Derniers articles publiés

Nouvelle Commission européenne : le style Juncker fait son effet

Revue de presse 04.11.2014

L'équipe Juncker est officiellement entrée en fonction le 1er novembre dernier, mais c'est hier que les membres du collège ont fait leur rentrée. La presse fait le point sur les défis qui attendent la nouvelle Commission, présidée pendant 10 ans par José Manuel Barroso.

Photo de classe de la nouvelle Commission

"La nouvelle Commission européenne a cette fois le pied à l'étrier", annonce Euronews, qui ajoute qu'elle "promet de mettre les bouchées doubles sur la croissance et l'emploi". Pour Le Monde, la Commission "n'a pas de temps à perdre. Les sujets brûlants s'accumulent. Ils sont surtout d'ordre économique". Le site énumère les défis auxquels elle doit se confronter : la sortie de la Grèce du plan d'aide, la contribution britannique et la publication des avis sur les budgets des pays membres. Le problème de la rallonge britannique au budget de l'UE est encore brûlant, "en octobre, le Premier ministre David Cameron avait refusé une demande de l'UE de payer au 1er décembre une somme supplémentaire de 2,1 milliards d'euros au budget européen pour 2014, à la suite d'une révision des PIB effectués par les Etats membres eux-mêmes", rappellent Les Échos.

Challenges ne manque pas de compliments à l'égard du nouveau président de la Commission, qui "tranche par sa simplicité, sa politesse et sa gentillesse" et " se montre charmant et cultivé". Le site de l'hebdomadaire s'inquiète tout de même de la réorganisation de la Commission avec des vice-présidents chargés de chapeauter les autres commissaires : "l'idée est super innovante si elle marche, mais elle peut aussi mener à un blocage complet !"

Nicolas Beytout de l'Opinion, est plus retenu et regrette que Jean-Claude Juncker soit un "homme de compromis, spécialiste des combinaisons arrachées au bout de la nuit bruxelloise, le nouveau patron des Vingt-huit symbolise en effet tout ce que l'Europe est capable de produire comme petits arrangements entre pays".

Le style de Federica Mogherini, Haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, tranche avec celui de la commissaire sortante Catherine Ashton. L'Italienne a organisé une conférence de presse avec six quotidiens nationaux dont Le Monde, à qui elle a parlé de son programme : faire en sorte que le "canal de dialogue soit préservé" entre la Russie et l'Ukraine et même "le règlement de la crise ukrainienne", "veiller à tout ce qui se déroule à nos portes", favoriser le fait que "l'État palestinien exist[e]" à la fin de son mandat, lutter contre Daesh ou encore coordonner les politiques migratoires.

Pour Le Monde, à chaque rentrée, certains traînent des pieds, comme le nouveau commissaire français : "jusqu'au dernier moment, M. Moscovici a continué à courir les studios hexagonaux de télévision et de radio (...) comme s'il était encore en campagne ou qu'il avait du mal à dire au revoir à la France".

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE

Pays de l'UE