Derniers articles publiés

Les Européens et l'aide au développement

Actualité 24.07.2007

L'Union européenne "est le plus grand fournisseur d'aide au développement de la planète". En 2006, elle a fourni 57 % de l'aide mondiale totale. Elle a adhéré en 2000 aux objectifs du nouveau millénaire fixés par la communauté internationale, et elle a parallèlement renforcé son rôle dans ce domaine en adoptant une stratégie commune : le "consensus européen sur le développement".

Ce sondage appartient à une série d'Eurobaromètres portant sur l'aide au développement, mais le questionnaire a été modifié de façon substantielle depuis le dernier sondage réalisé en 2004 dans l'Europe des 25.

La politique européenne de développement méconnue

Les Européens ne sont pas au fait des initiatives internationales et européennes d'aide au développement. Seuls 18 % des répondants ont entendu parler des objectifs du millénaires pour le développement, et seuls 4 % qui savent ce dont il s'agit. Le consensus européen sur le développement bénéficie d'un peu plus de renom avec 25 % des européens qui en ont entendu parler, dont 6 % savent ce que c'est.

Les motivations des Européens

Les Européens paraissent assez cyniques sur les motivations qui poussent des pays riches à faire de l'aide au développement : les deux motivations les plus fréquemment invoquées sont des gains commerciaux et "contribuer à la stabilité globale" (chacune des réponses étant citée par 28 % des personnes interrogées).

On enregistre, sur cette question, de nettes divergences entre citoyens des différents Etats membres. "Pour aider les personnes qui sont dans le besoin" a été invoqué de façon spontanée par 11 % des Européens ; c'est la réponse la plus fréquente des Autrichiens (29 %). Les Français sont ceux qui invoquent le plus souvent la réponse "pour avoir bonne conscience" (19 %).

Soutien à une politique européenne d'aide au développement

Pourtant, les citoyens européens dans leur ensemble soutiennent nettement la politique européenne d'aide au développement. Seul 5 % des Européens pensent qu'elle n'apporte aucune valeur ajoutée  par rapport à l'aide dispensée par les gouvernements. Pour conduire la politique d'aide aux pays ACP,  la Commission est choisie comme l'acteur qui devrait avoir le plus d'influence pour gérer les priorités par 32 % des répondants, et le Parlement européen arrive en deuxième position (28 % de réponses).

S'assurer que l'aide au développement est partagée équitablement et de manière transparente entre tous les pays en voie de développement en fonction de leurs besoins" est la priorité que les Européens assignent à l'Union européenne.

Parmi les objectifs du millénaire, "réduire l'extrême pauvreté et la faim" est de loin la réponse la plus souvent citée par les Européens (66 %). Par ailleurs, l'Afrique subsaharienne apparaît nettement comme la région où les Européens pensent que le besoin d'une aide européenne est le plus fort (64 % des répondants la cite en priorité).

Eurobaromètre spécial 280 vague 67.1

Ce sondage a été réalisé entre le 14 février et le 18 mars 2007, à la demande de la Commission DG pour le développement, par TNS Opinion & Social. Les entretiens ont été effectués en face à face, auprès de la population, âgée de 15 ans et plus, dans les 27 Etats membres de l'Union européenne. Les échantillons étaient de 1000 personnes sauf pour le Luxembourg, Malte, et Chypre. Le principe d'échantillonnage est une sélection aléatoire (probabiliste) à phases multiples.