Derniers articles publiés

Pierre Lellouche : "Une page de l'histoire franco-allemande se tourne"

Actualité 03.11.2009

Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Pierre Lellouche a présenté la célébration organisée le 9 novembre à Paris pour fêter le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin. A cette occasion, le ministre a répondu aux questions de Touteleurope.fr sur l'avenir du couple franco-allemand.

 

 

 

Voir la vidéo (3'04)

 

 

 

Touteleurope.fr : Doit-on relancer le couple franco-allemand ?

 

Pierre Lellouche : Il n'y a aucune relance à avoir, ce couple il fonctionne, cette relation est excellente. Il faut sans doute l'approfondir, toujours la développer. Est-ce que ça reste central au devenir européen ? Absolument, et plus encore que par le passé.

 

Il y a eu trois phases dans notre histoire franco-allemande et européenne. Une phase de réconciliation indispensable entre les deux peuples : c'est le cas après la guerre, il y a eu des déchirements, des souffrances profondes. Cette réconciliation a été effectuée aussi bien par le bas (...) [que] par les grands hommes : De Gaulle, Adenauer, Kohl, Mitterrand, la fameuse photo de Verdun... Ensuite il y a eu la rupture du 9 novembre 1989, un moment très important, avec certaines ambiguïtés, au début en tout cas. Ces 20 années ont été des années de transition, où l'Europe s'est réunifiée.

 

On arrive à un moment maintenant où une page se tourne. On va avoir des nouvelles institutions, un nouveau système en place, célébrer le 20e anniversaire, et on passe à une phase autrement plus difficile : qu'est-ce que l'Europe au XXIe siècle ? Quelle est sa place par rapport aux grands pôles émergents, est-ce qu'on est capable ou pas de défendre nos intérêts sur le climat, sur le commerce...

 

Et c'est là que la dimension franco-allemande est absolument fondamentale. Et vous comprenez bien que ce n'est plus une histoire de réconciliation, mais de savoir si nos deux pays peuvent travailler ensemble à fabriquer cette impulsion dont l'Europe a besoin. Par exemple sur le climat (...) : s'il n'y a pas d'accord entre la France et l'Allemagne il ne se passe rien. De même sur le choix du Président de l'Europe. Cette dimension là est très importante. D'où l'idée du symbole : il faut que cette fête soit aussi symboliquement partagée. Ce n'est pas qu'une affaire de chefs d'Etats, c'est une affaire de peuples.

 

 

 

La manifestation organisée le 9 novembre par le gouvernement pour célébrer le 20e anniversaire de la chute du mur aura lieu Place de la Concorde à Paris, à partir de 19h00. 27 violoncellistes européens, juchés sur des stèles symbolisant des fragments du Mur, joueront des oeuvres de Fauré, Bach et Schnittke, pendant que des images d'archives seront projetées sur les façades.

Touteleurope.fr : la célébration du 9 novembre à Paris, fête franco-allemande ou fête de l'Europe ?

 

Pierre Lellouche : C'est un cadeau du peuple français au peuple allemand, pour dire que ce moment qui a changé le monde, ce moment de la liberté des Allemands, c'est la liberté de toute l'Europe qui a été déclenchée à ce moment-là. Cette fête de la liberté c'est aussi notre fête.

Ma conviction absolue est que l'Europe n'avancera maintenant que si la France et l'Allemagne sont ensemble, on l'a vu sur la crise financière, sur le climat ou d'autres sujets. Mais cette relation là se vit aussi au niveau du peuple, des émotions, et c'est pour cela que j'ai tenu dès ma nomination à travailler sur ce projet, on y travaille depuis la fin juin.

 

 

En savoir plus :

 

Célébration à Paris du 20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin - France Diplomatie