Derniers articles publiés

Relations UE-OTAN : une nouvelle déclaration pour renforcer la coopération

Actualité 13.07.2018 Mégane Aellen, Mortaza Behboudi et Kadiatou Sakho (envoyés spéciaux à Bruxelles)

Le 10 juillet, à la veille du sommet de l’OTAN, le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg a rencontré le président du Conseil européen Donald Tusk et le président de la Commission européenne Jean­-Claude Juncker à Bruxelles. Les trois hommes ont signé une nouvelle déclaration conjointe sur la coopération entre l’Union Européenne et l’OTAN.

De gauche à droite : Donald Tusk, Jens Stoltenberg et Jean-Claude Juncker, signant la déclaration entre l'UE et l'OTAN, le 10 juillet

De gauche à droite : Donald Tusk, Jens Stoltenberg et Jean-Claude Juncker, signant la déclaration entre l'UE et l'OTAN, le 10 juillet - Crédits : Mortaza Behboudi

Cette déclaration fait suite à un accord initial conclu à Varsovie en 2016 et prévoit un renforcement de la coopération entre les deux institutions dans les domaines de la mobilité militaire, de la lutte contre le terrorisme ou encore de la résilience aux risques chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Sans oublier la promotion des programmes pour la paix, la sécurité et l’accès aux femmes aux postes clés liés à la défense.

Ces dernières années, l'OTAN et l'UE ont renforcé leur coopération, que ce soit dans le domaine de la sécurité maritime, dans les réponses à apporter aux menaces hybrides ou encore dans la lutte contre le terrorisme. Les deux organisations échangent à présent des informations en temps réel sur les cyberattaques, prennent part à des exercices communs et collaborent pour répondre à la crise des réfugiés et des migrants.

Une coopération saluée par les deux parties

"Dans un environnement de sécurité complexe et incertain, nous devons travailler ensemble pour assurer la sécurité de nos nations et de nos citoyens. Et c'est exactement ce que nous faisons", a déclaré Jens Stoltenberg.

Pour sa part, Jean-Claude Juncker a tenu à "saluer" la déclaration, "qui constitue un jalon important dans notre partenariat, qui s'appuie sur ce que nous avons déjà accompli ensemble au cours des deux dernières années et qui renforce nos engagements les uns envers les autres".

"C'est pourquoi, dans le cadre de nos nouvelles propositions budgétaires, la Commission a proposé d'augmenter les dépenses de défense de 22%, ce qui représente un montant total de 27,5 milliards d'euros sur la période 2021-2027", a-t-il précisé. Avant d’ajouter que "nous devons assurer la participation la plus large possible des Alliés non-membres de l'UE à notre coopération et éviter de créer de nouveaux obstacles".

Des objectifs communs : stabiliser et pacifier  

Ce rapprochement entre l’UE et l’OTAN doit permettre de faciliter les opérations internationales de maintien de paix, en particulier en Afghanistan et en Irak. La mission de l’Alliance en Afghanistan consiste à cet égard à "renforcer les capacités des forces de sécurité afghanes pour que ces dernières puissent créer les conditions d’une solution pacifique" a expliqué le secrétaire général de l’OTAN.

Le retrait du commandement de la Force internationale d’assistance à la sécurité en Afghanistan (FIAS) en décembre 2014 n’a pas sonné la fin de l’action de l’Alliance dans le pays. En effet, l’OTAN est toujours présente dans ce pays non pas pour y mener des opérations de combat, mais pour aider les forces afghanes à lutter contre les talibans. La situation en Afghanistan reflète ce qui est stipulé dans la déclaration conjointe UE-OTAN : "il est maintenant important de se concentrer sur la mise en œuvre".

OTAN : tensions autour des budgets de défense des Européens

 

Article dirigé par Toute l'Europe et réalisé avec Open Diplomacy