositions parmi lesquelles figurent :

- la mise en place d’un observatoire euro-africain des migrations ;
- le lancement de nouveaux projets de codéveloppement entre l’Europe et l’Afrique en mobilisant les diasporas installées eu Europe et en utilisant notamment les financements communautaires existants ;
- la définition d'une stratégie en matière de réadmission qui consiste à organiser le retour des personnes n’ayant pas ou plus le droit de séjourner dans un État ;
- l’accroissement de la mobilité des compétences entre l’Europe et l’Afrique grâce à des mesures concrètes, ciblées notamment sur les étudiants, les jeunes professionnels, les médecins, les chercheurs et tous ceux qui concourent au développement et au dynamisme des pays d’origine et d’accueil.

Rappelant que pour l'UE, l'Union africaine est "un partenaire de première importance", le commissaire européen en charge de la Justice, de la liberté et   de la sécurité, Franco Frattini, a indiqué mardi 11 juillet que "la Commission étudiera les recommandations de cette Conférence en essayant d'identifier en priorité des mesures opérationnelles susceptibles d'être mises en œuvre le plus rapidement possible et pour lesquelles existe une valeur ajoutée communautaire".

A partir des propositions des Etats participants, un nouveau plan d'action a été adopté à l'issue de la conférence euro-africaine. "Nous avons un plan et les moyens existent pour le mettre en oeuvre", s'est réjouie la ministre française des Affaires européenne Catherine Colonna. "Nous quittons Rabat avec une approche commune et ça c'est bon en soi car ces problèmes sont complexes".

Le document adopté prévoit une meilleure coordination entre pays d'émigration, de transit et d'accueil dans la surveillance des frontières et des routes maritimes ainsi que la création d'un observatoire euro-africain des migrations.


Sources

Déclaration du commissaire européen en chargé de la Justice, la liberté et la  sécurité, 11/07/06, Europa
Message du Président de la République, adressé aux ministres participant à la Conférence euro-africaine sur la migration et le développement à Rabat (Maroc), 10/07/06, Présidence de la République
Déclaration du ministre finlandais des Affaires étrangères, 10/07/06, Présidence finlandaise 
La conférence sur le site du ministère des Affaires étrangères
 Intégralité du plan d’action adopté le 11 juillet à Rabat (5 pages) (PDF, 23.5 ko), Ministère des Affaires étrangères
 Déclaration finale de la conférence de Rabat (PDF, 14.3 ko), Ministère des Affaires étrangères
Vers une politique communautaire en matière d'immigration, Europa