Derniers articles publiés

Hollande mise sur le couple franco-allemand pour relancer l'Europe

Revue de presse 15.01.2014

Lors de sa conférence de presse hier, François Hollande a abordé nombre de sujets dont celui de l'Europe. Il a insisté sur sa vision franco-allemande de la relance de l'Europe : "Cette dynamique franco-allemande nous permettra (…) de relancer l'idée européenne au lendemain des élections au Parlement européen". Retour sur ce que la presse en ligne rapporte sur le sujet.

Hollande (c) Présidence de la République

Dans la feuille de route du chef d'Etat français, plusieurs sujets sont concernés par une coopération accrue avec l'Allemagne pour relancer l'Europe. C'est en effet sur des questions économiques et sociales, de défense et de transition énergétique que le président souhaite voir des initiatives franco-allemandes. Si le thème de la défense n'a été qu'une "partie minime de son discours", comme l'indique Le Figaro, François Hollande a mis l'accent sur la convergence économique et sociale, évoquant une harmonisation des règles fiscales entre les deux pays. Il a également insisté sur la transition énergétique : "C'est un grand enjeu pour l'Europe mais nous devons, France et Allemagne, montrer l'exemple", cite Le Monde.

Face à ces annonces, nul n'a pu s'empêcher de faire le rapprochement avec la politique européenne menée par son prédécesseur. "Hollande l'européen dans les pas de Nicolas Sarkozy", titre ainsi La Tribune. En effet, "convergence économique et monétaire" franco-allemande et gouvernement de la zone euro ont été les mots d'ordre de l'ex-chef d'Etat lors de son mandat. Le quotidien rappelle l'origine même de l'expression, utilisée pour la première fois le 1er décembre 2011 lors du discours de Toulon de M. Sarkozy.

Les réactions à ces annonces d'envergure européenne sont mitigées [Libération]. Si Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a salué le réengagement du président sur l'Europe, d'autres ne sont pas pour autant rassurés, comme Nicolas Dupont-Aignan du parti Debout la République qui parle de "politique de soumission à Bruxelles" [Libération]. La Tribune indique même que "rien n'est réellement sorti de ces déclarations de bonne volonté", déconstruisant les promesses énoncées hier.

Se posant en défenseur du projet européen face à l'euroscepticisme grandissant, notamment chez nos voisins outre-Manche, François Hollande a adressé un message clair. "Je ne laisserai pas faire au cours des prochains mois ceux qui veulent en terminer avec l'idée européenne, pas seulement en France, il y a en a d'autres, parfois même au gouvernement" le reprend Le NouvelObs. Cette préoccupation face à la future issue des élections européennes est aussi reprise par La Tribune, qui fait part de l'agacement du président face aux "égoïsmes" qui existent entre les Etats membres lors des réunions au Conseil européen.

Cette attitude combative du président sur le thème de l'Europe est toutefois à souligner, comme en témoigne Stéphane Bunard, spécialiste de la communication non verbale, dans une interview donnée au Figaro.

Les autres sujets du jour

Ils font l'Europe