Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Les Européens espèrent convaincre l’Inde de sortir de sa neutralité face à la Russie

Le Premier ministre indien Narendra Modi a débuté une tournée en Europe par une rencontre avec le chancelier allemand Olaf Scholz à Berlin, lundi 2 mai. L’occasion pour les dirigeants européens de renforcer leur coopération avec l’Inde, et de l’inciter à rejoindre le front anti-Poutine.

"Ma visite en Allemagne a été très productive. Les discussions avec le chancelier Scholz ont été approfondies", déclaré le Premier ministre indien, lundi 2 mai - Crédits : Twitter @narendramodi
Ma visite en Allemagne a été très productive. Les discussions avec le chancelier Scholz ont été approfondies”, a déclaré le Premier ministre indien, lundi 2 mai - Crédits : Twitter @narendramodi

Les Européens ont trois jours pour convaincre le Premier ministre indien de l’attrait d’un renforcement de ses liens avec l’UE au détriment de Moscou”, annoncent Les Echos. Narendra Modi a en effet “entamé en Allemagne une tournée européenne qui doit le conduire également au Danemark et en France”, relate Euronews. Lors de cette visite, le Premier ministre indien “a insisté à Berlin sur l’importance du ‘dialogue’ pour mettre fin à la guerre en Ukraine” [France 24]. Mais le dirigeant s’est gardé “de condamner la Russie pour l’invasion de son voisin” ukrainien, poursuit la chaîne d’information en continu.

Comme le titre le journal La Libre, cette consultation intergouvernementale a été l’occasion pour “Berlin [de] tente[r] de rallier l’Inde au camp anti-Poutine”. Puisque “la Chine maintient ses liens avec la Russie”, l’Europe se tourne notamment vers l’Inde afin d’élargir le camp des “alliés” [Politico].

Renforcer la coopération avec l’Inde

Avant de débuter son déplacement en Europe, “Narendra Modi avait indiqué que son voyage visait à ‘renforcer l’esprit de coopération’ avec les partenaires européens” qui sont, selon lui, “des compagnons importants dans la quête de l’Inde pour la paix et la prospérité”, cite France 24. Après sa journée à Berlin, le média précise que “le Premier ministre indien doit […] se rendre à Copenhague pour un sommet Inde-Pays nordiques avec les Premiers ministres du Danemark, de l’Islande, la Finlande, la Suède et la Norvège les 3 et 4 mai”.

Sa visite se prolongera aussi en France, le 4 mai, où “il s’entretiendra avec le président Emmanuel Macron afin de faire le point sur des questions régionales et mondiales ainsi que sur la coopération bilatérale”, détaille France 24.

Le 2 mai, “le chancelier Olaf Scholz et le Premier ministre Narendra Modi ont signé une série d’accords portant notamment sur une plus forte coopération en matière de lutte contre le changement climatique” [La Libre]. Le quotidien belge rapporte que “les deux pays, l’un moteur économique de l’Europe, l’autre deuxième population d’Asie avec 1,4 milliard d’habitants, souhaitent multiplier les projets en matière d’énergies renouvelables et d’hydrogène vert et ont signé un accord migratoire et de mobilité”.

Lors de cet échange berlinois, Narendra Modi a par ailleurs “obtenu d’Olaf Scholz une aide de 10 milliards pour accompagner la croissance verte de son pays jusqu’en 2030″ [Les Echos]. “Premier partenaire commercial de New Delhi en Europe et sixième mondial”, l’Allemagne mise sur “le levier du climat pour attirer le pays dans le giron occidental”, explique le journal économique. “Outre l’enveloppe de 10 milliards d’euros”, l’Inde a notamment “signé avec Berlin un accord qui doit réduire à moyen terme la dépendance indienne aux énergies fossiles russes”, indiquent Les Echos.

Avec cette série de rencontres, les Européens espèrent par la même occasion “pouvoir infléchir le positionnement ambigu de l’Inde vis-à-vis de la Russie dans le conflit en Ukraine”, souligne Le Grand Continent. Le chef du gouvernement allemand en a “appel[é] à la conscience de l’Inde” en lui demandant de “cesser d’acheter du pétrole bon marché à la Russie, ce qui sape ainsi les efforts d’embargo énergétique de l’UE contre Moscou”, fait savoir Politico.

La “position ambiguë” de l’Inde

New Delhi se trouve “dans une position d’équilibriste”, résume Euronews, puisque les Indiens sont “tiraillé[s] entre deux positions diplomatiques opposées : [leurs] partenaires occidentaux, d’un côté, la Russie de l’autre”. D’autant plus que l’Inde “troisième plus grand consommateur de pétrole au monde, s’est par exemple pressée de se fournir en pétrole russe à des prix plus avantageux”, ajoute La Libre.

L’agence de presse Reuters estime que les Indiens ont déjà acheté au moins 40 millions de barils à Moscou depuis le début de la guerre en Ukraine, soit plus du double de ce qu’[ils ont] acheté sur l’ensemble de l’année 2021″, ce qui continue de placer l’Inde dans “une position ambiguë” [La Libre]. Dans ce contexte, alors que le pays “a traditionnellement entretenu des liens étroits avec la Russie, car [il] craint l’influence croissante de la Chine voisine”, les Européens veulent “convaincre Modi qu’il ferait mieux de s’aligner sur l’Occident, étant donné que Moscou et Pékin ont récemment fait preuve d’un certain rapprochement”, énonce Politico.

Dès le début de la crise en Ukraine, nous avons immédiatement appelé à un cessez-le-feu et souligné le fait que le dialogue était le seul moyen de résoudre le conflit”, a de son côté assuré Narendra Modi, lors d’une conférence de presse avec Olaf Scholz [France 24]. Toutefois, “coincée entre ses liens militaires croissants avec les Etats-Unis et la montée en puissance de la Chine, et ses relations historiques avec la Russie”, l’Inde se trouve toujours “sur la corde raide en ce qui concerne la guerre en Ukraine”, considère The Japan Times, quotidien japonais anglophone. Mais la position indienne n’est pas gravée dans le marbre. Toujours dans l’optique “de recruter un nouveau membre dans le camp des alliés”, Olaf Scholz a invité Narendra Modi “à la prochaine réunion des pays du G7 qui se tiendra en juin en Allemagne” [La Libre].

Les autres sujets du jour

Avenir de l’Europe

Guerre en Ukraine

Grèce

Italie

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Les Européens espèrent convaincre l'Inde de sortir de sa neutralité face à la Russie

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide