Derniers articles publiés

Activité "inquiétante" de l'aviation russe en Europe : l'OTAN en alerte

Revue de presse 30.10.2014

L'Otan a annoncé qu'elle était en alerte après une "intense activité de l'aviation russe dans le ciel européen". Un survol qui intervient dans un contexte de plus en plus tendu entre l'Union européenne et la Russie, en raison des conflits en Ukraine.

Avions militaires

L'organisation militaire n'est pas une habituée de la communication en direct. C'est pourtant par un tweet qu'elle annonce la nouvelle : "l'OTAN piste une activité aérienne de grande échelle de la Russie en Europe". Pas de chiffre exact pour l'instant, mais le communiqué de l'OTAN affirme que plus de 23 avions militaires russes se sont approchés des zones aériennes de ses États membres en deux jours, ne se sont pas fait connaître des contrôleurs aériens et n'ont pas communiqué de plan de vol. 

Reprenant le communiqué de l'AFP, 20 minutes explique que "des appareils des pays de l'alliance ont décollé en quatre endroits différents pour des missions d'interception contre quatre groupes d'avions militaires russes 'en manoeuvre' dans les espaces de la mer Baltique, de la mer du Nord et de la Mer Noire, a précisé l'Otan dans un communiqué". Le site ajoute qu'"il y a déjà eu plus de 100 interceptions d'appareils militaires russes en 2014, soit trois fois plus que l'an dernier". 

Cette situation inquiète les pays frontaliers de la Russie dont la Pologne qui "craint d'être la prochaine cible du Kremlin" et qui "a même demandé à l'OTAN une présence militaire permanente sur son sol", rapporte Euronews.

Pour El Pais, "la Russie exhibe ses muscles militaires à ses voisins de l'OTAN". Le quotidien espagnol ajoute que "les mouvements enregistrés les 28 et 29 octobre coïncident avec une détérioration des relations diplomatiques entre la Russie et l'Union européenne".  

Une mésentente qui se traduit également par le fait que "les négociations engagées depuis mercredi à Bruxelles entre l'Ukraine et la Russie pour tenter de régler leur contentieux gazier n'ont pas permis de trouver un accord", rapporte Le Figaro.

La tension avec la Russie est palpable dans le dossier des deux Mistral que la France comptait lui vendre. "Ce dossier a pris une tournure politique avec la crise en Ukraine" explique Le Monde, qui ajoute que "la France a été montrée du doigt, en particulier par les États-Unis, pour avoir passé un contrat militaire avec Moscou alors que les Occidentaux accusent le Kremlin et Vladimir Poutine de jouer un rôle actif dans la crise en Ukraine". 

Slate opère un jugement sévère à l'encontre de la Russie et affirme que "l'imprévisibilité russe n'est pas qu'une arme tactique dans sa 'guerre non linéaire' contre l'Ukraine, c'est aussi la manifestation d'une faiblesse profonde qui taraude le pays depuis 1991".

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE