Derniers articles publiés

Christine Lagarde place la crise financière au coeur du premier Conseil ECOFIN

Actualité 08.07.2008

Le 8 juillet s'est déroulé, à Bruxelles, le Conseil ECOFIN (conseil des ministres des finances européens), présidé par Christine Lagarde, ministre de l’Economie, de l’industrie et de l’emploi. C’est le premier conseil tenu sous la Présidence française de l’Union européenne sur cette thématique. Un an après le début de la crise financière en Europe, l’objectif de la ministre est de développer des moyens de contrôle toujours plus performants.

Les priorités présentées au Conseil ECOFIN

Le Conseil ECOFIN couvre de nombreux domaines gérés par l'Union européenne, tels que la politique économique, la surveillance économique, le contrôle de la politique budgétaire et des finances publiques des États membres, ou encore l'euro.

En ce tout début de Présidence française, le Conseil ECOFIN a permis à la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, de présenter son programme de travail. Christine Lagarde a insisté sur la responsabilité du Conseil ECOFIN dans un contexte aussi lourd que celui de la crise financière qui a eu des répercussions sur l'Europe.

Le programme de la Présidence française s'organise autour de quatre axes de travail pour le Conseil ECOFIN :

  • identifier les réponses à apporter aux chocs économiques affectant l'Union, comme la hausse des prix du pétrole ;
  • renforcer la stabilité du système financier européen en harmonisant le système de supervision et en adaptant sa structure au développement des groupes européens transfrontières ;
  • poursuivre les travaux engagés sur le fonctionnement de la zone euro sur la base de la communication de la Commission EMU@10, publiée à l'occasion des 10 ans de la zone euro ;
  • faire progresser les travaux sur l'architecture des taux de TVA, renforcer les dispositifs de lutte contre la fraude et l'évasion fiscales et engager les débats sur le rôle de la fiscalité dans la protection de l'environnement.

Le contrôle avant tout

L’objectif de Christine Lagarde est clair : il est impératif de mettre en place des systèmes de contrôle financier des agences de notation. Leur absence a largement contribué au développement de la crise en Europe. Les agences de notation représentent la "bête noire" de l'Union européenne, car elles auraient contribué à la crise en évaluant mal les risques des produits financiers. Afin qu'elles soient mieux contrôlées, la ministre prône une obligation d’enregistrement auprès d’un organisme européen.  

La présidence du Conseil ECOFIN permet également à la France de mettre en lumière le manque de contrôle de l’International Accounting Standards Boards (IASB). Les règles mises en place par cet institut auraient alimenté la crise. Il s’agit donc d’obliger l’IASB à rendre des comptes à l’UE.

Plus largement, les ministres présents ont constaté que l’autorégulation n’était pas suffisante. Les marchés financiers ont entraîné une crise qu’ils sont incapables aujourd’hui de régler sans l’aide des autorités et sans des contrôles plus importants. Les dérives se sont rapidement multipliées sous la pression des marchés financiers.

La Slovaquie, bientôt 16e Etat membre de la zone euro

Le Conseil ECOFIN a également adopté les actes juridiques nécessaires à l'adoption de l'euro par la Slovaquie le 1er janvier 2009. Les ministres européens se félicitent de l'entrée de la Slovaquie dans la zone euro, qui récompense les efforts importants entrepris par ce pays ces dernières années pour réformer son économie.


En savoir plus

Premiers résultats du Conseil ECOFIN - Communiqué de presse - 08/07/08 - Présidence française de l'UE